Bilan

Porsche s’offre une soirée privée à la chapelle Sixtine

Le Vatican autorise pour la première fois la location de ce lieu chargé de symboles à un privé, afin de financer les bonnes œuvres.

Une quarantine de particuliers ont assisté à un concert privé à la chapelle Sixtine qui accueille la journée entre 10 000 et 20 000 visiteurs.

C’est du jamais vu. Une quarantaine de particuliers ont déboursé 5000 euros pour rejoindre une procession automobile organisée par Porsche dont le point d’orgue était samedi dernier un concert privé à la Chapelle Sixtine. Après un dîner de gala donné au musée du Vatican, les convives ont pu écouter les chœurs de l’Académie Sainte-Cécile sous les fresques du plafond de Michel-Ange. Un lieu chargé d’histoire qui accueille depuis le 15e siècle les conclaves des cardinaux qui élisent le nouveau pape.

La marque allemande est la première bénéficiaire de cette mesure qui consiste à autoriser la location de ce lieu chargé de symboles à des privés. Un privilège chèrement payé. Si l’on ignore combien le Vatican a reçu pour la location de la plus grande chapelle du site, on connaît le prix demandé aux heureux participants. Les cinq jours de circuit à Rome étaient facturé 5000 euros par personne par le Porsche Travel Club et rapportent une recette totale de 200 000 euros.

Selon le directeur administratif du musée du Vatican, Mgr Paolo Nicolini cité par The Daily Telegraph : « Cette initiative vie à promouvoir les projets caritatifs du pape. Cela s’adresse aux grosses entreprises qui par le paiement d’honoraires peuvent contribuer à ces activités. » La climatisation vieille de 20 ans de la Chapelle a en outre besoin de rénovation pour continuer à accueillir dignement les quelque 6 millions de visiteurs annuels ordinaires, qui défilent au rythme de 10 000 à 20 000 par jour.

En élargissant ainsi le cercle des donateurs au-delà des mécènes traditionnels de l’église pour financer les bonnes œuvres, le pape François, star sur Twitter (@Pontifex), confirme son sens de la modernité.

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."