Bilan

Valeurs refuge

Epaules larges et arrondies, manteau sombre à double boutonnage, gants en cuir et même parapluie à manche de canard, l’homme cet hiver jouera les dandys chics. Mais il devra oser l’extravagance, accessoires à l’appui. Et jouer la couleur, par touche flashy. Le luxe sera dans le détail !

Sur les podiums, les frêles métro sexuels aux visages lisses ont cédé leurs places aux cousins de Sébastien Chabal, arborant barbe hirsute et épaules de rugbyman. Mais tout en constatant ce soudain regain d’intérêt pour l’homme brut, très masculin, on remarque tout aussi ostensiblement un retour de l’élégance et du raffinement. La mode de cet hiver joue avec l’actualité socioéconomique. Elle met en évidence les écarts pour mieux les combler. Vous dites qu’il va falloir avoir les épaules solides pour affronter les challenges contextuels ? La mode vous taille un costard sur mesure, les épaules s’arrondissent et prennent du volume. C’est peut-être là la vraie extravagance du style de cette saison. Car qui dit crise dit sobriété. Le luxe se trouve donc dans le détail. Matières naturelles soigneusement choisies, détails ton sur ton, vestes bimatières, le tout dans des couleurs sombres. L’hiver se pare traditionnellement de noir et de gris mais ça se révèle encore plus vrai pour celui-ci. Seul le bleu ose une incartade notable. Foncé et porté sur du noir mais également plus vif et en total look. Les coupes strictes, franches semblent souvent avoir été empruntées aux uniformes. Foulards et écharpes noués très près du cou rehaussent encore les cols hauts. On vous le dit, le négligé n’aura pas sa place cette année mais la maille et le jacquard viendront réchauffer le tout.

Dans ce contexte, l’accessoire se révèle indispensable. La garde-robe de l’homme s’étend avec une gamme de sacs à main de plus en plus complète. On trouve désormais couramment aussi bien des formats 24 ou 48h et on ose la pochette portée sous le bras. Pléthore de casquettes, de chapeaux et de bérets prendront également soin de réconforter les fronts soucieux par grand froid. Dans un esprit résolument rétro, le gant en cuir devient incontournable et Burberry Prorsum ose même le retour du parapluie à manche canard. Les tendances vous donneront des envies de parties de chasse, de feu de cheminée dans un manoir anglais ou, pour les plus citadins, de tenir la porte aux dames tout en soulevant élégamment votre couvre-chef. La beauté de la mode de cette saison se trouve dans ce subtil mélange entre l’homme des bois, le superhéros extrêmement fort mais extrêmement élégant et le dandy citadin. Nul doute que chacun saura s’approprier certaines de ces tendances pour mettre sa classe masculine naturelle en valeur. D’autant que cette mode-là se veut portable et confortable, pour affronter la jungle de la ville aussi bien que les vertes forêts. Pourquoi choisir entre dandysme et survivance quand on peut être chic en associant nœud papillon et rangers ?

 

Working with class

Bonne nouvelle ! A moins d’une mention spéciale dans  le « corporate dress code » de votre entreprise, vous pouvez décrocher la cravate de votre costume. Une veste à simple boutonnage aux épaules bien larges, une démarche assurée, et vous aurez tout du jeune loup dynamique. Pour les inconditionnels, on privilégiera la cravate sur une veste cintrée associée à d’épaisses lunettes pour un style néogentleman un peu rétro.

Fantaisie artistique

Le look bobo chic tient parfois de la haute voltige. Pour se démarquer sans déranger, sachez user des accessoires et des détails pour une pointe d’audace sans extravagance. Une simple paire de souliers ou un nœud papillon de couleur vive sur un costume noir, un col imprimé, une chemise bicolore, l’originalité sans incartade demande de la parcimonie. Bien sûr, si vous osez, le total look coloré demeure possible, mais dans ce cas prenez grand soin de choisir de belles matières et des coupes classiques.

Le vendredi, c’est permis

La pratique du « casual friday » s’apparente plus à un dangereux exercice de style qu’à une récréation. Un excès de zèle ou de relâchement peut vite ressembler à un prêche en faveur de sa suppression. Quelques principes de base s’avèrent donc nécessaires pour en profiter sans s’arracher les cheveux devant sa penderie. Du gris, du noir, du beige, du marine pour la sobriété, caractéristique intransgressible de la bonne tenue casual friday. Pour la fantaisie, des couleurs vives en petites touches et des jeux de matières et de textures. En revanche, mieux vaut éviter l’imprimé et les motifs. On réserve le T-shirt à logo Superman au week-end. Il existe des méthodes bien plus efficaces pour évoquer vos talents polyvalents auprès de vos collègues. Avec un style naturel plus proche de Jay-Z que des Beatles, l’association coupe stricte, baskets et casquette s’avère une option intéressante. Attention tout de même à ne pas recycler vos baskets de running. Quant au jean, nerf de la guerre, s’il est toléré, il sera forcément foncé ou brut.

Week-ends d’hiver en pull-over

Que ce soit devant un chocolat chaud au café en bas de votre immeuble, près d’une cheminée à la montagne ou dans une maison de vacances perchée sur une dune au bord de l’Atlantique, s’habiller le week-end sera un jeu d’enfant. Un simple pantalon assorti d’un gros pull suffit. Le pantalon, coupé plutôt ample, s’accorde aux teintes du reste de votre tenue. Quant au pull, c’est avec un poil d’autodérision et de nostalgie que le jacquard revient se placer à la pointe de la tendance. Motifs improbables tels que crustacés et volatiles, tout est permis. Seule condition pour ces illustrations décalées, un dessin de couleur unie pour un effet stylisé, suggéré, et éviter ainsi le côté «tricoté main par mamie».

ZOOM SUR LES ACCESSOIRES

Couvre-chefs, sacs à main, chaussures, parapluies, gants, les accessoires n’ont désormais plus d’accessoire que leur nom. Incontournable cet hiver, il est au citadin ce que le couteau suisse est au boyscout. Votre tenue ne saurait être complète sans une belle paire de gants en cuir ou une mallette de docteur à votre bras pour y mettre tout ce dont votre vie de nomade urbain peut solliciter ! Toujours dans un esprit chic, l’écharpe, cette année, s’enroule très près du cou et jusqu’en haut, pour l’allure et le port de tête. Et pour soigner votre blues de festivalier, ne rangez pas vos rangers !

Christel Flach

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Le petit guide de survie du style
SMOKING

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."