Bilan

S’offrir un château, s’offrir du rêve

La Suisse regorge de châteaux et de maisons fortes. Un marché qui comporte désormais davantage de vendeurs que d’acheteurs. Notre reportage à Allaman, Gorgier et Bavois.
  • Sans son vaste domaine, le majestueux château d’Allaman (et ses papiers peints du XVIIIe siècle) est proposé à la vente pour 59 millions de francs.

    Crédits: Markus Lord
  • Sans son vaste domaine, le majestueux château d’Allaman (et ses papiers peints du XVIIIe siècle) est proposé à la vente pour 59 millions de francs.

    Crédits: Markus Lord
  • Sans son vaste domaine, le majestueux château d’Allaman (et ses papiers peints du XVIIIe siècle) est proposé à la vente pour 59 millions de francs.

    Crédits: Markus Lord
  • Sans son vaste domaine, le majestueux château d’Allaman (et ses papiers peints du XVIIIe siècle) est proposé à la vente pour 59 millions de francs.

    Crédits: Markus Lord
  • Sans son vaste domaine, le majestueux château d’Allaman (et ses papiers peints du XVIIIe siècle) est proposé à la vente pour 59 millions de francs.

    Crédits: Markus Lord
  • Sans son vaste domaine, le majestueux château d’Allaman (et ses papiers peints du XVIIIe siècle) est proposé à la vente pour 59 millions de francs.

    Crédits: Markus Lord
  • Sans son vaste domaine, le majestueux château d’Allaman (et ses papiers peints du XVIIIe siècle) est proposé à la vente pour 59 millions de francs.

    Crédits: Markus Lord
  • Sans son vaste domaine, le majestueux château d’Allaman (et ses papiers peints du XVIIIe siècle) est proposé à la vente pour 59 millions de francs.

    Crédits: Markus Lord
  • Sans son vaste domaine, le majestueux château d’Allaman (et ses papiers peints du XVIIIe siècle) est proposé à la vente pour 59 millions de francs.

    Crédits: Markus Lord
  • Sans son vaste domaine, le majestueux château d’Allaman (et ses papiers peints du XVIIIe siècle) est proposé à la vente pour 59 millions de francs.

    Crédits: Markus Lord
  • Le château de Gorgier surplombe le lac de neuchâtel. edifié au XViiie siècle, il a conservé son caractère médiéval grâce à son pont-levis et à son donjon. Mise à prix: 17 millions de francs.

    Crédits: Marie Guarino
  • Le château de Gorgier surplombe le lac de neuchâtel. edifié au XViiie siècle, il a conservé son caractère médiéval grâce à son pont-levis et à son donjon. Mise à prix: 17 millions de francs.

    Crédits: Marie Guarino
  • Le château de Gorgier surplombe le lac de neuchâtel. edifié au XViiie siècle, il a conservé son caractère médiéval grâce à son pont-levis et à son donjon. Mise à prix: 17 millions de francs.

    Crédits: Marie Guarino
  • Le château de Gorgier surplombe le lac de neuchâtel. edifié au XViiie siècle, il a conservé son caractère médiéval grâce à son pont-levis et à son donjon. Mise à prix: 17 millions de francs.

    Crédits: Marie Guarino
  • Le château de Gorgier surplombe le lac de neuchâtel. edifié au XViiie siècle, il a conservé son caractère médiéval grâce à son pont-levis et à son donjon. Mise à prix: 17 millions de francs.

    Crédits: Marie Guarino
  • Le château de Gorgier surplombe le lac de neuchâtel. edifié au XViiie siècle, il a conservé son caractère médiéval grâce à son pont-levis et à son donjon. Mise à prix: 17 millions de francs.

    Crédits: Marie Guarino
  • Le château de Gorgier surplombe le lac de neuchâtel. edifié au XViiie siècle, il a conservé son caractère médiéval grâce à son pont-levis et à son donjon. Mise à prix: 17 millions de francs.

    Crédits: Marie Guarino
  • Le château de Gorgier surplombe le lac de neuchâtel. edifié au XViiie siècle, il a conservé son caractère médiéval grâce à son pont-levis et à son donjon. Mise à prix: 17 millions de francs.

    Crédits: Marie Guarino
  • Le château de Gorgier surplombe le lac de neuchâtel. edifié au XViiie siècle, il a conservé son caractère médiéval grâce à son pont-levis et à son donjon. Mise à prix: 17 millions de francs.

    Crédits: Marie Guarino
  • Le château de Gorgier surplombe le lac de neuchâtel. edifié au XViiie siècle, il a conservé son caractère médiéval grâce à son pont-levis et à son donjon. Mise à prix: 17 millions de francs.

    Crédits: Marie Guarino
  • Le château de Gorgier surplombe le lac de neuchâtel. edifié au XViiie siècle, il a conservé son caractère médiéval grâce à son pont-levis et à son donjon. Mise à prix: 17 millions de francs.

