Musard Antoinette

ETUDIANTE EN ENTREPRENEURIAT

Après avoir achevé un bachelor en agronomie et être partie voyager pendant 11 mois autour du monde, Antoinette a entamé un master dans l’entrepreneuriat qu’elle combine avec un emploi à 40%. Encore en quête de sa voie, cette jeune femme dynamique aime découvrir de nouvelles choses et rencontrer du monde, et espère un jour, avoir le déclic qui lui permettra de réaliser un de ses rêves : fonder son entreprise.

«Et toi, tu te vois où dans 5 ans?»

Que j’envie tous ces enfants qui, devenus grands, ont réalisé leur rêve ou suivi le chemin qu’ils s’étaient promis : « Moi quand je serai grand, je serai médecin! » Et que je suis loin de ça! Pour eux, leur vision était claire depuis longtemps (peut-être toujours ?) et ils ne se sont pas, a priori, posé trop de questions, à part éventuellement celle de savoir quelle université ils allaient choisir pour leurs études.

Mais quand on a la chance d’avoir le choix et qu’on n’a pas de rêve précis, c’est plus difficile de voir à long terme, ou même à court terme d’ailleurs. « Et toi, c’est quoi ta vision dans 5 ans ? » Malaise. Je ne sais pas.

Bon, pour remédier à ça, je me suis faite quelques réflexions que je m’efforce de suivre pour trouver « ma voie » :

-       Assumer qui je suis : être soi-même, plutôt que de chercher à être comme tout le monde, est certainement une des clés de succès de tout entrepreneur. Je ne veux pas devenir avocate, ambulancière ou médecin... Je sais que des domaines d'activités, il y a en pour tout le monde et pour tous les goûts, alors je vais trouver celui qui me fait vibrer.

-       Aller au-delà des « c’est comme ça qu’on fait » : mes amis, mes proches, ma famille... J’ai toujours quelqu’un qui est là pour me donner ses conseils sur le « comment on doit faire pour réussir ». De les écouter, c’est bien. De vérifier par moi-même, c’est encore mieux. J’agis donc et j’essaie. Après tout, qu’ai-je à perdre ?

-       Ne pas oublier pourquoi je fais ce que je fais : d’être au clair sur la raison profonde de mes choix m’aide à optimiser mon temps et mon énergie dans ce que j’entreprends. Il m’arrive parfois de devoir faire face à des « échecs », mais je suis d’avis qu’il vaut mieux assumer ce qu’on ne veut plus, plutôt que de perdre des jours, des mois ou même des années à faire des choses qui ne nous plaisent pas.

Finalement, même si je n’ai pas encore le sentiment d’avoir eu LE déclic pour me lancer les yeux fermés dans un domaine qui me passionnerait, j’avance positivement en sachant que toutes les expériences que je fais m’aident à prendre la bonne direction. Après tout, un entrepreneur, ce qu’il cherche vraiment, c’est d’être heureux non ?

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."