Bilan

YVY, un label à la fois chic et SM…

Avec ses créations en cuir flirtant avec l’underground, la Zurichoise Yvonne Reichmuth séduit une clientèle internationale de stars.

  • Yvonne Reichmuth

    Crédits: Dr
  • Baptisée UNI, la dernière collection d’YVY joue la carte de la fluidité entre les genres.

    Crédits: Dr
  • Crédits: Dr
  • Crédits: Dr
La jupe ceinture Fringe Belt Yvy est un best seller depuis que l’influenceuse Kylie Jenner l’a portée. (Crédits: Dr)

Je profite de cette période de calme pour épurer la vision de mon label, YVY. » A 33 ans, Yvonne Reichmuth n’est pas quelqu’un qui se laisse décourager par les circonstances. Ce moment suspendu de la pandémie de Covid-19 a représenté une source d’inspiration pour la designeuse. « J’ai eu le temps de développer de nouvelles pièces. Je joue avec les matériaux et les silhouettes existants. Je les réassemble d’une nouvelle manière. » Créée en 2013, sa griffe YVY est un diminutif de son prénom Yvonne. Ses créations sont identifiables au premier coup d’œil. Il y a les fameux harnais en cuir qui s’étendent sur la peau ou de la soie comme une toile d’araignée. 

La collection Shibui, en référence à un terme japonais désignant la sensation pure de beauté, présentait une large ceinture de cuir considérée comme un objet d’art à part entière. Toujours le cuir: cette fois décliné comme un bustier évasé vers le haut, en 2018. L’univers de la Zurichoise d’adoption mélange gothique, heavy metal, culture motarde, références médiévales et folklore cow-boy. Les pièces revendiquent la sous-culture SM et bondage. Yvonne Reichmuth assume son goût pour le fétichisme. Avec une pointe d’humour, l’artiste a coutume de dire : « Vous n’êtes pas obligés de porter ces accessoires sur votre peau nue. Vous pouvez les attacher par-dessus une robe ou un vêtement en soie. Les accessoires deviennent soudain des éléments étranges qui mettent en valeur l’allure générale. » Les bretelles et autres corsets deviennent des ornements géométriques de la silhouette soulignant la finesse de la taille ou les angles des épaules. Des créations de niche à la fois sulfureuses, sophistiquées et sobres qui attirent résolument l’attention.

Les stars raffolent de ce label minimal mais éminemment subversif. Janet Jackson et Monica Bellucci ont toutes deux été photographiées dans des modèles YVY. En 2015, la trentenaire a suscité un gros buzz sur la scène de la mode quand la célébrissime influenceuse Kylie Jenner a arboré la jupe-ceinture Fringe Belt Yvy. Sa styliste Monica Rose avait découvert ce modèle qui laisse apparaître les jambes sous des franges de cuir plongeant jusqu’au-dessous du genou dans une boutique à Los Angeles. Sur le compte Instagram de Kylie Jenner, les photos de cette tenue ont été vues par 60 millions de personnes. La ceinture Fringe est depuis lors un best-seller. Cette griffe de niche a aussi ses fans chez des artistes plus « arty » de la nouvelle génération, comme Billie Eilish, Kristen Stewart et Cardi B.

Yvonne Reichmuth est désormais une designeuse très en vue au niveau international. Ces derniers mois, ses créations ont été présentées à Los Angeles et à Dubaï. Aux Emirats arabes unis, c’est un nouveau public d’amateurs d’art qui découvre son univers. La Suissesse travaille maintenant avec un showroom américain qui habille les stars hollywoodiennes pour des apparitions publiques et des tournages. Dernier jalon en date dans sa carrière, le déménagement de ses activités dans un spacieux local du quartier branché du Kreis 5, à Züri West, où elle reçoit sur rendez-vous. La jeune femme a ainsi fait ses adieux au QG de ses débuts, un studio en sous-sol de la Langstrasse, célèbre axe central du quartier chaud zurichois. L’aura sulfureuse de cette première adresse a rejailli sur les pièces qu’elle dessine. S’en offrir une donne le sentiment de s’encanailler, après avoir dégoté un trésor dans un endroit secret connu des seuls initiés.

Avant de prendre ses quartiers dans la métropole alémanique, Yvonne Reichmuth a grandi avec dix frères et sœurs à Pfäffikon (SZ), au bord du lac de Zurich. Une famille d’artisans: son père était maître fromager. Diplômée de l’Ecole de mode de Zurich, elle a commencé sa carrière en dessinant des vêtements avec déjà le cuir comme fil conducteur. Après une place de finaliste au Prix Annabelle, important trophée de mode sur la place helvétique, elle prend confiance en son talent et étudie à la Scuola del Cuoio, à Florence, où elle apprend tout sur le travail du cuir. Chez moi, c’est une vocation, explique-t-elle à la presse alémanique. « On ne peut pas faire du cuir artificiellement. Il est vivant. Il a une qualité animale. » Depuis ses débuts, les pièces sont fabriquées à la main et souvent sur mesure.

Succès oblige, Yvonne Reichmuth flirte aujourd’hui avec la création mainstream par le biais d’une collaboration avec Swarovski. Soutenue par la plateforme de promotion des talents du géant tyrolien, elle signe un bustier en cuir embelli de 24 cristaux qui figurent des points de couture. Une cape de cuir étoilée de pierres impressionne par sa prestance. Réunies sous le nom de collection Brut, ces pièces s’inspirent du travail de l’architecte irlandaise Eileen Gray, pionnière de l’architecture moderniste. A la pointe des tendances, son dernier jet, UNI, mise sur une ligne unisexe et « genderfluid », facilement accessible à la clientèle masculine. L’assortiment s’étend à des accessoires quotidiens comme des étuis de smartphone ou un ingénieux dispositif pour transporter son tapis de yoga.

www.yvy.ch

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."