    Crédits: Marie Guarino
  • Le château de Gorgier surplombe le lac de neuchâtel. edifié au XViiie siècle, il a conservé son caractère médiéval grâce à son pont-levis et à son donjon. Mise à prix: 17 millions de francs.

    Crédits: Marie Guarino
  • Magnifiquement restaurés, le château de Bavois et ses annexes sont à saisir pour près de 24 millions de francs. il est doté de cheminées monumentales, de parquets et de poutres d’époque.

    Crédits: Dr
  • Magnifiquement restaurés, le château de Bavois et ses annexes sont à saisir pour près de 24 millions de francs. il est doté de cheminées monumentales, de parquets et de poutres d’époque.

    Crédits: Dr
  • Magnifiquement restaurés, le château de Bavois et ses annexes sont à saisir pour près de 24 millions de francs. il est doté de cheminées monumentales, de parquets et de poutres d’époque.

    Crédits: Dr
  • Magnifiquement restaurés, le château de Bavois et ses annexes sont à saisir pour près de 24 millions de francs. il est doté de cheminées monumentales, de parquets et de poutres d’époque.

    Crédits: Dr

Rien qu’en Suisse romande, il y aurait une centaine de châteaux! C’est ce qui ressort de l’excellent livre qu’André Locher a publié l’an dernier, lequel présente près de 250 châteaux et maisons fortes en Suisse. Sur son site, il répertorie 1043 châteaux et ruines en Suisse.

Comment résister à l’envie de dormir dans un lieu chargé d’histoire? Prenez par exemple le château d’Allaman, construit au XIIe siècle: George Sand y trouva son inspiration, Franz Liszt jouissait de sa splendeur, Voltaire ne voulait plus en partir, et l’impératrice Joséphine d’Autriche tomba amoureuse dans ses jardins privés.

Plus récemment, le comte de Sellon, qui préconisa avec succès l’abolition de la peine de mort, le surnomma «le château de la paix». «Pour de nombreuses personnes, on s’offre un château pour s’offrir un trophée», observe Pierre Hagmann, directeur de Naef Prestige. Lequel précise immédiatement que «ce n’est pas le cas pour le dernier château que nous avons vendu: le château de Vaudijon, sur Neuchâtel, où les nouveaux propriétaires sont motivés avant tout par la perspective de produire un grand vin».

A ce propos, une bonne partie de ces châteaux possèdent d’importantes surfaces viticoles. Citons par exemple le château de Glérolles (repris en 2010 avec ses 40 000 m2 de vignes d’appellation Saint-Saphorin par deux sociétés contrôlées par le promoteur immobilier Daniel-Henry Rey). Ou le château Le Rosey à Bursins (détenu à 100% depuis 2000 par l’architecte Pierre Bouvier, qui exploite 45 000 m2 de vignes). Si l’on en revient au château d’Allaman, son domaine comprend 17 hectares avec son parc et ses 5000 arbres et surtout 17 hectares de vignes.

Le vin est récolté et vinifié par le groupe Schenk qui propose un peu plus de 100 000 bouteilles entre trois vins: un passerillé, un mousseux rosé brut et un assemblage rouge. Le même groupe gère aussi les vignes du château de Vufflens (en mains de Jacques et Philippe de Saussure), du domaine du château de Châtagneréaz ou encore le château de Vinzel (tous deux propriétés de la famille Schenk).

Le château d’Allaman a été mis en vente par son propriétaire Markus Jerger. En novembre dernier, la direction de Naef Prestige Knight Frank y a organisé une dégustation de douze grands vins de Bordeaux, ainsi qu’un cocktail dînatoire concocté par Philippe Rochat.

Les nombreux invités ont pu découvrir l’impressionnant château, qui offre un espace intérieur de 3200 m2, composé de quelque 60 pièces. On y trouve en outre un manoir, une grange, ainsi qu’une résidence pour le personnel et des garages.

De coûteuses rénovations

Des papiers peints muraux, réalisés au XVIIIe, ont nécessité deux ans de restauration, sans parler du temps consacré à la charpente, aux parquets, etc. Le propriétaire actuel a restauré ce château durant les sept dernières années en collaboration avec les meilleurs architectes et artisans de la région pour créer un château du XXIe siècle (un ascenseur a réussi à y être intégré). Il pensait au départ l’aménager afin de le vendre à une famille, avant de modifier son projet et de partir sur l’idée d’y créer plusieurs appartements de haut standing.

Dorénavant, s’adaptant au marché, il est en discussion avancée avec plusieurs chaînes hôtelières. «On peut imaginer environ 16 suites et chambres dans le château lui-même et 24 dans le manoir avec un service hôtelier, comme le propose, par exemple, l’Alpina Palace à Gstaad», confie-t-il.

En charge du mandat, Pierre Hagmann est surpris qu’il n’y ait pas davantage de groupes actifs dans le luxe, notamment les horlogers, qui disposent d’un écrin digne de leurs marques. A notre connaissance, seules deux marques l’ont fait. Patek Philippe avec le «château Blanc», accolé à sa manufacture de Plan-les-Ouates (GE). En réalité, il s’agit d’une ancienne maison forte qui a été surélevée et allongée pendant le XVIIe et le XVIIIe siècle. La marque horlogère l’a rachetée en 1993. L’autre exemple est celui de la marque Bovet Fleurier. Pascal Raffy a saisi l’opportunité de s’offrir en 2007 le château de Môtiers, lequel domine l’ensemble du Val-de-Travers.

