Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

Vincent Perez l’acteur-orchestre

« J’adore venir en Suisse, je m’y sens bien. Un sentiment de sécurité, quelque chose d’unique »
1 / 2

A quel titre êtes-vous présent ? En tant qu’ami des fondateurs de l’école, en tant que photographe et passionné de photo pour l’exposition « Homme blanc - Homme noir » de la Fondation Pierre Arnaud ou en tant qu’acteur suisse ? - -

Vous êtes sensible au sentiment d’injustice… - -

C’est votre premier film en tant que réalisateur ? - -

Votre formation de photographe – en Suisse – n’est certainement pas étrangère à ce nouveau métier de réalisateur ? - -

Sur les réseaux sociaux, on peut vous voir partir à l’assaut d’un château en carton… - -

L’acteur que vous êtes va-t-il cesser pour autant de tourner devant la caméra ? - -

La tournée passera-t-elle en Suisse ? - -

Quels liens gardez-vous avec la Suisse ? - -

Que faisait votre père ? - -

Vous vous sentez toujours un peu Suisse ? Vous y venez souvent ? - -

Vous êtes marié à l’actrice Karine Silla, une écrivaine et artiste née à Dakar avec laquelle vous avez trois enfants : Iman, 16 ans, et les jumeaux Pablo et Tess, 12 ans. Les confieriez-vous à un internat en Suisse comme Le Régent ? (Il est le beau-père de Roxane Depardieu, fruit de l’union de Karine Silla et de Gérard Depardieu et a partagé la vie de Jacqueline Bisset, puis de Carla Bruni-Sarkozy au début de sa carrière, ndlr.) - -

La photo fait-elle toujours partie de votre vie ? Avez-vous encore le temps ? - -

Votre polyvalence étonne, un véritable homme ou artiste-orchestre… - -