Panczuksergenb Web 0

VICE PRESIDENT INTERNATIONAL HUMAN RESOURCES D'EDWARDS LIFESCIENCES

Serge Panczuk est Vice Président International Human Resources d’Edwards Lifesciences (entreprise de medical devices, n°1 mondial dans le secteur des valves cardiaques). Il est basé au siège de l’entreprise situé en Californie. De 2007 à 2013, Serge était basé à Nyon, et était en charge des RH et de la Communication pour les régions Europe Middle East Africa Canada & Latin America. Il était auparavant directeur des ressources humaines en charge du développement de l’organisation au sein de Serono (entreprise de biotechnologie, n°1 mondial dans le traitement de la sclérose en plaques, et de l’infertilité) à Genève. Il a débuté sa carrière au sein de la direction des ventes d’American Express, avant de rejoindre Manpower en tant que directeur de la formation commerciale. Serge a publié plusieurs ouvrages sur le marketing RH (Enjeux et Outils du Marketing RH – Editions Eyrolles 2007), sur le management des ressources humaines (Ressources Humaines pour la première fois - Editions Eyrolles 2006, 100 Questions pour comprendre et agir: les ressources humaines – Editions AFNOR 2007), ou sur la gestion de carrière (Le Guide de votre parcours professionnel – Editions Eyrolles 2007). Serge est également membre du Comité de Rédaction de la revue HR Today (revue suisse des RH), dans laquelle il tient une rubrique régulière. Son dernier ouvrage (publié en octobre 2011 aux Editions de Boeck) porte sur « la Net Generation dans l’entreprise ».

Retrouvez Serge sur Google +.

"De omni re scibili et quibusdam aliis": le talent d'Achille

Il y a quelques jours, ma brillante et latiniste collègue Aline soulevait une question cruciale, celle de la gestion des « talents » en entreprise.

Certes, certains de ses commentaires n’étaient pas très sympas pour la fonction HR... et encore une fois, mes pauvres oreilles de DRH ont sifflé... Après m’être calmé, j’ai relu le texte et je veux à présent apporter quelques informations supplémentaires.

Cette fois-ci l’attaque portait donc sur ce qui apparaît souvent comme un des piliers de la fonction RH, le « Talent Management ».

C’est vrai, je peux comprendre que le terme suscite parfois le sourire, voire quelques interrogations… Lorsqu’on entend « Talent », on s’attend à voir des paillettes, à entendre des voix qui tremblent, à admirer les déhanchés plus ou moins adroits ou a écouter les commentaires des stars qui cassent...

Je vous l’accorde, Aline, le mot est probablement mal utilisé. Il donne l’impression qu’il y a ceux qui en ont et les autres, ce qui est faux. Mais n’oublions pas qu’il est fortement teinté culturellement, et qu’il vient de l’autre coté de l’Atlantique (enfin de ce côté, au moment où j’écris cet article).

Mais attention. A-TTEN-TION !

Dans les quelques lignes qui viennent, je vais vous dévoiler quelques secrets partagés par peu. Nous allons passer ensemble derrière la scène, loin des mots et des titres, là où se trouve la réalité que certains ne veulent pas voir, là où le talent management se fait vraiment...

Premier secret « CORPUS DELICTI » : Qu’est ce qu’un talent ? C’est bien là le plus important. Nous avons toutes et tous des acceptions différentes, mais selon moi, le talent (en entreprise) est le regroupement de trois éléments : les compétences (importance mineure, elles changent trop souvent), la capacité à s’adapter (importance majeure) et l’adhésion culturelle (qui est fondamentale). En résumé, le talent est influencé par l’environnement, et n’est donc pas « absolu ». On peut être « talentueux » dans une structure, et plus – ou pas – dans une autre. De plus, le talent est aussi une denrée périssable.

Deuxième secret «ET NUNC ERUDIMINI» : Qui gère vraiment les talents ? Asseyez-vous, prenez un miroir. Regardez-vous. Vous venez de rencontrer LA personne qui est en charge du Talent Management. Pas votre DRH, pas votre manager, non, mais vous...

Eh oui ! Cette vérité est souvent la plus dure à encaisser. Ceux qui se plaignent du talent management ou qui ne se trouvent pas reconnus par la méchante Direction des RH doivent tout d’abord s’en prendre à eux... Nosce te Ipsum me dit Wikipedia (je vous l’ai dit que j’étais nul en latin, en plus c’est une phrase grecque !!) « Connais-toi toi-même », sans cela, il n’y aura pas de talent management.

Le talent est un capital personnel que vous « placez » au gré de vos expériences professionnelles, en espérant un retour sur investissement. C’est là que réside le :

Troisième secret  « ALEA JECTA EST » : Mais que font donc les entreprises ? Elles ne managent pas les talents. Certains DRH le font croire – à tort. Elles font quelque chose de bien plus subtil...

D’abord, elles créent une culture d’entreprise. Ensuite elles cherchent les talents qui vont s’y adapter et s’y développer. Ensuite, elles utilisent le talent que VOUS décidez de mettre à disposition de l’organisation...

L’entreprise s’engage alors à valoriser votre placement, en maintenant – ou mieux – en accroissant votre « talent ». Mais elle le fait en fonction de SES objectifs. Et vous l’acceptez – ou non – en fonction de VOS objectifs.

On appelle ça un contrat : donnant-donnant.

Mais si vous ne vous connaissez pas vraiment en matière de talent, vous risquez alors de vous retrouver dans un deal du genre « donne-moi ta montre et je te donnerai l’heure… ». Parce que l’entreprise – et la Direction des RH – a pour objectif ultime d’accroître la performance collective.

Dans ce cas, certains iront se plaindre de la DRH. « Ils n’ont pas reconnu mes talents ! », « ils sont nuls ! », « je n’ai pas eu ma promotion ! », etc... au lieu de – peut-être - se remettre en cause... c’est malheureusement tellement plus facile…

Conclusion « EXPERTO CREDE » : Il est donc illusoire, voire professionnellement suicidaire, de croire que lorsque vous entrez dans une entreprise, la DRH va « piloter » votre carrière ou « gérer » votre talent.

Vous devez être l’acteur de ce dialogue perpétuel entre vos objectifs et ceux de l’entreprise.

Alors, ami(e)s lecteurs(trices), s’il vous plaît, arrêtez de vous en prendre à la fonction RH. L’excuse est bien trop facile pour être réelle. Mais surtout, elle ne vous aide pas.

Au contraire. Elle est trop souvent l’arbre qui cache une forêt dans laquelle se trouvent la connaissance et l’acceptation de soi, de ses limites et de ses capacités.

Si vous acceptez cette mission, vous en sortirez plus fort. Et vous maîtriserez votre talent.

Et ça aussi, c’est un vrai talent…

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."