Bilan

Un arbre en tant qu’œuvre d’art

A Bâle, Klaus Littmann crée une «Arène pour un arbre», afin de mettre en valeur la beauté de la nature.

  • Le Bâlois Klaus Littmann a créé une arène avec des gradins d’où l’on peut admirer cet arbre rare, un parrotie de Perse.

    Crédits: DR
  • L’exposition «Tree Connections» est consacrée au motif des arbres dans l’art.

    Crédits: DR

A la fin de ce mois d’avril, Klaus Littmann a dévoilé une «Arène pour un arbre», sur la Münsterplatz à Bâle. La structure ressemble à une corbeille de paille géante qui entoure un arbre de huit mètres de haut. Le public peut ainsi admirer ce parrotie de Perse, également appelé «arbre de fer» en raison de la dureté de son bois, en s’installant dans les gradins de la construction. «La nature elle-même est une œuvre d’art. On peut donc aussi lui octroyer un peu d’intérêt», explique Klaus Littmann, un artiste adepte des installations dans les espaces publics. Soutenue par la Kulturstiftung Basel H. Geiger, cette création est un élément clé de l’exposition «Tree Connections» qui se déroule au siège de la fondation à Bâle. Quelque 75 œuvres de 45 artistes du XIXe siècle à nos jours y sont présentées.

En 2019, Klaus Littmann s’était illustré en plantant une forêt entière dans le Wörthersee Stadion Klagenfurt, en Autriche. Son intention, à l’époque comme aujourd’hui, c’est de fournir un cadre à l’interaction entre l’art et la nature. Un thème qui accompagne le Bâlois depuis sa formation à l’Académie des beaux-arts de Düsseldorf. Le jeune homme a fait ses études sous la direction de Joseph Beuys, qui avait planté 77 000 chênes à Kassel, en 1982, pour l’exposition «Documenta» qui se déroule tous les cinq ans dans cette ville allemande.

L’arbre de l’installation restera à Bâle comme un cadeau, tandis que l’arène se déplacera vers de nouveaux arbres dans des lieux encore à définir.

«Tree Connections», Kulturstiftung Basel H. Geiger, Spitalstrasse 18, jusqu’au 11 juillet.

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."