Francois Hofer

FONDATEUR DE CHOCOLIC

Suite à un bachelor en Management à HEC Lausanne, François Hofer fonde le site www.produitsdici.ch qui permet de créer son propre coffret cadeau avec des produits régionaux. Puis, il reprend ses études à temps partiel et effectue depuis septembre 2012 son master en Systèmes d’Information aux universités de Neuchâtel et de Lausanne. Sa première expérience entrepreneuriale ne décollant pas comme il le souhaite, il la met de côté et se lance dans une nouvelle aventure en créant la marque Chocolic qui regroupe des spiritueux aromatisés au chocolat, comme du vin, de la liqueur ou de la bière. Il s’occupe de l’importation et de la distribution de tous ces produits en Suisse.

Tous les jours il est confronté à de nouveaux défis qui jonchent le chemin d’un entrepreneur.

54 heures pour créer sa startup : testé et approuvé !

Cela fait maintenant plusieurs années que des Startup Weekend sont organisés en Suisse romande. Pour y voir un peu plus clair, je me suis lancé dans l’aventure lors de la 4ème édition lausannoise, le week-end dernier à l’EPFL.

Tout commence le vendredi soir par plus de 40 pitchs pendant 1 minute. Chaque participant peut proposer une idée qui, si elle est sélectionnée, sera développée pendant le week-end. Il faut maintenant faire le tri dans toutes ces propositions : pour cela on a tous reçu 3 billets qui nous permettent de voter pour les projet que l’on veut soutenir. Les « pitcheurs » se promènent dans l’auditoire comme des vendeurs ambulants pour essayer de ramasser un maximum de ces « Jobs dollars ». Les idées proposées sont très variées, mais il faut se rappeler que la majorité des participants (manifestation ouverte à tous) sont en business ou en ingénierie et ont moins de 35 ans. Les projets ayant ce public comme cible ont donc plus de chance d’être choisis.

La fin de soirée approche déjà et il est temps de découvrir quels sont les 16 projets qui ont récolté le plus de votes. On en voit sauter de joie et d’autres chercher tristement leur numéro dans la liste. Mais pas le temps de s’attarder, il faut s’activer pour former les équipes. A l’aide de pastilles de couleur sur nos badges chacun part à la recherche d’un rouge pour un ingénieur ou vert pour un graphiste… Puis chaque équipe prend place autour d’une table qui sera son QG pour les 52 heures restantes. Il est déjà 23h et le Rolex Learning Center ferme ses portes dans une heure. Juste le temps pour se présenter et lancer les premières idées avant de définir l’heure de rendez-vous du lendemain.

J’arrive à 7h30 le samedi matin. Certaines tables sont déjà en phase avancée de leur réunion alors que d’autres sont encore vides. Ce qui est certain c’est que chacun arrive avec la tête pleine d’idées pour que le pitch de la veille devienne la nouvelle startup romande à succès. Le sujet n°1 pendant le café croissant du matin sera de trouver la bonne direction à donner au projet. Les post-it commencent à garnir les tableaux à côté de chaque table et les participants commencent à s’agiter : certains codent, d’autres font les premières ébauches de logo, certains partent même sur le terrain pour s’assurer de la faisabilité de leur projet.

Puis vient le premier « problème »… L’arrivée des coaches ! Ils arrivent toujours à mettre le doigt sur la faille de votre projet. C’est la que commence une longue remise en question. C’est toujours très difficile de faire une croix sur plusieurs heures de travail pour tout recommencer, mais c’est ça l’entreprenariat.

La fin du samedi approche et on voit certains groupes qui recommencent pour la 3ème fois leur projet alors que plus loin on en entend d’autres crier victoire, leur projet bien ficelé pour la présentation du lendemain.

Le dimanche matin les yeux se font de plus en plus petit et le café devient nécessaire. C’est l’heure de préparer la présentation pour certains alors que les autres finissent de construire le prototype. Chacun aura 5 minutes pour convaincre le jury et 3 minutes pour répondre à leur questions.

A 16h la tension est à son comble. Les premiers spectateurs commencent à arriver et il ne reste plus que 30 minutes pour tout terminer. Les coaches distillent leurs derniers conseils avant le sprint final.

Le moment des présentations arrive enfin. L’ordre est tiré au sort. Chaque équipe essaye au mieux de convaincre le jury par une mise en scène originale ou un prototype hors du commun. Certains montrent des chiffres qui feront d’eux des millionnaires dans 2 ans alors que d’autres restent plus prudents se contentent du marché suisse romand avant de voir la suite. Une fois les présentations terminées, le jury dispose d’une demi heure pour délibérer.

Les dés sont jetés. Chacun s’occupe de son côté en attendant les résultats… Et voilà enfin le jury qui revient. Il va commencer par donner un feedback de chaque projet avant de donner le nom des trois gagnants. Cette année c’est « Sky Share », « Retroscope » et « MicroTri » qui ont gagné, mais comme il a été dit tout au long du week-end, certaines startups à succès aujourd’hui ne faisaient pas parti du trio gagnant. Chaque équipe va donc finir son week-end marathon par une petite réunion pour décider s’ils veulent continuer pour peut-être devenir la nouvelle startup romande à succès.

 

PS : un autre poste sera consacré au projet sur lequel j’ai travaillé ce week-end.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."