Bilan

Précieuses volutes

Ses créations ornent les intérieurs de collectionneurs avisés et de boutiques de luxe. L’univers d’Ingrid Donat exprime, à travers l’artisanat d’excellence, sa passion pour l’Art déco et l’art tribal.

« C’est avec mes mains que je m’exprime le mieux » (Crédits:

Née dans une famille d’artistes – père peintre, mère pianiste – et élevée en Suède, Ingrid Donat découvre la sculpture et les arts décoratifs à son arrivée à Paris en 1975. A l’instigation de César et de Diego Giacometti – frère d’Alberto –, la créatrice se met à réaliser du mobilier pour sa maison. « Je ne trouvais pas ce que je cherchais et j’ai fini par le faire moi-même. » De petites figures en papier mâché, ses sculptures évoluent en mobilier. Marquée par la grande tradition des arts décoratifs français, elle reste attachée à un artisanat d’excellence fait de matières nobles et ouvragées. La manualité joue un rôle important dans son œuvre et permet de conserver et faire vivre différents métiers d’art. « Avant toute chose, je tiens particulièrement à garder la tradition du travail manuel en atelier. Grâce aux technologies modernes, je peux avancer plus rapidement sur la conception et le développement de mes pièces et des projets d’intérieurs. Mais en réalité, c’est avec mes mains que je m’exprime le mieux. »

Dans les ateliers de Carpenters Work-shop Gallery proches de Roissy à Paris, elle travaille principalement à l’atelier cire où elle sculpte et réalise ses prototypes, ainsi qu’à l’atelier textile où elle réalise ses propres tissus. Un lieu de création privilégié dans lequel « j’ai à disposition des artisans d’excellence avec lesquels je collabore pour certains depuis plus de trente ans : ateliers bois, parchemin, cuir, métal, patine et tapisserie. »

Son vocabulaire visuel embrasse le répertoire décoratif africain et créole. Tables, consoles, bibliothèques, panneaux muraux, chaises et luminaires aux formes sobres expriment, par la richesse de leurs surfaces gravées, une certaine opulence et rappellent la tradition du tatouage tribal. Empruntant des techniques de scarification, ses pièces en bronze ou en bois, souvent parcheminées, sont incrustées de motifs ou ciselées, comme la série Cisco et Klimt. Ce dernier donne son nom à une collection à la fois imposante par la puissance de la matière et légère par la finesse du ciselage du métal. « J’utilise des ronds, carrés, lignes, ligatures – en fonction de mon inspiration du moment – pour réchauffer la matière et donner du relief », explique Ingrid Donat. Le contraste entre forme, matière et maîtrise de l’ornement rend ses créations raffinées tout en gardant un aspect brut. « J’ai toujours aimé les lignes pures et élégantes du mobilier Art déco. J’ai été très influencée par le détail poussé à l’extrême. C’est ce que j’essaie d’intégrer dans mon travail. Par son intemporalité, l’art tribal me touche au plus profond de mon ADN. »

Ingrid Donat est marquée par la grande tradition des arts décoratifs français, comme par des artistes tels que Gustav Klimt à qui elle dédie une collection en 2002  dont fait partie ce buffet 5 portes. (Crédits: Dr)

Ingrid Donat aime les matières nobles, le bronze ancestral comme tradition dans la sculpture, le parchemin pour faire perdurer les traditions Art déco et le bois pour son unicité. Travaillé de mille manières, il est tour à tour strié, érodé, brûlé, teinté, ciré puis lustré, rendant chaque pièce différente et unique.

Représentée par la Carpenters Work-shop Gallery, la créatrice est très appréciée par les décorateurs du calibre de Peter Marino qui intègre ses œuvres intemporelles dans les aménagements qu’il réalise pour les boutiques de grandes marques de luxe.

Patricia Lunghi

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Must have
Brafa VS Design Miami

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."