Nasrat 1

RÉDACTEUR EN CHEF - LA TÉLÉ

Diplômé en Sciences politiques de l'Université de Lausanne, Nasrat Latif embrasse sa vocation de journaliste dès l'âge de 13 ans avant d'entamer une carrière dans l'audiovisuel. Après un passage chez Lausanne FM, il prend la rédaction en chef de One FM à Genève, puis celle de La Télé Vaud Fribourg. Aujourd'hui, il est journaliste et producteur indépendant.

«Je ne suis pas le patron»

Son palmarès force le respect et ferait tourner plus d’une tête. Pourtant, Didier Cuche fait partie de ces personnalités qui frappent par leur simplicité. Invité à s’exprimer en direct sur sa reconversion professionnelle dans le marketing et le management sportif, il se confie hors antenne.

« Je n’ai pas la prétention de donner des leçons vis-à-vis des autres compagnies de management sportif. Ce n’est pas moi le patron de cette entreprise mais bien l’un des 5 associés à part égale. Je n’en ai pas le lead ni les capacités d’ailleurs ». Didier tient à mettre les choses au clair dès la fin de l’interview. Avec son ami Christof Marti notamment, il a créé le 16 mai à Baar (ZG) la société Swiss Athlete Marketing & Management Group SA (Samm Group).

Au sein de son entreprise, Didier Cuche apporte avant tout son expérience de sportif d’élite dans le domaine du sponsoring. Un sportif avec près de vingt ans d’expérience ayant pris le délicat virage de la reconversion professionnelle. Pour démarrer, Samm Group vise deux à trois athlètes sous contrat d’ici un an. Didier Cuche a déjà repéré son segment de marché : « Le volet reconversion d’athlète est très important et peut être difficile à négocier, c’est aussi là qu’il y a un manque. Mon expérience et celle de Christof peuvent faire la différence. »

Et cette expérience vaut l’or d’une médaille : « Durant ma carrière, j’ai refusé certaines demandes de sponsoring pour me permettre de me concentrer sur mes performances sportives. Maintenant, ce n’est pas une histoire d’argent, je dois avant tout adhérer à la marque, à ses valeurs».

Didier Cuche rappelle aussi qu’en tant que skieur, seul le revenu du sponsoring des skis, du casque et des lunettes revient à l’athlète. Tous les produits liés aux marques présentes sur la combinaison retournent à Swiss Ski, qui ne verse aucun salaire. Par contre, diverses prestations, telles que le coût des entraîneurs, les remontées mécaniques ou encore la pension ou le logement sont pris en charge. En cas de podium, une prime est versée par le sponsor principal de la fédération : Swisscom.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."