Bilan

Quel temps en 2013 ?

Au baromètre des tendances horlogères, le curseur oscille entre extra-plat et grandes complications.
  • IWC Ingenieur Automatic Carbon Performance
  • A. Lange & Söhne Grande Complication
  • Audemars Piguet Royal Oak Grande Complication
  • Richard Mille Aviation
  • Rotonde de Cartier Double Tourbillon Mystérieux
  • Piaget Emperador Coussin Répétition Minutes
  • Jaeger-LeCoultre Gyrotourbillon 3
  • Jaeger-LeCoultre Master Ultra Thin

Le Salon International de la Haute Horlogerie de Genève s’achève ce vendredi et les premières tendances se dessinent déjà. L’euphorie de 2012 laisse place à un optimisme prudent. Les marques resserrent leur réseau de détaillants, concentrent leur énergie sur la formation, renforcent leur image par la valorisation de métiers d’art, osent les montres à grandes complications tout en augmentant l’offre de collections abordables.

Le but ? Rester compétitif avec des modèles horlogers accessibles pour la zone euro tout en soignant les pays asiatiques et de la zone BRIC. Et question style ? Il est à l’image des marchés. Entre sobriété prudente de l’extra-plat et euphorie maîtrisée de la grande complication.

L’extraplat

On pouvait penser le phénomène passager. Il n’en est rien. Le cycle dure. Il s’éterniserait presque. De facto, l’extraplat aura gagné son combat contre le bling. Le summum du raffinement en 2013 restera encore et toujours la montre « ultra fine trois aiguilles ». Elégance, efficacité, discrétion…Les trois piliers du style qu’il faudra donc adopter pour rester smart.

Pourtant, l’extra-plat peut faire des vagues. La preuve avec le modèle mécanique de Jaeger-LeCoultre spécial jubilée 180 ans qui bat tous les records de finesse: avec 4,06 mm d’épaisseur seulement pour son boîtier, il rafle le titre de montre mécanique la plus plate du marché.

Chez Piaget, habitué des records de finesse depuis 1957, l’extra-plat devient même le thème récurrent de ses collections 2013. En ligne de mire: un modèle « Altiplano » automatique avec date, une « Altiplano » squelette sertie de diamants et une « Emperador Coussin » Répétition Minutes extra-plate.

La sportive high-tech

Même si la finesse domine cette année, l’encéphalogramme de l’élégance n’en sera pas plat pour autant. Il sera même gorgé de références esthétiques ultra masculines.

Ambiance paddock F1 chez IWC qui redessine ses modèles « Ingénieur » en leur apportant un design directement inspiré de l’industrie automobile et de son partenariat nouvellement signé avec Mercedes AMG Petronas. Le résultat ? Des montres « Ingénieur » entièrement usinées dans du carbone – une performance –, dans du titane, de la céramique noire, de l’acier et des mécaniques qui vont du tourbillon force constante au calendrier perpétuel, du modèle classique automatique au chronographe.

Autre grand amateur de performance high-tech, Richard Mille réussit à alléger encore d’avantage sa montre tourbillon RM27-01 «Rafael Nadal » en polymère injecté de nanotubes de carbone grâce à la platine du mouvement en titane grade 5 et ses ponts en aluminium-lithium, invente une indication « temps additionnel » pour les amateurs de foot dans son modèle chronographe flyback « Roberto Mancini », capte les G dans le modèle « Jean Todt » et concentre l’ADN d’un jet dans sa montre extrême spéciale aviation.

La grande complication

Retour aux sources de la grande tradition classique ? Plutôt révélatrice d’une maturité de certains marchés aujourd’hui plus éduqués et lassés par toutes ces années d’engouement pour la vague des montres concept insensées, la grande complication refait surface.

En tête de pont, Jeager-LeCoultre et sa « Master Grande Tradition Gyrotourbillon 3 », en droite ligne de la série « Hybris Mechanica ». La prouesse: un tourbillon sphérique couplé à un chronographe à affichage digital.

Modèle-phare 2013 de la marque allemande A.Lange & Söhne et vendu au prix stratosphérique de 1,9 millions d’euros, la « Grande Complication » et son nombre astronomique de fonctions démontre que la grande tradition de l’horlogerie renaît, mais aussi en mains saxonnes. Le défi: réunir dans un même mécanisme une grande et petite sonnerie, une répétition minutes, un chronographe à rattrapante avec compteur des minutes et seconde foudroyante, ainsi qu’un quantième perpétuel avec affichage des phases de lune. Certes, le boîtier est un peu grand - 50 mm de diamètre – mais l’exercice, réalisé en seulement trois exemplaires, est à saluer.

Autre réalisation aux multiples fonctions, la « Royal Oak Offshore Grande Complication » d'Audemars Piguet.  Esthétique iconique largement célébrée en 2012, elle vient bousculer les codes classiques généralement attribués à ce genre de mouvement. Le boîtier ultra sportif en titane et lunette en céramique tranche avec la complexité extrême du calibre manufacturé  répétition minutes sur deux timbres, quantième perpétuel et chronographe à rattrapante  aux 648 composants. 

Quant à Cartier, la marque choisit l’expression pure de la complexité plutôt que la profusion. Le résultat ? Un double tourbillon mystérieux dont la cage semble en lévitation. Un savoir-faire maîtrisé depuis des décennies par la marque qui fait référence à la tradition des pendulettes mystérieuses Cartier.

 

 

 

Cristina d'Agostino

RÉDACTRICE EN CHEF ADJOINTE EN CHARGE DE BILAN LUXE

Lui écrire

Licenciée en Sciences politiques à l’Université de Lausanne puis spécialisée en marketing et économie à HEC Lausanne en 1992, Cristina d’Agostino débute sa carrière dans l’industrie du luxe, et occupe les fonctions de responsable marketing et communication pour diverses marques horlogères. En 2008, elle décide de changer radicalement d’orientation, et débute une carrière de journaliste. En freelance d’abord, elle collabore aux titres Bilan, Bilan Luxe, Encore, avant d’intégrer la rédaction de Bilan en 2012. Depuis 2012, elle occupe la fonction de rédactrice en chef adjointe et responsable des hors-série Bilan Luxe.

Du même auteur:

Ex-mannequin: un physique pour quel emploi?
Comment Matignon a créé six cliniques en quatre ans

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."