Bilan

Via Ferrata, entre ciel et terre

Pour allier effort physique et profiter de la montagne, du calme et des lumières automnales, les vias ferratas sont la voie royale vers les sommets.
  • Cette via ferrata est exceptionnelle, car elle mène de Mürren à Gimmelwald presque dans le vide, en passant sur un pont suspendu.

    Crédits: © Mürren Tourismus
  • A Mürren, les vues spectaculaires sur les vallées et les Alpes sont à couper les souffle, mais il ne faut pas se laisser dissiper lorsque l'on a les pieds dans le vide... 

    Crédits: © Mürren Tourismus
  • la suite james Bond de l'hôtel Eiger de Mürren, une ambiance "mission spéciale" rétro-chic. 

    Crédits: © Hotel Eiger
  • Cette via ferrata passe par des rochers et des prairies pour atteindre la croix du sommet du Rüebli. Elle est parfaite pour apprendre les techniques d'escalade. 

    Crédits: © Pays-d’Enhaut Tourisme
  • Il faut une certaine dose d'agilité pour évoluer tel un chamoix sur les parois... 

    Crédits: © Pays-d’Enhaut Tourisme
  • Le lounge de l'Hôtel de Rougemont invite aux longues soirées au coin du feu.

    Crédits: © Hôtel de Rougemont
  • Mêlant matériaux naturels et design contemporain, la piscine et le spa de l'Hôtel de Rougemont sont des lieux où retrouver calme et sérénité après une via ferrata. 

    Crédits: © Hôtel de Rougemont
  • Pour une poussée d'adrénaline, il suffit de marcher le long d'une paroi rocheuse abrupte perchée loin du sol...

    Crédits: © Mürren Tourismus
  • Ce passage technique à la verticale de la via ferrata des Rochers-de-Naye peut être franchit grâce à des échelons en acier. Sensations fortes assurées. 

    Crédits: ©Vincent Bailly – www.bailly-photo.ch
  • Impossible de passer une nuit à l'hôtel des Trois-Couronnes sans se laisser séduire par la piscine et le spa. 

    Crédits: © Hôtel des Trois-Couronnes

L’engouement pour les vias ferratas ne cesse de croître en Suisse, où dix nouvelles voies sont inaugurées chaque année en moyenne. Construites initialement dans un but militaire pour servir d’accès aux patrouilles et pour les approvisionner, les premières voies datent de la première guerre mondiale.

Aujourd’hui, leur réhabilitation en mode loisir est en plein essor. Parce que ces voies préparées et équipées d’échelles, de marches et de prises artificielles permettent une bonne introduction à l’alpinisme classique, les itinéraires comme les niveaux de difficultés sont aujourd’hui variés et permettent, pour certains d’entre eux, de les pratiquer en famille Les itinéraires suisses sont généralement très bien équipés et le type de via ferrata et sa difficulté sont déterminés par la nature du terrain et le genre d’équipement de progression mis en place.

Selon le guide du Club Alpin Suisse sur «les Sports de montagne d’été » (K. Winkler / H.-P. Brehm / J. Haltmeier) « Les via ferrata sont un mélange entre la randonnée à pied et l’escalade. Pour parcourir une via ferrata, on n’a pas besoin d’une technique d’escalade affinée, mais il ne faut pas avoir le vertige et il faut avoir un peu de force ».

L’équipement. Il est obligatoire, avant d’entamer une via ferrata de se procurer: un baudrier et une longe de via ferrata moderne répondant à la norme UIAA pour l’autoassurage au câble d’acier; un casque d’alpinisme contre les chutes de pierres et les chutes; des gants pour les via ferrata ou des gants fins de jardin comme protection contre les torons des câbles acier; des chaussures de montagne légères ou chaussures de trekking;  éventuellement une corde et du matériel d’assurage pour un assurage à la corde et pour les via ferrata difficiles emporter en plus une sangle courte avec mousqueton, dans laquelle on peut se pendre pour se reposer.

A savoir. L’échelle de difficulté et la cotation suisse d’une via ferrata va de K1 (facile) à K6 (extrêmement difficile) et prend en compte plusieurs éléments: le terrain, le type d’assurage, la longueur, la marche d’approche et retour, ainsi que le passage clé. Avant de partir, s’assurer d’avoir effectué les 10 règles de base de la feuille d’alpinisme. Le guide des vias ferratas de Suisse écrit par Eugen Hüsler et Daniel Ankerest peut être commandé sur le site internet du CAS.

