Bilan

SIHH 2015: Ce qu’il faut en retenir

Ajustement des prix, richesse créative et démonstration de force manufacturière sont les réponses que les 16 marques exposantes espèrent efficaces contre la morosité économique ambiante.
  • IWC. Portugaise Calendrier Annuel

  • Cartier. La Clé, modèle en or rose.

  • Cartier. La Clé, modèle serti diamants

  • Jaeger-LeCoultre. Duomètre Sphérotourbillon Moon

  • Jaeger-LeCoultre. Master Grande Tradition Grande Complication

  • Roger Dubuis. Astral Squeletton automatique

  • Montblanc. Tourbillon Cylindrique Geosphères Vaco de Gama

  • Vacheron Constantin. Harmony Chronographe à rattrapante extra-plat

  • Van Cleef & Arpels. Modèle Cadenas, bracelet or et serti neige

  • Piaget.Black Tie Vintage

  • La pendule Parmigiani Serpent Jour/Nuit en partenariat avec Lalique

  • La pendule Parmigiani Gaïa Jour/Nuit en partenariat avec Lalique

Le quart de siècle célébré se devait d’être marquant. Il l’a été. Il aurait dû laisser seul place à l’éloge de la haute horlogerie et ouvrir avec faste l’année 2015. Mais le franc fort s’est invité à la fête. L’onde de choc, violente pour le marché suisse, devra être absorbée. Si certaines marques ont décidé de baisser les prix des montres de 5 points en Suisse, ils augmenteront d’environ 7 pourcent dans la zone euro. Et c’est en  grande partie les réseaux de distribution qui devront fournir l’effort, en jouant sur les marges. Mais à la fermeture des portes du SIHH, les perspectives étaient dans l’ensemble plutôt bonnes, malgré le franc désormais stabilisé à la parité. Fabienne Lupo, directrice générale du SIHH le confirme : « Le salon s’est bien passé, malgré l’annonce de la BNS quelques jours avant l’ouverture. Nous étions tous dans l’attente des réactions des marchés. Les échos sont rassurants, les marchés ont bien réagis et il n’y a pas eu d’impact sur les prises de commandes. » Et à la question de savoir si des annulations de détaillants en dernière minute ont été enregistrées, la réponse est claire : « Non, aucune annulation de détaillants. La fréquentation a même enregistré une hausse de 5% sur la zone euro et une hausse de 10% pour les Etats-Unis. Et en général, le salon a vu sa fréquentation augmenter de 4% par rapport à l’an dernier qui avait comptabilisé 14'500 visiteurs. »

Au niveau des collections présentées, cette 25ème édition aura été, surtout, l’occasion d’observer une belle créativité. De nouvelles propositions horlogères, mais aussi des espaces, pour beaucoup, entièrement repensés pour l’occasion.

De nouveaux calibres maison

De manière générale, cette année, les marques exposantes ont pour beaucoup investi dans la fabrication de nouveaux mouvements maison. En particulier chez Vacheron Constantin qui a livré une véritable démonstration de force, en présentant cinq nouveaux calibres maison certifiés Poinçon de Genève, tous dédiés, pour l’heure, à la nouvelle collection Harmony. C’est en hommage à ses 260 ans d’histoire ininterrompue que la maison genevoise a créé ce nouveau boîtier de montre, décliné pour l’homme et pour la femme. Un nouveau design, de forme coussin, inspiré d’un ancien modèle chronographe de 1928 repris des archives de la maison. Double fuseau horaire, chronographe à tourbillon, chronographe à pulsomètre ou chronographe automatique à rattrapante extra-plat, sept modèles de la collection Harmony sont disponibles.

Egalement présente sur le terrain des nouveaux calibres « in-house », la maison IWC propose trois nouveaux mouvements. Et comme chaque  année, la marque IWC mettait à l’honneur une de ses collections. En 2015, c’est la mythique collection Portugaise qui connaît renouveau et nouvelles complications, avec, en pièce phare, son nouveau modèle Calendrier Annuel. Proposition innovante pour la maison de Schaffhouse, elle affiche date, jour et mois d’une extrême lisibilité au travers de trois fenêtres distinctes. L’intérêt ? Le nouveau calibre indique automatiquement la bonne date en fin de mois, seul février demandant un réglage. Mais ce niveau calibre 52850 n’est pas la seule innovation chez IWC. La manufacture, qui sera entièrement relocalisée dans de nouveaux bâtiments fin 2016, présentait deux nouveaux calibres de base, automatique et chrono qui équiperont, à terme, des modèles à gamme de prix inférieurs à 10'000.-

Audemars Piguet en a toujours fait sa grande spécialité, mais cette année, la répétition minutes atteint son apogée, grâce au son particulièrement fort et cristallin de sa sonnerie. Développé en partenariat avec l’EPFL, c’est bien sur les principes de la lutherie que la Royal Oak RD1 Concept d’Audemras Piguet s’appuie pour délivrer la force vibratoire. A la clé, trois brevets pour ce mouvement maison.

