Jacques Lemoisson Lastone

HEAD GLOBAL MACRO & ALTERNATIVE INVESTMENT CHEZ CBH BANK

Jacques Lemoisson a pris ses fonctions au sein de la Compagnie Bancaire Helvétique depuis septembre 2018. Il a acquis une expérience internationale sur les marchés des actions auprès de la banque d’investissement JP Morgan à Londres et Paris, puis une expertise dans la banque privée et la gestion d’actifs chez Lombard Odier, puis chez Banque Cramer au poste de CIO à Genève. Tout au long de sa carrière, Jacques Lemoisson a développé une expertise en géopolitique, ainsi que dans les Fintech et le Blockchain. Ce banquier est diplômé de l’ESTACA (Ecole d’Ingénieur Aéronautique).

“Fire and Fury” à Davos?

Avant les grands sourires devant la presse au World Economis Forum (WEF) de Davos, les trois grands acteurs - Chine, Russie et Etats-Unis – se sont déjà lancés dans une guerre des communiqués afin tenter d’affaiblir l’adversaire. C’est un peu comme du ski-cross, tout le monde joue des coudes pour sortir l’autre de la piste. Sur les pentes de Davos, nous aurons :

-        Trump : gonflé à bloc depuis le passage de son plan fiscal. Il est galvanisé par sa volonté d’imposer l’America First sur le plan commercial pour réduire le déficit de la balance commerciale.

-        Xi Jinping : gonflé à bloc après un exceptionnel 19e plénum confirmant et renforçant sa place de leader communiste à l’égal de Mao. Le PIB Q4 à +6.8%, doit encore renforcer la puissance de la Chine.

-        Poutine : gonflé à bloc car en année électorale, avec à son actif une victoire en Syrie et les premiers contrats d’armement avec l’Arabie Saoudite. A ceci s’ajoute les renforcements des liens économiques avec la Chine.

Ces derniers jours, la pression n’a cessé de monter. Quelques extraits tirés de la presse.

-        « Le déficit commercial avec la Chine atteint 275Mds$. Pour y remédier, Trump mise l’America First, alors que la Chine installe le One China (avec Taiwan et Hong Kong). En attendant, l’Américain est pour un retour des droits de douane ciblés et des quotas d’importations touchant des produits chinois (selon des sources de la Maison Blanche) et le Chinois est favorable à une globalisation qu’il concrétise par le projet géant OBOR (One Belt, One Road). »

-        « L’agence de notation chinoise Dagong a dégradé la note souveraine des Etats-Unis de A- à BBB+ avec perspective négative, en raison de la hausse de la dette publique américaine. »

  • «La solvabilité virtuelle du gouvernement fédéral deviendra vraisemblablement le détonateur de la prochaine crise financière»,
  •  «Les réductions massives d’impôts réduisent les capacités de remboursement de la dette du gouvernement fédéral, affaiblissant de ce fait encore plus la base de remboursement.»

-        « Les parlementaires américains ont demandé à AT&T de couper toutes ses relations commerciales avec le fabriquant de téléphone chinois Huawei et ils se sont opposés à l’entrée de China Mobile aux USA. La raison de la sécurité nationale a été avancée… »

Les invectives attisent les tensions avant Davos.

-        Trump a suggéré qu’une guerre commerciale avec la Chine était possible.

-        Trump a communiqué qu’une sortie des USA du NAFTA serait la parfaite occasion de renégocier un « mauvais » accord selon lui. Il a confirmé qu’il pourrait en effet mettre fin au NAFTA.

-        Dans son premier rapport stratégique depuis quatre ans, le Pentagone a annoncé qu’il adoptera une position plus agressive envers la Russie et la Chine. « As you look at what China and Russia have developed, it is purposefully meant to counter some of our strengths. »

-        Tillerson a annoncé hier que les USA laisseront une présence militaire permanente en Syrie, officiellement pour que l’ISIS ne renaisse pas de ses cendres, mais l’Iran et derrière la Russie sont clairement visés.

-        Bloomberg a rapporté que le montant des Treasuries détenus par la Chine est revenu niveau de juillet 2017.

Le Japon a également réduit le mois dernier le montant d’obligations américaines. L’Arabie Saoudite a augmenté son portefeuille de Treasuries, ainsi que la Belgique et la Russie.

Pendant ce temps, nous ne savons toujours pas si Angela Merkel va réussir à créer une coalition avec le SPD et le Brexit est toujours l’épine dans le pied de l’Europe. Nous aurons une réponse concernant l’Allemagne en cette fin de semaine et peut-être des éclaircissements sur le Brexit avec le sommet France/UK.

Pour finir, le WEF a publié son rapport annuel sur les risques globaux pour 2018. Voici deux tableaux parmi les plus intéressants.

Ces tableaux confortent mon approche basée sur la géopolitique et la macro-économie. Les intempéries sont en tête du classement, ce qui plaide pour un suivi attentionné des thématiques sur l’Impact Investing. Au-delà, la tension générée par la nouvelle politique économie et étrangère américaine, le « Fire and Fury » ne doit pas faire oublier les réels problèmes de ce monde, générés par le dérèglement climatique. In fine, l’eau pourrait devenir le premier catalyste de « Fire and Fury » de la planète.

 

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."