Bilan

SUV palaces

La réponse est seize. Mais à quelle question ? A celle du 4x4, le seul chiffre qui occupe les esprits des constructeurs cette année.
  • Le Bentayga de Bentley propose des performances d’athlète malgré sa taille XXL

    Crédits: Dr
  • Les roues de 22 pouces livrées sur la version First Edition confèrent une allure racée au Jaguar F-Pace. Attention aux trottoirs!

    Crédits: Dr
  • Crédits: Dr
  • Élégance italienne teintée d’agressivité affichée par le Maserati Levante grâce à des phares avant affinés et les trois ouïes latérales d’aération sur les flancs.

    Crédits: Dr

Ce printemps, le choix de modèles disponibles en véhicules SUV (comprenez Sport Utility Vehicle) se multiplie, y compris dans le haut de gamme. Jusque dans les années 1990, les choses étaient très simples: en matière de 4x4 de luxe, il n’y avait que le sacro-saint Range Rover. Puis Mercedes, BMW, Audi et consorts s’en sont mêlés.

Résultat: un plébiscite total de la part de la clientèle, voire un renouveau pour certaines marques, telle Porsche, à qui le Cayenne a permis de doubler sa production. En parallèle, l’image de ce type de modèles a complètement changé. Il ne s’agit plus d’aller s’aventurer dans les champs pour faire le tour de son vaste domaine mais plutôt de s’afficher - en ville et en hauteur - au volant d’un véhicule dont la taille, le prix et le blason annoncent à tous le statut social de son conducteur (ou trice). 

Il était donc à prévoir que les constructeurs qui ne s’étaient pas encore aventurés sur ce terrain soient tentés par une part du juteux gâteau. Coup sur coup, ce sont trois nouveaux arrivants sans historique en la matière qui se présentent: Jaguar, Maserati et Bentley.

Commençons par la plus « abordable » des trois voitures: la Jaguar F-Pace. En entrée de gamme, « le chat » dispose d’un moteur de 2 litres diesel de 180 chevaux, proposé à un prix très agressif  sous la barre des 50 000 francs. Le haut de gamme bénéficie lui d’un 3 litres à essence délivrant une puissance de 380 chevaux. Il est livré d’origine avec de monstrueuses roues de 22 pouces.

A l’intérieur, Jaguar a vu grand : les compteurs du tableau de bord ont été remplacés par un grand écran de 12,3 pouces, alors qu’un second écran tactile multitouch de 10,2 pouces trône sur la console centrale. La F-Pace est reconnaissable au premier coup d’œil: sa proue reprend le désormais familier design des berlines maison tandis que sa poupe adopte des feux similaires à ceux du splendide coupé F-Type.

On sent bien que Jaguar n’a pas voulu prendre de risques inconsidérés en adoptant un look qui ne désorientera pas ses clients habituels : on espère de gros volumes de vente. Cible très clairement visée, et d’ailleurs de façon tout à fait transparente puisque Jaguar cite nommément la concurrence: la Porsche Macan.

Le grand patron Sergio Marchionne l’a annoncé: il n’y aura pas de tout-terrain signé Ferrari. C’est donc à Maserati que revient la tâche de défendre le groupe Fiat en la matière. Chose faite depuis le Salon de lautomobile de Genève grâce à la présentation du Levante. Maserati a enfin mené à terme un projet initié en 2011 lors de la présentation du prototype Kubang, dont l’esthétique du Levante s’éloigne peu.

Outre un 3 litres diesel en entrée de gamme, le Levante sera également équipé d’un moteur essence biturbo de même cylindrée développé par Ferrari et délivrant 430 chevaux. Les prix débutent aux alentours de 85 000 francs, pour une voiture livrée avec un équipement d’origine déjà très satisfaisant. Par contre rien n’empêche le client en guise d’exclusivité de faire appel au large panel de services de personnalisation de la marque au trident. Tout comme Jaguar, Maserati n’hésite pas à parler du benchmark visé: la Porsche Cayenne.

Au propre comme au figuré, on monte d’un échelon avec le Bentley Bentayga. Présenté en septembre 2015, il se place d’emblée au-dessus de la concurrence en revendiquant ni plus ni moins que le titre de SUV le plus rapide du monde. Il faut dire que la bête soutient ce qu’elle avance. Jugez-en par vous-même: son moteur de 12 cylindres en W12 dans lequel soufflent deux turbos délivre la bagatelle de 608 chevaux et 900 Nm de couple.

Une puissance dantesque lui permettant de dépasser les 300 km/h d’une petite unité, en exécutant au passage un 0 à 100 km/h en à peine 4,1 secondes, par le biais d’une boîte de vitesses automatique à 8 rapports. La consommation est en rapport avec 12,8 litres aux 100 km (évidemment à des allures beaucoup plus pacifiques) et une émission de CO2 s’élevant à 292 grammes par kilomètre parcouru.

Dans l’habitacle, pas de doute, nous sommes bien dans une Bentley. Boiseries, cuir surpiqué et matelassé, chromes, moquettes épaisses, écrans pour tout le monde aux places arrière, connexion internet, des fauteuils électriques individuels chauffants, massants et ventilés et même en option un nécessaire à pique-nique comprenant flûtes de champagne en cristal, vaisselle en argent, petit réfrigérateur et banquette matelassée. De quoi faire une halte avec tout le confort nécessaire sur la route de Saint-Moritz.

Un modèle pour l’instant sans concurrent. Pas pour longtemps puisque Lamborghini a confirmé la sortie prochaine de son SUV (secteur dans lequel la marque au taureau avait déjà fait une inoubliable incursion dans les années 1980 avec son monstrueux LM002), tandis que des rumeurs se font de plus en plus persistantes du côté de Rolls-Royce.  

Jorge S.B.

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Voitures de collection: et si vous vous y mettiez?
REGARD

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."