Bilan

Un mécène suisse à Versailles

La réfection de la fontaine Latone à Versailles a permis de former la relève dans des savoir-faire rares. C’était une volonté de la Fondation Philanthropia, de Lombard Odier, qui a financé l’opération.
  • Crédits: Dr
  • Crédits: Dr
  • Crédits: Dr
  • Crédits: Dr

Une splendeur. Des jets d’eau miroitant dans la lumière de mai tournoient autour de la statue de marbre blanc de Latone, maîtresse de Jupiter poursuivie par des paysans que le roi des dieux va transformer en grenouilles. Après trois ans de travaux, le bassin a été rendu ce printemps à ses fastes d’antan grâce au soutien de la Fondation Philanthropia, de Lombard Odier, qui a financé cette restauration à plus de 8 millions de francs.

Derrière cette réalisation, le savoir-faire d’une quantité d’artisans des métiers d’art, qui ont trouvé dans ce projet exceptionnel l’opportunité de former une nouvelle génération de talents. Neuf fontainiers, 17 jardiniers, 7 doreurs, 9 tailleurs de pierre, 9 chaudronniers, 4 couvreurs spécialisés en couverture de plomb ont participé à l’aventure.

A la base de cette réfection d’envergure, le vœu d’un couple résidant à Genève. Restés sans enfants, les époux souhaitent léguer leur fortune à la collectivité. Une rencontre avec un ancien conservateur de Versailles les sensibilise au sort de la fontaine de Latone, ternie par le temps, dont les fondations menacent de s’effondrer. Les mécènes s’adressent alors à la Fondation Philanthropia, avec le désir de financer la rénovation de ce monument. Les donateurs sont malheureusement tous les deux décédés avant d’avoir pu voir la fin des travaux.

« Pour les décors sculptés en plomb, nous appliquons la dorure à la mixtion, sur laquelle nous déposons des feuilles d’or de 25 carats » explique Florence Bruneau, des Ateliers Gohard dans la documentation de presse. Les sculptures, notamment les grenouilles et les paysans en train de se métamorphoser, représentaient 200 m2 de surface. Quelque 35 000 feuilles d’or ont été posées au pinceau en 600 heures de travail.

Autre métier rare, celui de fontainier. Plombier de formation, les fontainiers de Versailles ont été formés sur le terrain après avoir réussi un concours organisé par le Ministère de la culture et de la communication. Neuf fontainiers entretiennent les 35 kilomètres de canalisation et 55 fontaines du domaine qui comportent 600 effets d’eau. Les fontainiers de Versailles maîtrisent notamment la technique de « soudure à la louche » qui remonte au temps de Louis XIV. Dans les souterrains, le visiteur découvre non sans émotion de nombreuses conduites en fonte frappées de la fleur de lys royale, datant de 1689. 

Un mécénat exigeant

« La Fondation Philanthropia s’est engagée dans cette restauration avec un mécénat exigeant, avec la volonté de promouvoir la relève dans les métiers d’art. Cet impératif nous a conduits à établir un lien d’excellence entre le passé et le présent », indique Catherine Péguart, présidente du domaine national de Versailles. Une dizaine d’apprentis a été engagée pour ce chantier. La démarche de la fondation a fait école puisque la formation va être systématisée sur tous les chantiers patrimoniaux.

« La transmission des patrimoines figure au cœur de nos objectifs, souligne Anne-Marie de Weck, vice-présidente de la Fondation Philanthropia. Nous souhaitions aussi que le public puisse être associé à la rénovation. Le chantier est resté accessible tout au long des travaux et les visiteurs ont pu assister par milliers aux manœuvres les plus spectaculaires. »

Connu comme l’ouvrage clé du système hydraulique de Versailles, le bassin créé par Le Nôtre en 1665 et embelli par Hardouin-Mansart est accessible gratuitement lors des heures d’ouverture du parc.

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."