Bilan

Quand plaisir et affaires se mêlent

Moins exclusive que le Club de golf de Cologny, la Société nautique de Genève n’en compte pas moins une bonne partie de l’élite genevoise parmi ses membres.

Disons-le d’emblée: la Société nautique de Genève (SNG) demeure avant tout un club dédié à la voile. Ou plutôt à tous les sports aquatiques, hormis le windsurf, qui se pratique à deux pas, au Tropical Corner. C’est pourquoi le ticket d’entrée pour devenir membre (de 2000 à 5000 francs selon l’âge) et la cotisation pour le rester (700 francs par année) se veulent plutôt accessibles. «La Nautique est nettement plus diversifiée que le golf, se félicite Alec Tournier, le secrétaire général. C’est ce qui fait son charme. Certains demandent à payer leur cotisation en mensualités.» Miroir de la société, la Nautique rassemble aussi bien le banquier privé propriétaire d’un beau voilier que l’étudiant sans le sou qui pratique l’aviron. La voile dépend grandement des moyens à disposition alors que l’aviron n’en dépend pas du tout. «Cette scission entre deux sports diamétralement opposés a toujours existé. Mais ils se mélangent de plus en plus», explique Alec Tournier. La puissance de l’argent et l’engagement du muscle se côtoient ainsi autour d’une passion commune pour le lac Léman.

Des membres fortunés

Mais sous ce vernis démocratique et sportif, le club fondé en 1872 révèle un véritable centre de pouvoir informel, réunissant une bonne partie de l’élite genevoise – à l’exception notable des politiciens, curieusement absents. On y trouve de l’argent et de l’influence. Du reste, les deux vont ici souvent de pair. L’évidence saute aux yeux en parcourant la liste de ses quelque 3000 membres que nous nous sommes procurés. Pas moins de treize d’entre eux figurent dans le classement des 300 plus riches de Suisse établis par Bilan. Et souvent en bonne place. On recense ainsi des familles patriciennes (Pictet, Odier, Lombard, Bordier, Demole), des avocats fortunés (Pietro Sansonetti, Luc Argand), des industriels dynastiques (Patrick Firmenich), des horlogers à succès (Thierry Stern, Gian Riccardo Marini), des banquiers privés (Antonio Palma, Guy de Picciotto) et quelques exilés fiscaux (Claude Berda). Les noms à particule ne sont pas en reste, avec les de Rothschild, de Gorski, de Watteville, etc. Voilà le type de personnes qui comptent parmi les sociétaires de la Nautique. Pas vraiment du genre à avoir besoin de s’acquitter d’une cotisation en mensualités. Alec Tournier évalue à 20% la proportion de banquiers amateurs de voile. A vue de nez, il y a sans doute le même pourcentage d’avocats.

Restaurant  Chaque membre y dépense en moyenne 1200 francs par an.   Des évenements privés

Ce beau monde se retrouve tout près du Port-Noir, où le 1er juin 1814, les troupes bernoises et soleuroises ont débarqué pour consacrer l’entrée du canton dans la Confédération. Par beau temps, la vue sur la rade de Genève et le Jura est imprenable. Idéal pour parler affaires dans un cadre convivial et détendu. Et autour d’un bon plat. Avec 3,6 millions de francs de chiffre d’affaires en 2011, le restaurant dont la gérance a été confiée à la société DSR rencontre un succès indéniable. Ce qui donne tout de même une moyenne de 1200 francs dépensés par membre chaque année – le restaurant est fermé en janvier et février. Les passionnés de voile (seul un sixième des membres possèdent un bateau) n’hésitent pas à railler cette «section fourchette», composée des membres qui ne le sont que pour manger et inviter leurs clients, partenaires ou amis. Preuve de ce côté chic décontracté, le règlement du restaurant prévoit même la tenue exigée: sport ou casual. Au premier étage du bâtiment rénové en 2004 se trouve «l’Espace Club», qui peut accueillir entre 30 et 200 personnes, dans un cadre élégant, lumineux et aéré. Si Alec Tournier refuse d’être assimilé à un «intermédiaire de réseautage», les événements privés occupent l’espace en permanence d’avril à octobre. «C’est du sept jours sur sept», précise-t-il. Les sociétés financières ou de négoce des matières premières, dont Genève est devenue une capitale mondiale ces dernières années, apprécient d’y organiser leurs cocktails dînatoires pour célébrer une acquisition ou renforcer le sentiment d’appartenance à l’entreprise. Des firmes horlogères viennent aussi y présenter un nouveau produit. Ce succès s’explique par la beauté du site, qui contraste avec l’impersonnalité des autres lieux de réunion et de conférence. «A Genève, on est rapidement confiné aux hôtels», reconnaît le secrétaire général.

Ouvert à l'international

Le comité de la SNG est lui-même composé de personnalités richissimes et très influentes, comme cela a été le cas depuis sa création. Des noms comme Alfred Vincent, Emile Reverdin, Carl Hentsch ou, plus récemment, Béat de Watteville et Pierre Derendinger s’inscrivent dans la liste des anciens présidents. Aujourd’hui, cette fonction revient à Pierre-Yves Firmenich, qui a cédé les rênes de la firme familiale à son neveu Patrick en 2002. A ses côtés, comme logique responsable de la section America’s Cup et Team Alinghi, on trouve le milliardaire Ernesto Bertarelli. Rappelons ici que l’ancien patron de Serono (avant qu’il ne revende l’entreprise familiale au groupe allemand Merck) a fait la renommée de la Nautique dans le monde entier en gagnant à deux reprises l’America’s Cup avec son Team Alinghi. Mais la Nautique organise aussi entre 40 et 50 manifestations chaque année, dont le fameux Bol d’or, sponsorisé – entre autres – par la banque privée Mirabaud. Cette aura explique sans doute que des clubs de voile prestigieux comme le Yacht-Club Italiano, de Monaco, de Cannes, de France ou de Valencia se soient alliés avec la Nautique de Genève par des conventions de jumelage. Outre le développement de l’activité sportive, ces conventions offrent un libre accès des membres au club jumelé. Un beau moyen, lors d’une visite à Paris, à Cannes ou à San Francisco, de nouer des liens avec des personnes influentes.

Crédits photos: Thierry Parel

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."