Bilan

Qui veut ma photo?

Bilan s’est intéressé de près aux dirigeants de Suisse romande qui

partagent leurs clichés sur internet. Quels outils utilisent-ils, et pourquoi?

Autoportraits (ci-dessus)  De gauche à droite et de haut en bas: Frédéric Lemaréchal, directeur d’EMS, Sébastien Fanti, avocat, Olivier Tripet, spécialiste du web 2.0, et Hugues Hiltpold, conseiller national.

De l’homme politique au spécialiste multimédia, tous les photographes amateurs contactés par Bilan en sont persuadés: partager des images sur internet représente un outil de communication complémentaire. «Les gens n’ont pas conscience de la plus-value que ça peut apporter à quelqu’un dans une activité professionnelle ou privée, affirme Sébastien Fanti, avocat spécialisé dans les technologies avancées. La technologie est au service des gens qui ont une communication importante et qui n’ont pas forcément tout le temps à consacrer à une communication dite ordinaire.» Aujourd’hui, il existe de nombreux sites ou applications de partage de photos. Attention toutefois à être pragmatique, prévient Olivier Tripet, spécialiste du web 2.0: «Un but chaque fois pour une application.» Ainsi, avant de s’inscrire, il est important de se poser les bonnes questions: définition des objectifs, identité à mettre en avant, à l’aide de quels outils. A chacun sa recette. C’est tout l’art de s’outiller habilement et de publier un contenu adéquat. «Toute organisation ou tout individu doit s’intéresser à sa présence sur internet, ne serait-ce que pour veiller à conserver une présentation fidèle», affirment Edouard Fillias et Alexandre Villeneuve dans leur ouvrage sur l’e-réputation. Alors quel outil privilégier?

Instagram

Particulièrement séduisante par sa facilité d’utilisation, Instagram permet la prise de photos de qualité grâce à divers filtres. Hugues Hiltpold, conseiller national genevois PLR, a su en tirer profit. Il s’est équipé d’un téléphone muni de cette application lors de sa dernière tournée parlementaire. L’idée était de montrer la Suisse telle qu’elle est aujourd’hui. Il a publié, sans peine et avec un excellent rendu, plusieurs clichés par jour. Il a également interconnecté son site internet pour que les clichés y soient simultanément diffusés. «Tout était automatiquement réglé, je pense que c’est la grande force d’Instagram. C’est très important de permettre à la photo d’être mobile.» Pour Frédéric Lemaréchal, directeur de la Maison Sainte Jeanne-Antide (EMS) à Fribourg, c’est aussi l’idée de pouvoir partager son état d’esprit ou ses éventuels talents artistiques. C’est une autre manière de voir la photographie. Depuis l’arrivée des smartphones, il privilégie la photo mobile pour son côté d’instantanéité. «Instagram fait bien l’affaire pour partager le train-train quotidien!» Sur App Store et Google Pay, gratuit.

Hipstamatic

Dans le même registre qu’Instagram, Hipstamatic assure un effet vintage et des tirages impeccables. Spécificité de cette application: son format est carré. On peut aussi appliquer divers filtres photo. Le but ici est de reproduire les effets obtenus par des appareils photo anciens ou reproduire des défauts de conception assez fascinants. Sur App Store, 2 francs.

Hugues Hiltpold(à.g)  Le conseiller national a publié chaque jour plusieurs clichés sur Instagram lors de sa tournée parlementaire.

Nilton Guerreiro(à.d)  L’architecte trouve en Pinterest un excellent moyen de promouvoir son activité à travers un book virtuel.

 

Flickr

Ce site web de partage de photos et vidéos est plus ancien, mais il est très complet. Flickr offre un éventail de fonctionnalités permettant de classer et de présenter ses images de façon très pratique. Sébastien Fanti, avocat à Sion, privilégie cet outil. Il a créé un fichier par le biais duquel il est possible de télécharger les photos souhaitées. www.flickr.com

Pinterest

Venu des Etats-Unis, Pinterest est à la fois un réseau social et un site web de partage de photographies. Il permet à ses utilisateurs de partager leurs centres d’intérêt, passions, hobbies, qui se transforment alors en un immense album photos virtuel. Pinterest attire aussi bon nombre de professionnels, notamment des architectes, designers et autres créateurs. Ceux-là y voient un excellent moyen de promouvoir leur activité à travers un book virtuel. Nilton Guerreiro, fondateur de l’atelier d’architecture ANG à Lausanne, y trouve une source d’inspiration et une ouverture sur ce qui se fait ailleurs. C’est également, dans le cas de David Sadigh, CEO de Digital Luxury Group, un aide-mémoire professionnel et pour ses loisirs. http://pinterest.com

 

Facebook

Le réseau social offre, lui aussi, une belle visibilité aux photos. Frédéric Lemaréchal, directeur d’EMS, utilise activement ce moyen de communication pour son établissement. Cela permet de créer un lien à distance entre ses résidents et leurs familles, souvent séparés par des centaines de kilomètres. www.facebook.com

Tumblr

La plate-forme de microblogging accueille du texte, des images, des vidéos, des liens et des sons. Au même titre qu’Instagram, Tumblr relève davantage du contenu coup de cœur, ou coup de gueule, pour Olivier Tripet, spécialiste du web 2.0. Les clichés qu’il publie relèvent plutôt de l’insolite, de la découverte, ou encore d’une trouvaille. «Très souvent, c’est un peu le hasard plus que l’instant.» www.tumblr.com

Crédits photos: Dr Bilan

Sylvie Bernaudon

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."