 

Bilan.ch vous propose trois itinéraires, du parcours d’initiation au plus haut niveau de difficulté.

Rougemont : une voie sécurisée (niveau K1-2) et deux vias ferratas (niveau K2-3 et niveau K4-5) sont praticables sur Le Ruebli. Trois solutions à choix selon son niveau d’endurance physique et de courage. Les voies facile et moyenne mènent toutes deux vers la partie inférieure de l’arrête sud-ouest et rejoignent la paroi sud. La première s’élève directement jusqu’au sommet du Ruebli (2285m) alors que la voie moyenne emprunte un sentier de crête jusqu’au sommet. La voie difficile à très difficile (attention, uniquement pour personnes expérimentées) est impressionnante puisqu’elle traverse une cheminée de cascade. Durée : de 1h30 à 2h30. Dénivelé : 200 m.

Pour se reposer après l’effort: l’hôtel de Rougemont et son spa avec piscine en mosaïque noire (10 m sur 4 m) entourée de grandes baies prolongera votre plaisir de vous relaxer aux pieds des montagnes. 

Mürren. Cette via ferrata (niveau K3) au-dessus de Lauterbrunnen est exclusivement réservée aux grimpeurs/grimpeuses expérimentés. Elle permet de longer les parois rocheuses qui descendent à pic de Mürren à Grimmelwald. Praticable de mi-juin à mi-octobre, le matériel d’escalade est obligatoire. La descente des gorges en tyrolienne (uniquement en présence d’un guide de montagne) et la traversée du pont suspendu à la fin de la via ferrata constituent les temps forts du parcours. Cette traversée de la gorge par le pont népalais fournit à elle seul un maximum de sensations fortes. Durée: environ 3 h00. Dénivelé : 300m.

Pour se reposer après l’effort : une nuit dans la suite James Bond ou les Suites Unique de l'hôtel Eiger pour poursuivre l’échappée fantastique et faire redescendre en douceur l’adrénaline après la réussite de via ferrata du grand frisson.

Les Rochers-de-Naye. Cette via ferrata est l’une des plus difficile de Suisse. Classée en niveau K5-6, elle nécessite des compétences et des connaissances de techniques de montagne et le matériel de via ferrata est obligatoire. Elle a été construite dans le prolongement de l’arrête sommitale des Rochers-de-Naye. Sa vue plongeante sur le lac Léman est à couper le souffle et est exposée en plein soleil en deuxième partie de journée. Le long des 450 mètres de voie, l’effort physique est intense, mais un surcroit d’énergie est demandé sur la fin du trajet, puisque dans le mur final, la roche est en dévers et « gazeuse », c’est-à-dire très aérienne. Vous serez donc en surplomb, en un mot, suspendu dans le vide. Une force de traction dans les bras est particulièrement requise à cet endroit. Si vous n’en avez pas le courage, une voie d’échappatoire existe juste avant le mur. Durée : 1h30. Dénivelé : 160m

Pour se reposer après l’effort. S’offrir une nuit à L’hôtel des Trois Couronnes à Vevey et profiter de son spa avec piscine intérieure et de l’offre de massages sportifs. Si vous souhaitez redescendre en douceur de votre effort physique, et éviter les courbatures, l’hôtel propose une formule yoga ou pilates et petit-déjeuner.

En collaboration avec Suisse Tourisme, bilan.ch vous propose régulièrement une idée week-end.

 

Cristina d'Agostino

RÉDACTRICE EN CHEF ADJOINTE EN CHARGE DE BILAN LUXE

Lui écrire

Licenciée en Sciences politiques à l’Université de Lausanne puis spécialisée en marketing et économie à HEC Lausanne en 1992, Cristina d’Agostino débute sa carrière dans l’industrie du luxe, et occupe les fonctions de responsable marketing et communication pour diverses marques horlogères. En 2008, elle décide de changer radicalement d’orientation, et débute une carrière de journaliste. En freelance d’abord, elle collabore aux titres Bilan, Bilan Luxe, Encore, avant d’intégrer la rédaction de Bilan en 2012. Depuis 2012, elle occupe la fonction de rédactrice en chef adjointe et responsable des hors-série Bilan Luxe.

Du même auteur:

Ex-mannequin: un physique pour quel emploi?
Comment Matignon a créé six cliniques en quatre ans

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."