Bilan

Une maison de rêve au Paradis

Le Brésil, ce n’est pas que tourisme et Coupe du monde. Le Brésil a aussi des coins magnifiquement paisibles. Comme cette spectaculaire maison dans la jungle, cachée en pleine forêt vierge sur les bords de l’Atlantique. Le cocktail entre confort luxueux et simplicité originelle, au milieu d’une nature opulente, fait de ce paradis une destination détente parfaite. Y compris pour les surfeurs qui ne sont qu’à quelques minutes des célèbres vagues d’Itacaré.
  • Crédits: Patrick Armbruster
  • Crédits: Dr
  • Crédits: Dr
  • Crédits: Dr
  • Crédits: Dr
  • Crédits: Dr

La mata atlântica, la forêt vierge atlantique de la côte sud du Brésil, fait partie du Patrimoine mondial de l’Unesco, et sa végétation est fantastique. Elle s’étend jusqu’à des anses de rêve et pousse souvent presque jusque dans la mer. L’ancien village de pêcheurs d’Itacaré, situé sur l’embouchure du Rio das Contas, est devenu la destination discrète des écotouristes et même de certaines célébrités. Mais la petite localité (environ 26 000 habitants) séduit toujours pour sa simplicité.

Les plages, surtout, font partie des top spots recherchés par les surfeurs du monde entier. Dans une clairière de la forêt protégée, à dix minutes de voiture vers l’intérieur des terres par une route de terre battue, un jeune couple suisse s’est amouraché il y a quelques années d’un domaine. Christoph Kellenberger, Andreas Derrer et leur équipe d’OOS Architekten (www.oos.com) y ont conçu une fantastique maison de la jungle, adaptée aux modes de construction locaux, respectueuse des matériaux indigènes et intégrée à l’écosystème exceptionnel de ce coin de paradis.

Les plateformes ouvertes qui s’élancent sur le domaine sont posées sur un bâti à la statique fignolée, fait de dizaines de poutres, planches et poteaux. Pour ce faire, on n’a recouru qu’à du bois de démolition recyclé de l’essence indigène ipé, un bois extrêmement dur et résistant aux intempéries.

Les cinq plateformes triangulaires concentriques offrent une surface d’environ 250 m2 avec salon, salle à manger, cuisine et chambre à coucher avec salle de bains. En fait, le mot salle est parfaitement inadéquat car il n’y a ici pratiquement aucune paroi : tout est ouvert, seule la chambre à coucher avec dressing-room et la salle de bains sont isolées.

Des caillebotis faits de longues lattes étroites servent ici et là à préserver l’intimité. Les ouvriers autochtones ont scié et assemblé poutre après poutre, planche après planche, directement sur le chantier, sur le modèle virtuel 3D des architectes. « Une procédure de construction unique », commente Christoph Kellenberger, qui vante la précision inouïe, l’orgueil professionnel et le dévouement avec lesquels les ouvriers ont œuvré.

Des marches et des escaliers relient les plateformes de hauteurs diverses. La plus haute est à 6 m au-dessus du jardin. « Ce n’est pas que pour la vue, mais aussi pour conférer un sentiment de sécurité », ajoute Christoph Kellenberger. Après tout, on se trouve là en pleine forêt vierge. Bon, il n’y a pas de bêtes dangereuses, agressives. Mais parfois la visite d’un perroquet, de petits singes ou de paresseux. Les logements sont protégés par des toits recouverts du traditionnel tressage serré de branches de palmier.

Le climat est ici tropical. Même compte tenu de la brève saison des pluies, en mars, il fait toute l’année autour de 30 degrés. En haute saison, de décembre à février, le thermomètre peut parfois grimper à 40 degrés. Heureusement qu’une piscine a été intégrée au jardin, creusée à l’arrière du terrain en légère pente.

Bien que l’ensemble de la conception architecturale écologique requière un minimum d’énergie, on ne renonce bien sûr ici à aucun confort. La vaste terrasse du lounge comporte un cinéma de jungle complètement équipé d’un projecteur HD, de centaines de films et d’une installation sonore sur base iPad. On cuisine au gaz sur le bloc-cuisine de béton teint (en soi un exemple de design) et deux réfrigérateurs avec compartiment de congélation assurent qu’il y a quelque chose de frais à boire.

Une prise secteur fournit le courant électrique, aidée par des panneaux solaires. Et l’eau propre provient du ruisseau voisin. Prendre sa douche de forêt vierge sur la terrasse devant la salle de bains est vraiment une expérience unique! Outre la bâtisse spectaculaire, la nature intacte est en soi une attraction. La vue depuis les terrasses est à couper le souffle, aussi bien en direction de la forêt tropicale que vers les sommets au loin, direction l’Atlantique. Il y a bien sûr toutes sortes d’excursions distrayantes et passionnantes à faire vers l’animée localité d’Itacaré, à la mer et dans les environs.

Mais en réalité, ici, la détente est reine. La lecture dans les fauteuils et sur les sofas (bien des meubles ont été fabriqués selon les dessins du maître d’œuvre) ou la sieste en hamac sous le toit de palmes. Le romantisme de la forêt vierge et le luxe sont inclus.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."