Bilan

Spike Lee devient mentor du programme philanthropique de Rolex

La nouvelle a été annoncée en début d’année au Cap : le célèbre réalisateur sera mentor de Kyle Bell pour la période 2020-2021. Trois autres collaborations artistiques démarrent en parallèle concernant le théâtre, les arts visuels et la nouvelle catégorie intitulée « open category ».

  • Crédits: Bart Michiels
  • Le cinéaste amérindien autodidacte Kyle Bell (à gauche) va bénéficier de l’expérience du réalisateur oscarisé Spike Lee durant deux ans.

    Crédits: Bart Michiels
  • Agustina San Martin et son mentor Lin-Manuel Miranda.

    Crédits: Bart Michiels
  • Carrie Mae Weems et Camila Rodriguez Triana.

    Crédits: Audoin Desforges
  • Phyllida Lloyd et sa protégée Whitney White.

    Crédits: Bart Michiels

Méconnu, le programme Rolex de mentorat artistique est sans aucun doute l’un des programmes philanthropiques les plus ambitieux dans son registre. Il associe de jeunes artistes doués à des maîtres de renommée internationale. Pendant une période de deux ans, les mentors et les protégés doivent passer au minimum six semaines ensemble, mais dans les faits de nombreux binômes y consacrent bien davantage de temps. Pas évident pour des stars internationales aux agendas débordants !

C’est avec quelques semaines d’avance sur le printemps que quatre nouveaux duos ont été dévoilés au Cap en Afrique du Sud. Rebecca Irvin, responsable de ce programme, a ainsi annoncé que le cinéaste américain Spike Lee avait choisi de travailler avec le réalisateur Kyle Bell (USA), 33 ans ; la réalisatrice britannique Phyllida Lloyd avec Whitney White (USA), 33 ans ; l’artiste américaine Carrie Mae Weems avec la Colombienne Camila Rodriguez Triana, 34 ans. Enfin, dans la toute nouvelle « open category », le compositeur, parolier et acteur américain Lin-Manuel Miranda a choisi Agustina San Martin, 28 ans, d’Argentine.

Le programme est ancré dans une pratique séculaire : la transmission du patrimoine artistique mondial d’une génération à l’autre grâce au mentorat. Rolex souhaite ainsi soutenir les artistes de la même manière que les Rolex Awards for Enterprise soutiennent les scientifiques, les écologistes et les explorateurs.

L’initiative a pu être lancée dès 2002 et se déroule sur des cycles de deux ans. Le processus est complexe. Tout d’abord, il faut sélectionner des mentors. Pour ce faire, l’initiative a créé un comité consultatif d’artistes et de praticiens des arts international. Pour le cycle en cours, ce comité se compose d’une douzaine de personnalités, parmi celles-ci Kathleen Kennedy, productrice de films et présidente de Lucasfilm Ltd, le réalisateur Darren Aronofsky, qui avait remporté le Lion d’or à la Mostra de Venise, ou encore l’artiste Cristina Iglesias, réputée pour ses sculptures. 

Cet « advisory board » a pour tâche de suggérer, soutenir et aider à recruter les mentors. Une fois que ceux-ci ont accepté de participer, chaque mentor est invité à donner le profil de son protégé idéal. Interviennent ensuite des panels de nominateurs sur mesure, un pour chaque discipline, qui vont être des dénicheurs de talents grâce à leur réseau à travers le monde. Les candidats au poste envié de « protégé » sont approchés et invités à soumettre leur candidature. Enfin, un jury pour chacune des huit disciplines sélectionne trois ou quatre finalistes protégés. Et, très logiquement, c’est au mentor concerné de faire son choix après avoir rencontré les finalistes. C’est ainsi par exemple qu’en 2015, le célèbre architecte Sir David Chipperfield avait choisi son jeune confrère zurichois Simon Kretz. Plutôt que de travailler ensemble à la construction d’un bâtiment, ils avaient décidé de mettre à profit ce programme de mentorat pour enquêter sur la manière dont l’aménagement urbain façonne une ville et donne une voix aux aspirations de ses habitants.

L’initiative prévoit un soutien pour les mentors et les protégés durant toute la période de mentorat et même au-delà. En effet, chaque protégé reçoit une allocation et peut bénéficier d’un soutien supplémentaire à l’issue de la période de mentorat pour la création d’une nouvelle œuvre, d’une publication, d’un spectacle ou d’un événement public.

Nouveau cycle

Pour la période 2020-2021, quatre programmes ont démarré : le cinéma, le théâtre, les arts visuels et l’« open category ». Ils succèdent ainsi aux catégories suivantes: l’architecture, la littérature, la musique et la danse. Spike Lee et Kyle Bell forment le 8e binôme du cinéma depuis son lancement en 2004. En 2006-2007, Stephen Frears avait été le mentor de Josué Méndez (Pérou). Et en 2008-2009, Martin Scorsese avait joué ce rôle pour Celina Murga (Argentine). Avec Spike Lee et Kyle Bell, l’initiative Rolex permet à deux militants d’échanger leurs expériences et leur vécu. 

Tous deux sont non seulement des réalisateurs de films, mais ils apprécient grandement aussi le documentaire. Spike Lee s’est même aventuré avec talent dans les clips vidéo de grands artistes, comme Prince et Michael Jackson. Il devait être la première personnalité afro-américaine à occuper le poste de président du jury du Festival de Cannes, lequel aurait dû se dérouler du 12 au 23 mai, avant d’être annulé à la suite de la pandémie du Covid-19. Seul le marché du film a été maintenu, mais sur une plateforme en ligne. Rappelons que ce dernier génère 750 millions d’euros de retombées économiques pour cette industrie. Son dernier film, « BlacKkKlansman » (« J’ai infiltré le Ku Klux Klan ») a décroché l’Oscar 2019 du meilleur scénario adapté, entre autres.

Phyllida Lloyd et Whitney White formeront un duo pour le théâtre, le neuvième depuis son lancement en 2002. Feu Patrice Chéreau avait été le mentor de Michal Borczuch (Pologne) de 2012 à 2013. En 2008, Phyllida Lloyd avait signé son premier film, « Mamma Mia ! » adaptation de la comédie musicale du même nom dont elle avait mis en scène le spectacle. Pour les arts visuels, la prolifique Carrie Mae Weems sera la mentor de la Colombienne Camila Rodriguez Triana. La démarche de cette dernière se concentre sur la notion de réélaboration : il y a toujours une brèche insurmontable entre l’histoire d’origine et le récit retravaillé. Enfin, annoncé après la cérémonie de clôture du précédent cycle, Lin-Manuel Miranda a finalement opté pour « superviser » Agustina San Martin. Celle-ci a été récompensée dans la catégorie « meilleur court-métrage» lors de la 72e édition du Festival de Cannes pour « Monstruo Dios ». Un film où Dieu est maintenant une centrale électrique et où, lors d’une nuit brumeuse, les vaches s’échappent, un enfant est choisi, et un adolescent essaie de trouver la liberté. A suivre.

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF DE BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef de Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également à l'initiative du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches. Après avoir été rédacteur en chef adjoint de Bilan de 2014 à 2019, il a pris la succession de Myret Zaki en juin 2019.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."