Bilan

Pierres précieuses et bijoux à l’honneur à Genève

Du 10 au 13 mai 2018, se tiendra à Genève (Palexpo), la première édition de « GemGenève ». Un salon international dédié à la joaillerie et aux pierres précieuses.

Un nouvel événement genevois dans le domaine du luxe verra le jour cette année, centré sur les diamants.

Crédits: AFP

Le projet est à l’initiative de deux acteurs locaux, Ronny Totah (maison Horovitz et Totah) et Thomas Faerber (Faerber Collection). L’objectif est simple: organiser un évènement s’adressant à «un public averti, des acheteurs privés et des collectionneurs», qui les mettra en contact avec les acteurs renommés du commerce international de pierres précieuses, de joaillerie et de bijoux vintage.

Lire aussi: Les diamants indiens font de l'ombre à Genève

Pour cette première édition, une centaine d’exposants est attendue dans la cité de Calvin. Ce sont dans l’ensemble de petites structures, souvent familiales, qui opèrent sur le marché des pierres précieuses en tant que lapidaires, revendeurs ou détaillants. Dans un univers où règnent le secret, la discrétion et la méfiance, «GemGenève» tente d’ouvrir à un plus grand public les arcanes de ces maisons de joailleries.

L’importance de la parole donnée

Ces établissements se sont développés au fil des ans sur trois valeurs: le professionnalisme, la discrétion et la réputation. Comme tout négociant, le réseau et la confiance sont primordiaux pour réaliser des affaires. Ils représentent les conditions sine qua non pour prendre une décision très rapide d’achat ou de vente. Dans une société de plus en plus procédurière où le contrat est roi, l’importance de la parole donnée reste de mise entre commerçants de la belle pierre.

Ce salon vient renforcer l’attractivité de Genève sur le marché du luxe. Pour Claude Membrez, directeur général de Palexpo, il se produit «un changement structurel phénoménal depuis quelques décennies». Celui-ci débute dans les années 90 avec la création du Salon international de la Haute Horlogerie (SIHH) par Cartier (1991). S’ils étaient trois exposants lors de la première édition, ils étaient 35 en janvier dernier.

Lire aussi: Les diamants Solitaires dopent les ventes de Tiffany

Dans les années 2000, c’est au tour du salon EPHJ-EPMT-SMT (horlogerie joaillerie, microtechnologies et medtech) d’ouvrir ses portes. Ils sont aujourd’hui plus de 850 exposants à s’y rendre chaque année. Avec l’inauguration de «GemGenève», le marché des pierres précieuses vient compléter cette offre dans le domaine de l’horlogerie et la joaillerie. Les dates choisies (10 au 13 mai) ne laissent d’ailleurs rien au hasard. Elles coïncident avec les ventes de bijoux d’exception qui se déroulent dans les célèbres maisons telles que Christie’s et Sotheby’s au mois de mai. Difficile de ne pas faire de lien, par ailleurs, entre l’attractivité grandissante que connaît la ville de Genève et la baisse d’affluence que connaît Baselworld.

Un actif d’investissement

S’intéresser aux pierres précieuses, c’est aussi comprendre comment se comporte ce marché (diamant, saphir, rubis et émeraude) en période taux d’intérêt bas. Il faut savoir que la pierre précieuse est par définition un marché ayant des caractéristiques très éloignées des actifs traditionnels (actions, obligations, monnaies). C’est un marché dont la liquidité varie en fonction des conditions du marché. Les pierres précieuses peuvent être un actif d’investissement, mais cela s’applique avant tout aux pierres rares.

Ce type de produit n’étant pas standardisé, le moindre détail peut avoir un impact significatif sur le prix de la pierre. Une grande compétence est requise pour pouvoir estimer une pierre; cela entraîne de facto une asymétrie d’information parmi les acheteurs et vendeurs. Ils offrent, en revanche, une possibilité de diversifier son risque face aux aléas de la bourse. Du point de vue de Ronny Totah, le diamant ne peut être vu comme un investissement : «Il faut avant tout être un passionné». Quant à Thomas Faerber, il préfère comparer la recherche d’une pierre rare «à une chasse au trésor».

Lire aussi: Le diamant de Grisogono établit un nouveau record mondial

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."