Bilan

Reptile Mania

C’est le fameux coureur automobile Carroll Shelby qui l’a construite au début des années 1960, mais elle n’a été produite que quelques années et à un nombre d’exemplaires réduit. Mais la voiture de compétition AC Cobra est devenue une légende.
  • Crédits: Dr
  • Crédits: Dr

Il suffit de tourner la clé de contact pour avoir les larmes aux yeux : le son du moteur Ford V8 de 1965 transmet ses vibrations dans tout le corps. « La force originelle brute », s’enthousiasme Marc Ziegler en entendant vrombir et mugir les 380 ch de son AC Cobra 427, un des premiers modèles de sa catégorie. Président du Cobra Owners’Club (www.cobra-owners.ch), il admire chaque détail du « serpent » (ou snake), comme les membres de son club nomment leur véhicule, le Cobra justement. Avec amour et respect.

Ils connaissent bien sûr tous les détails de la légende de la Cobra. De la genèse du constructeur britannique AC Cars, qui célébrait déjà dans les années 1920 des succès avec ses bolides légers à moteur 6 cylindres. Et de la vie du coureur Carroll Shelby (1923-2012), un Texan d’un charisme incroyable qui, après son retrait de la carrière sportive, voulut construire sa propre voiture de course et passa un accord de partenariat avec AC Cars. C’est Shelby qui construisait les bolides, tandis que Ford y contribuait avec les moteurs les plus puissants. Une alliance qui donna quelques sueurs froides aux stars alors omniprésentes de l’écurie Ferrari. 

Quatre modèles AC Cobra sont nés entre 1962 et 1968, avec des puissances de 264 à 485 ch habillées de carrosseries d’aluminium, atteignant jusqu’à 300 km/h. Il fallait énormément de sensibilité et de respect pour piloter ces engins légers surpuissants, mais le but était atteint: les Cobra de Shelby ont figuré près de dix ans sur les podiums.

Les Cobra originales de ce temps-là font aujourd’hui partie des pièces d’exception les plus recherchées. Pour les quatre modèles originels, le registre Shelby-Cobra ne recense qu’un millier de véhicules AOC. Pour les collectionneurs, ils valent aujourd’hui un bon demi-million. Pour les modèles qui ont des antécédents de compétition, le prix peut grimper jusqu’à sept chiffres. Reste que ceux qui acquièrent un tel objet de convoitise à l’étranger ne peuvent plus les homologuer en Suisse en raison des nouvelles prescriptions en vigueur, notamment en matière de gaz d’échappement.

Vu la forte demande, les Cobra sont encore rééditées aujourd’hui, certaines même au moyen des anciens moules de l’époque.« Les répliques fidèles aux originales se négocient pour des montants à six chiffres », assure Marc Ziegler. Mais sur un tel marché il s’agit d’avoir l’œil : bon nombre de kits et de copies ne valent même pas le prix de la tôle. 

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."