La bonne étoile

Tous les ans, une inspiration commune à quelques marques semble dessiner la tendance. En 2015, c’est le thème astral qui domine les envies, en particulier chez Jaeger-LeCoultre, Montblanc et Roger Dubuis..

Le Duomètre Sphérotourbillon Moon Jaeger-LeCoultre est un hommage aux astres célestes : la terre, un tourbillon sphérique et la lune sur un disque en or. D’une extrême complication, ce mécanisme calcule les lunaisons pendant 3887 ans, un record ! Deuxième modèle inspiré du ciel, La Master Grande Tradition, en plus de son tourbillon, reproduit sur son cadran la carte céleste de l’hémisphère Nord. Ce ciel boréal dévoile sa toile de constellations : Grande Ourse, Etoile Polaire ou Cassiopée, ainsi que la ceinture des douze constellations qui composent le Zodiaque.

Pour Montblanc, c’est la terre, vue du ciel qui l’emporte. Le Tourbillon Cylindrique Geosphères Vasco de Gama présente une combinaison inédite d’un tourbillon cylindrique et d'un triple affichage unique des fuseaux horaires. Deux globes peints à la main affichent les 24 fuseaux horaires du monde dans les hémisphères nord et sud, ainsi que le passage des jours et des nuits.

L’étoile, c’est désormais aussi le signe distinctif de Roger Dubuis, qui signera toujours de cette forme à 5 branches l’un des ponts de ses mouvements. Le modèle Tourbillon Astral Squeletton automatique avec micro-rotor le dévoile dans une belle exécution complètement squelette.

De forts caractères

Le grâle, pour toute marque, c’est de réussir à faire naître une icône, tous les 10 ans. Une forme nouvelle, reconnaissable, qui complète sans voiler le succès des autres. A ce jeu, Cartier reste reine. Tank, Rotonde, Ballon bleu, la gamme voit naître une nouvelle collection,  la Clé.  Cette nouvelle forme, qui joue entre les lignes cambrées du boîtier et le rond parfait du cadran, intègre dans son profil, une couronne rectangulaire. C’est en tirant le remontoir longiligne serti d’un saphir bleu rectangulaire que la couronne peut être tournée, comme une clé. Pour homme, pour femme, en or ou serti de diamants, trois tailles au choix.

Chez Piaget, c’est un retour au vintage des années Warhol. Ni rond, ni carré, ni rectangulaire, mais un peu des trois, le boîtier de la Black Tie inspiration Vintage se compose d’une série de godrons en or blanc superposés qui entoure le cadran parfaitement noir onyx. Le tout est hypnotique.

Chez Van Cleef, c’est l’iconique montre Cadenas qui revient en avant-scène, retravaillée sur quelques détails du design. La lecture inclinée de l’heure, qui gagne en lisibilité, se lit toujours à la dérobée, comme le souhaitait déjà la Duchesse de Windsor, en 1935 qui en aurait inspiré le style.

L’art poussé à l’extrême

Parmigiani, reconnu depuis ses débuts pour son savoir-faire en pendule de table, avait déjà marqué les esprits en 1996, avec la création de sa Fleur d’Orient. Depuis, la marque n’a jamais cessé cet art horloger. En 2015, sa collaboration avec Lalique donne naissance à deux exceptionnelles exécutions, Le Jour et La Nuit Pendule Soleil de Gaïa et Pendule Serpent. Au final, 2160 heures de travail pour concevoir et réaliser l’habillage en cristal Lalique, mouvement et cadran Parmigiani.

Cristina d'Agostino

RÉDACTRICE EN CHEF ADJOINTE EN CHARGE DE BILAN LUXE

Lui écrire

Licenciée en Sciences politiques à l’Université de Lausanne puis spécialisée en marketing et économie à HEC Lausanne en 1992, Cristina d’Agostino débute sa carrière dans l’industrie du luxe, et occupe les fonctions de responsable marketing et communication pour diverses marques horlogères. En 2008, elle décide de changer radicalement d’orientation, et débute une carrière de journaliste. En freelance d’abord, elle collabore aux titres Bilan, Bilan Luxe, Encore, avant d’intégrer la rédaction de Bilan en 2012. Depuis 2012, elle occupe la fonction de rédactrice en chef adjointe et responsable des hors-série Bilan Luxe.

Du même auteur:

Ex-mannequin: un physique pour quel emploi?
Comment Matignon a créé six cliniques en quatre ans

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."