ANCIEN RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT À BILAN

Dino Auciello a été rédacteur en chef adjoint à Bilan, responsable de bilan.ch, de novembre 2014 à juillet 2017. Il a rejoint Bilan en 2010, après avoir terminé ses études à l’Académie du Journalisme et des Médias de Neuchâtel.

A l’école du charisme

Certains en ont un peu, d’autres pas du tout. Certains encore irradient à peine ils entrent dans une pièce ou prennent la parole. Une véritable injustice «divine». Au sein des entreprises et dans le milieu politique, le charisme, s’il ne garantit évidemment pas des performances positives, donne un avantage incontestable à son détenteur. Surtout à l’ère de la communication reine dont la maîtrise passe entre autres par ce que dégage un dirigeant.

Dans la sphère politique, on préfère en Suisse des figures raisonnables et compétentes aux personnalités éclatantes. La conséquence naturelle d’un territoire petit et culturellement fragmenté, ainsi que d’une humilité propre aux Helvètes. On est loin des macho men charismatiques, parfois caricaturaux, décrits par The Economist. Des leaders qui montent en puissance partout dans le monde et qui tiennent leur pays d’une poigne virile. A leur tête, le président russe Vladimir Poutine, bien sûr.

Dans le monde des affaires, le pouvoir d’attraction se révèle indispensable. Evoluant souvent dans un contexte économique ultracompétitif, le chef d’entreprise doit convaincre et fédérer. Naturellement… ou par la formation.

Une véritable science

L’erreur aujourd’hui? Penser que l’art de captiver ne s’apprend pas. Si devenir Steve Jobs ou Barack Obama en quelques leçons relève du fantasme, on peut s’entourer tous les jours un peu plus de cette aura particulière.

Les chercheurs qui analysent les dirigeants politiques et chefs d’entreprise ont rendu possible cet apprentissage. En décortiquant la voix, les gestes, la rhétorique, la posture, mais aussi les réactions à tout type de situations imprévues ou de contextes délicats, ils ont fait du charisme une véritable science et en ont fait émerger des éléments de formation.

Les managers qui veulent conforter leur stature peuvent ainsi développer une stratégie de communication plus pointue et engageante. Et même aller plus loin, en cernant leurs convictions profondes et en les laissant s’exprimer. L’alliance du message et des valeurs personnelles assure une crédibilité et une authenticité qui permettront au dirigeant de rassembler autour de ses convictions.

A l’Université de Lausanne, une récente étude menée par le professeur John Antonakis a évalué des employés soumis à un discours de leur patron, truffé d’éléments verbaux et non verbaux qui perfectionnent le pouvoir de conviction. Impact: leur productivité aurait augmenté de 17% en moyenne en comparaison à des travailleurs assistant à une allocution standard. Le résultat de cette expérience est jugé «statistiquement important»… et comparable aux motivations salariales.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."