Bilan

Patrizia Laeri

Grâce à elle, la bourse voit sa cote télévisuelle exploser. Rencontre avec la présentatrice de l'émission "SF Börse" sur la SRF

SRF/Oscar Alessio

Crédits: Jorge S. B. Guerreiro

Véritable star outre-Sarine, Patrizia Laeri anime l’émission «SF Börse» sur la SRF. Après ses études en économie, elle s’est prise de passion pour les marchés lors du krach boursier des dotcoms en 2001. Depuis, ses conseils éclairés en la matière attirent les initiés comme les profanes. Très télégénique, elle a même été élue par les internautes présentatrice cathodique la plus sexy de Suisse. Rencontre buzz entre deux matches de tennis au bar Moët & Chandon lors des Swiss Indoors de Bâle.

Pensez-vous avoir contribué à populariser ou vulgariser la bourse et la finance auprès des non-initiés ?

Je ne sais pas à quel point j’y contribue, mais j’espère vraiment avoir un impact. Nous devrions tous être très concernés par ce qui se passe en bourse. On a facilement tendance à oublier que nous confions tout ce que nous économisons pour nos vieux jours à des fonds de retraite, de pension, à nos assurances, à l’AVS… Nous sommes donc tous possesseurs d’actions et investisseurs en bourse.

En ce moment les taux d’intérêt sont si bas que l’on perd presque de l’argent en le déposant à la banque. Pourquoi ne pas l’investir directement dans des sociétés créatrices d’emplois et d’innovation ? En tant que femme, j’essaie juste d’intéresser le public à ce problème. Avec mon équipe, nous ne souhaitons pas indiquer quelles actions acheter ou ne pas tenter, mais plutôt expliquer ce qui se passe actuellement dans le monde de la finance. Beaucoup de choses sont hors de contrôle en ce moment.

Les marchés ne réagissent plus normalement et les banques centrales, notamment la Fed, y ont une influence grandissante. On peut dire que ce sont elles qui tiennent les marchés. Nous essayons donc de profiter de notre audience pour faire passer ces messages.

Vous êtes un peu notre Maria Bartiromo à nous. En quoi vous êtes-vous inspirée de la première présentatrice d’actualités boursières pour votre émission «SF Börse» ?

Elle est une icône et un modèle pour moi. Bien sûr, à ses débuts elle souffrait d’un petit côté reine des majorettes que lui prêtaient les professionnels de la bourse, mais grâce à elle aujourd’hui les femmes sont très présentes dans les émissions sur la finance à la télé dans le monde anglo-saxon. Si seulement il pouvait en être autant dans le monde de la finance lui-même. Il reste encore beaucoup de chemin à faire de ce côté-là.

Que pensez-vous des robots et des algorithmes qui agissent sur les marchés sans intervention humaine ?

Nous devrions y être beaucoup plus attentifs et réguler en la matière. On peut désormais agir sur les marchés de façon totalement anonyme, et ce sont d’ailleurs des services qu’UBS et Credit Suisse proposent. Ces activités se passent sans vrai contrôle, elles échappent aux règles en vigueur sur les marchés. C’est un immense trou noir auquel nos banques suisses participent à grande échelle.

Le risque est énorme. Tout cela va beaucoup trop loin. Il est difficile de mettre la faute sur quelqu’un, mais il faut impérativement repenser le système. Malheureusement, la volonté politique n’y est pas, tous souhaitant la création de richesses, à tout prix.

Quel est votre plus grand luxe personnel ?

Avoir du temps pour mes enfants. De nos jours, tout le monde aimerait mener de front carrière et intérêts personnels. Dans mon cas, je suis passionnée par la peinture. Mes deux enfants étant encore très jeunes, j’essaie d’assumer le tout, en gardant un peu de temps pour peindre. Mais ma priorité va à mes enfants.

Comment conciliez-vous au quotidien votre statut de sex-symbol et de mère de famille ?

C’est le genre de questions dont la réponse échappe aux hommes. (Rires.) 

Jorge S.

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Les designers de l’ombre
Une affaire qui roule

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."