«Je ne désespère pas qu’une marque de luxe horlogère de Neuchâtel s’installe au château de Gorgier», observe Pierre Hagmann. L’édification de ce château remonte au XIII siècle. Construit en hauteur, quelque peu en retrait du bourg, il bénéficie d’une grande tranquillité.

Ce château a su conserver son charme médiéval grâce notamment à son pont-levis et à son donjon. Depuis 1879, ce lieu est en mains de financiers: tout d’abord Alphonse Henri Berthoud, un banquier neuchâtelois, puis Antoine Auguste Borel, banquier à San Francisco, et actuellement Joseph Dlutowski, qui détenait Capquest Group (cédé en 2011). Ce dernier a fait entreprendre d’importants travaux de restauration à son arrivée à Gorgier. Ils ont duré neuf ans. La propriété représente une surface totale de 4 hectares.

A mi-chemin entre Gorgier et Allaman, un autre splendide château est en vente, celui de Bavois (VD). Ce dernier offre une vue imprenable sur la plaine de l’Orbe, jusqu’à la chaîne du Jura. Acquis en 1988 par l’actuel propriétaire, le banquier Thierry Lombard, ce château a été bâti entre le XIVe et le XVe siècle.

Entièrement rénové, sa surface habitable de 800 m2 comprend un corps de réception avec une salle des chevaliers, une salle de billard, une salle à manger et trois appartements. Il est doté de cheminées monumentales, de parquets et de poutres d’époque.

Le domaine d’environ trois hectares comprend une piscine, une serre, des murs d’enceinte, une ferme composée de six appartements indépendants loués ainsi qu’une maison paysanne. A cela s’ajoute un vaste espace de réception d’environ 450 m2 permettant d’organiser des séminaires, des repas ou des concerts. Ce château est proposé à la vente, notamment par SPG Finest Properties.

Rentabiliser avec des événements

L’entretien d’un château est onéreux. «Il y a le nettoyage récurrent de la toiture, l’entretien des poutraisons et surtout des murs en pierre de taille, l’entretien des jardins ou encore le chauffage», comme nous le résume Pierre Bouvier. «Le médiéval revient plus cher que les maisons de la Renaissance, comme Vincy (acquis par l’architecte Norman Foster en 2007) ou Martheray.» Avec quatre magnifiques chambres d’hôte et ses salles, le château Le Rosey sis à Bursins met sur pied divers événements, notamment deux soirées gastronomiques par semaine.

Pour faire face aux nombreuses dépenses d’entretien, Robert Bovet, descendant de la famille De Mestral, et actuel propriétaire du château de Vullierens, a pour sa part transformé la ferme adjacente. Rebaptisée «Portes des Iris» en 1998, elle peut accueillir jusqu’à 450 personnes pour des grandes réceptions. Le bénéfice de ce lieu sert à entretenir le château dans son intégralité.

«Je n’ai jamais vendu de terrain, ce que font pourtant de nombreux châtelains qui ne peuvent pas financer le déficit et les travaux de rénovation. Le domaine compte toujours près de 100 hectares, dont 55 de terres agricoles et 7 hectares de vignes», déclare Robert Bovet qui organise aussi la visite de ses jardins réputés pour leur collection d’iris uniques en Europe.

Châteaux à louer

Troisième exemple de lieux qui misent sur les événements: le château de Coppet. Alors que la commune souhaite acquérir une partie du parc du château au comte d’Haussonville (soit 11 000 m2), cette bâtisse classée du XVIIIe siècle a été aménagée en un vrai lieu de séminaires, réunions et événements. Spécialisée sur ce créneau, la société Châteauform’ s’y est implantée à l’automne dernier.

Elle y dispose de six salles de réunion high-tech à la lumière du jour pouvant accueillir jusqu’à 120 participants. Les écuries du XIIIe ont été transformées en salle à manger pour des casse-croûte ou goûters gourmands faits maison. Une orangerie et son jardin accueillent des déjeuners sur l’herbe aux beaux jours. Fondée par Jacques Horovitz il y a dix-huit ans, Châteauform’ est présente en France, Allemagne, Espagne, Grande-Bretagne, Italie et au Benelux. Cette société ne disposait pour l’heure en Suisse que d’un grand chalet à Champéry.

Sans pouvoir être exhaustifs, relevons encore que les châteaux suivants peuvent également être loués pour une soirée: le château de Dardagny (GE), le château d’Eclépens (en mains de la famille De Coulon), le château d’Aigle, le château de Lucens (en mains de Marco Dunant de la société de négoce Mercuria) ou encore celui de Vaumarcus (NE). 

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT À BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef adjoint à Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également responsable du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."