Bilan

« Un challenge difficile mais passionnant »

Galeriste d’origine helvétique mondialement reconnue, Dominique Lévy ouvre un nouvel espace à Paris où elle présente les derniers lumineux travaux de l’artiste allemand Günther Uecker.

Günther Uecker : Lichtbogen/Arc de lumière, jusqu’au 9 janvier 2021, 4 Passage Sainte-Avoye, Paris

Crédits: Dr

Les ouvertures de nouvelles galeries ne sont pas légion ces temps-ci. Une raison supplémentaire pour saluer l’inauguration de la galerie Lévy Gorvy, cet automne à Paris. Implantée de longue date à New York et Londres, la galerie animée par la Suissesse Dominique Lévy affiche à son palmarès des expositions saluées par la critique, comme « Warhol Women », l’année dernière dans la capitale artistique américaine. Ces dernières années, la galerie est passée par un fort développement qui aboutit aujourd’hui à l’ouverture d’un cinquième espace, suite à la réussite des filiales de Zurich et Hong Kong. Dans l’ancien protectorat britannique, Lévy Gorvy s’est fait remarquer cet été par une exposition de Pierre Soulages dans ses nouveaux locaux asiatiques. Avec, parmi ses artistes, des valeurs sûres comme Franck Stella ou Martial Raysse, Dominique Lévy a choisi l’Allemand Günther Uecker pour sa première exposition parisienne.

Vous présentez à Paris six toiles monumentales de l’artiste allemand Günther Uecker. Comment définir son travail ?

L’artiste a peint ces toiles pendant la période de confinement liée à la pandémie de coronavirus. Quand je les ai découvertes, j’ai été sidérée par l’énergie qu’elles dégagent. J’ai tout de suite eu envie de les montrer, parce que ces tableaux rayonnent d’une aura particulière. Jusque-là, Günther Uecker travaillait avec des clous qui, dans ses travaux, prenaient des allures de nuages dans un geste méditatif. Ce processus fait écho à l’enfance d’Uecker. Il a grandi sur les rives baltes d’Allemagne de l’Est, une région très marquée par la guerre. Maintenant, les clous se sont transformés en gouttes de couleur. Ses motifs sont devenus des arcs de lumière, comme le dit le titre de l’exposition. C’est à la fois un acte de courage et un cri d’espoir.

Vous représentez également l’artiste allemande émergente très en vue Jutta Koether. Quel est le fil conducteur entre les membres du réseau de créateurs que vous réunissez ?

Je connaissais Jutta Koether depuis longtemps mais j’ai réellement découvert son travail au musée Brandhorst à Munich où elle présentait en 2019 une exposition marquante intitulée « Tour de Madame ». Elle peint avec la couleur rouge. Son œuvre réunit le meilleur des influences européennes et américaines. Son style est immédiatement identifiable et par ses choix qui ignorent toute facilité, elle aussi, elle montre du courage. Le courage, c’est ce qui fait mon fil conducteur. Cette qualité va avec l’originalité, un langage particulier et un engagement authentique. Prenez Pierre Soulages. Il a cheminé toute sa vie en restant fidèle à sa recherche et créé une œuvre qui ne ressemble à aucune autre. Son parcours l’a amené vers de plus en plus de lumière.

Dessiné par Jean Nouvel en 2008, le nouvel espace que vous ouvrez à Paris dans le quartier du Marais a appartenu au producteur, cinéaste et collectionneur d’art Claude Berri. Comment ce lieu est-il parvenu jusqu’à vous ?

Nous nous connaissions bien avec Claude Berri et j’aimais beaucoup sa galerie. Puis il est décédé en 2009. Ces dernières années, la galerie était occupée par l’entreprise Saint-Gobain qui en a fait un espace dédié au verre. Il y a longtemps que je rêvais de reprendre cette adresse et lorsque l’opportunité s’est présentée, je n’ai pas hésité une seconde. L’architecte Luis Laplace a réaménagé l’ancien Espace Claude Berri dans le respect du concept original de Jean Nouvel.

Quel est l’impact de cette période de pandémie sur le monde de l’art ?

Pour nous, il est encore plus crucial aujourd’hui de montrer de l’art au public car il procure un réconfort aux gens. Pour y parvenir, il faudra nous montrer agiles, être plus réactifs et favoriser l’échelle locale, puisque qu’il est devenu difficile de voyager pour les collectionneurs. La galerie avait grandi durant ces six dernières années. Il nous faudra maintenant rétrécir, faire des choses plus simples et moins chères. C’est un challenge difficile mais passionnant. L’opportunité de nous renouveler et de nous réinventer.


Un parcours international dédié à l’art

Dominique Lévy avait 3 ans quand sa mère l’a emmenée pour la première fois à Art Basel. Fille d’un négociant en coton égyptien devenu courtier en devises en Suisse, la Lausannoise a étudié la finance, les sciences politiques puis a bifurqué vers les arts. A la fin des années 1980, elle est recrutée par le commissaire-priseur Simon de Pury chez Sotheby’s, où elle fait ses premières armes. Suivent différents projets, avant qu’elle rejoigne à Londres, au milieu des années 1990, l’influente équipe du marchand d’art Anthony d’Offay. A ce poste, elle se spécialise dans l’art américain d’après la Seconde Guerre mondiale. Nouveau saut dans sa carrière en 1999. Elle devient directrice internationale des ventes privées de Christie’s à New York. Dès 2003, elle se met à son compte avec une société de conseil et une première galerie. A New York, elle signe des premiers succès critiques comme l’exposition «Audible Presence» : Lucio Fontana, Yves Klein, Cy Twombly. En 2017, la Lausannoise s’associe avec le marchand d’art new-yorkais et autre ancien de Christie’s Brett Gorvy, et investit un espace agrandi dans un bâtiment historique au 909 Madison Avenue, dans la Grande Pomme. Parallèlement à l’art, Dominique Lévy est aussi très active dans la philanthropie, en soutenant notamment l’Asia Society, le Jewish Museum ou le Studio Museum in Harlem.

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."