Bilan

Une Triumph sous anabolisants

Le constructeur britannique a sorti un engin tellement puissant qu’il n’a plus rien d’une moto: sa Rocket ne sait rouler qu’à fond.

  • Crédits: TV
  • Crédits: TV

Quand on parle de cylindrée dans le domaine mécanique, lorsque l’on aborde les 2500 cm3, on se dit que la voiture en question doit commencer à être dans le domaine du sérieux. Ma Golf GTI personnelle se targue d’avoir un moteur de 2 litres, il n’y a donc aucun doute que si on est un poil au-dessus, ça devrait marcher relativement bien. Sauf que dans le cas présent, ce n’est pas d’une voiture dont on parle, mais d’une moto. Et ça devient complètement débile.

Les Anglais de chez Triumph se sont donc lâchés. Lorsque je me suis intéressé à la gamme du constructeur britannique, j’avais tout d’abord découvert la mythique Scrambler de l’ami McQueen, puis la Bonneville avec son bon look de moto de quand j’avais 20 ans. Finalement, l’an dernier, on m’avait confié la Speed Triple RS. A la moitié de l’essai qui devait durer dix jours, j’ai pris le parti de ramener la moto au service presse du constructeur britannique, tout simplement parce qu’il me semblait que la bête ne me laissait que deux perspectives: la disparition de mon permis de conduire ou un décès au bout d’une longue courbe à la suite d’un excès de confiance.

Cette fois, Triumph vient de sortir un truc qui ne ressemble à rien d’autre. Je dis «truc» parce que la Rocket n’est même plus une moto, c’est un engin à part. Esthétiquement, ceux qui connaissent un peu peuvent imaginer une Speed Triple RS qui se serait mise au bodybuilding et qui se serait nourrie de produits anabolisants et protéinés. La Rocket, c’est Arnold Schwarzenegger au temps de sa gloire. Une moto qui a perdu toute notion de réalité.

En dehors du fait que le moteur est plus gros que celui d’une GTI de fort bonne facture, le monstre de chez Triumph annonce également plus de 160 chevaux – à ce stade-là, plus besoin d’être précis. Alors, vous me direz: «Oui, mais 167 chevaux, ce n’est rien, il y a bien mieux sur le marché.» Oui, je sais, mais je peux vous dire que même s’il y a bien mieux sur le marché, je ne monterai jamais dessus. Ou alors par pure conscience professionnelle.

Disons que cet engin a un côté «musclé» qui dépasse l’entendement. C’est le genre de moto sur laquelle vous crevez d’envie de monter, mais que dès que vous êtes dessus, vous vous demandez pourquoi vous êtes là et pourquoi vos bras sont soumis à de telles pressions à chaque accélération. En fait, lorsque l’on conduit cet engin – non, c’est inexact: lorsque cet engin vous conduit –, vous avez le sentiment qu’il n’y a pas de poignée de gaz. Pas de moyen de «doser» la puissance. Sur la Rocket, c’est ON ou OFF, il n’y a pas de positions intermédiaires pour vous balader. Soit vous roulez à fond, soit vous ne roulez pas.

D’ailleurs, je vous l’avoue, j’ai passé près de deux semaines avec elle, et je pense sincèrement que je n’ai jamais vu le compteur au-dessous des 60 km/heure. Vous mettez la première, vous êtes à 60 km/heure. Je crois même que la moto ne tient pas debout sous les 60 km/heure. Quant à savoir jusqu’où elle peut monter, je vous avoue platement que passé une certaine vitesse, les larmes qui coulaient dans mes yeux à cause de l’accélération m’empêchaient de lire le compteur.

La Mustang anglaise

Pour être franc, je pourrais vous parler des trois cylindres, du nombre incroyable de sorties d’échappement, du fait qu’il y a deux places dessus, mais que jamais personne n’a voulu monter avec moi, ou de certaines indications de l’ordinateur de bord qui ne veulent plus rien dire à un certain moment. Mais je crois que la Triumph Rocket ne s’explique pas, elle se teste, elle se roule (ou vous emmène rouler). Bref, c’est un peu comme une Ford Mustang Shelby GT500, elle ne sert strictement à rien dans un monde où les écologistes sont au pouvoir, mais lorsque vous en conduisez une, personne ne pourra vous faire lâcher le guidon.

* Bitume.ch


Fiche Technique

Triumph Rocket III R 2020

Moteur: 3 cylindres

Puissance: 167 chevaux

Transmission: par cardan

Boîte à 6 vitesses

Vitesse max.: inconnue à ce jour

Poids: 291 kilos

Contenance du réservoir: 18 litres

Thomas Veillet*

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."