Bilan

L’été sera chaud en Volkswagen cabriolet

Malgré les températures presque polaires de ce printemps, je me suis sacrifié pour rouler en T-Roc Cabriolet. Et je dois reconnaître qu'elle a des arguments, même si j'aurais préféré un peu plus de puissance.

Le T-Roc existe en deux motorisations: 110 et 150 chevaux.

Crédits: Volkswagen

Historiquement parlant, il paraît que Volkswagen a toujours eu un cabriolet dans sa gamme. D’abord la Coccinelle, puis la Golf et, cette année, c’est le tour du T-Roc. Avant toute chose, je dois dire que j’ai toujours eu de la peine à comprendre l’existence même du T-Roc. Je comprends bien le concept du «petit SUV», parce qu’il doit être accessible à tout le monde et surtout à toutes les bourses, mais la dernière version que j’avais eu à conduire, avec son moteur de 1 litre, m’avait presque donné envie de m’acheter un abonnement annuel auprès des CFF. C’est dire.

(Volkswagen)

Force est de constater que l’arrivée du T-Roc Cabriolet me pousse à revoir quelque peu mon jugement. D’abord, VW m’a donné la version avec 150 chevaux, ce qui le rend quand même plus marrant à conduire. Alors soit, je n’irai pas me faire l’ensemble des cols alpins de Suisse, parce qu’il y a un clair manque de puissance pour ce genre d’exercice et un gros risque d’endormissement. Mais le côté «tout ouvert et contact avec l’air et la nature» lui donne quelque chose d’attachant, un côté presque écologique.

Des gants pas que pour skier

Sauf que cette année vu que certains matins de juin sont si froids qu’on se demande encore si on va «monter skier», c’est un peu moins drôle. Je me suis donc sacrifié pour rouler en cabriolet même avec des températures polaires. Ça m’a permis de tester à la fois la vitesse d’ouverture de la capote et l’efficacité du chauffage quand il est à fond. J’ajoute encore que, pour profiter pleinement de ce véhicule dans nos contrées montagneuses, le volant chauffant est absolument INDISPENSABLE pour ceux qui sont incapables de rouler avec des gants de ski aux mains.

(Volkswagen)

En ce qui concerne la capote, il n’y a rien à dire. Selon les tests effectués, elle serait la mieux insonorisée du marché. J’ai roulé avec une Rolls-Royce cabriolet et j’ai des doutes. Mais disons que pour quatorze fois moins cher qu’une Rolls, elle fonctionne parfaitement. Je noterais cependant une nette préférence pour la position ouverte, même si je suis conscient d’avoir eu l’air parfaitement ridicule avec mon bonnet sur l’autoroute un matin de mars alors que les gens prenaient la direction de la montagne. Que voulez-vous, on appelle ça être totalement dédié à son travail.

50 choses à avoir avant de mourir

Sachant que le T-Roc existe en deux motorisations, je n’ose même pas imaginer ce que donne la version 110 chevaux. Disons qu’en ce qui me concerne, il ne faudrait pas aller au-dessous des 150 chevaux. Ou alors c’est pour offrir comme première voiture à votre post-ado qui vient de passer son permis. Je soupçonne d’ailleurs que ce type de véhicule a été développé typiquement pour ce genre de clientèle, parce que pour ma catégorie (plus de 50 ans, refusant de vieillir), le T-Roc n’est pas le genre de véhicule qui viendra au top de ma liste de 50 choses à posséder avant de mourir. Néanmoins, il faut admettre qu’il a un point positif énorme: il n’est ni hybride ni électrique, et ça change clairement de tout ce qui inonde le marché actuellement.

bitume.ch


Les caractéristiques du VW T-Roc Cabriolet 1,5 TSI

Cylindrée: 1,5, 4cyl. injection directe turbo
Puissance:
 150 ch à 6000 tr/min
Puissance fiscale:
8 CV
Boîte de vitesses:
 Automatique
Transmission
: Avant
Vitesse max:
205 km/h
Accélération (0 à 100km):
9,6 s
Classe énergétique:
D
Emission de CO2:
169 g/km

Veillet Thomas
Thomas Veillet

FONDATEUR INVESTIR.CH

Lui écrire

Thomas Veillet, 48 ans et des poussières, plus de vingt ans dans des salles de trading, blogueur, trader, râleur et plein d’autres choses. Thomas a passé pas mal de temps dans les grandes banques de la place, a été un banquier conforme avant de passer au non-conformisme. La création du «Morningbull» aura été le début d’un changement de direction vers plus d’indépendance. Aujourd’hui, il essaie de vulgariser le monde de la finance et de le raconter avec un angle décalé, histoire de prouver que ça peut aussi être drôle. Il y a bientôt deux ans, il a co-fondé le site Investir.ch, qui s'est rapidement imposé comme un des sites financiers romands - un site qui parle de finance sans détour, sans artifice et qui a une forte tendance à penser "outside the box" quand tout le monde est inside...

Du même auteur:

Investir avec sélectivité: quatre idées
Jeep: Maximus le gladiateur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."