Bilan

Nouvelles stars

Quelques mois après avoir été repérées par le producteur de Bastian Baker, les Sheera’z feront raisonner leur soul en Suisse, cet été. La sortie du premier album est prévue pour la rentrée.  

Crédits: Christophe Chammartin

Sheera’z, c’est avant tout une voix. Plus précisément deux voix puissantes qui nous ramènent en 2006, lorsque nous découvrions le timbre si particulier d’Amy Winehouse. Comme cela avait été le cas pour l’Anglaise, impossible d’imaginer que ces voix qui font si bien résonner la soul proviennent des corps frêles de deux sœurs de 27 et 32 ans.

Au contraire de la chanteuse à la célèbre choucroute, Sohela et Nassrine ne cultivent pas la trash attitude. Ces femmes, nées d’une mère russe et d’un père iranien, ont été élevées à Zurich avant de déménager en Valais lorsqu’elles étaient adolescentes. Une vie jusque-là paisible de jeunes filles bien sous tous les rapports qui ont toujours partagé une passion commune pour la chanson.

Nous avons eu l’occasion de rencontrer les Sheera’z une première fois en décembre. Deux femmes discrètes qui paraissaient encore tout étonnées de ce qui leur arrivait. A ce moment-là, le groupe n’avait pas encore sorti d’album mais déjà un producteur, Patrick Delarive.

Un nom qui augure du meilleur puisque ce promoteur immobilier reconverti en dénicheur de talents affiche Bastian Baker comme premier coup de maître. En plus d’avoir du nez, l’hyperactif quinquagénaire a le goût des belles histoires. S’il avait découvert le jeune Vaudois dans son salon, lors d’une soirée organisée par sa fille, il a entendu parler de ces deux sœurs par e-mail, le 21 mars 2013, jour du Nouvel-An iranien.

Une date qui n’a pas manqué de lui chatouiller l’oreille. « J’avais remarqué que leur nom était d’origine perse. Et comme ma femme est Iranienne, j’ai interprété cela comme un signe », explique l’entrepreneur. Sans oublier évidemment de relever leur timbre de voix incroyable.

L’homme d’affaires rencontre les deux sœurs et les met au défi de composer une dizaine de titres. Le délai ? Un mois. « C’était plus excitant que stressant », se rappelle Nassrine, l’aînée. « Tout s’est fait simplement. Si on bloquait sur un morceau, on passait à autre chose », ajoute la cadette. Lorsqu’elles reviennent chez Patrick Delarive, celui-ci est enthousiaste.

« J’ai fait écouter quelques morceaux à différentes personnes. Les réactions ont toutes été positives », se souvient le producteur. Notamment celle de Mathieu Jaton, directeur du Montreux Jazz Festival.

« La maquette était pourtant brut de brut », admet l’homme d’affaires. Séduit, le successeur de Claude Nobs propose immédiatement de les programmer sur une des scènes du prochain festival. C’est le signe qu’il fallait au serial entrepreneur pour véritablement lancer la machine.

Une machine très différente de la machine Bastian Baker. Pour les Sheera’z, l’entrepreneur s’affiche producteur exécutif ainsi qu’artistique alors qu’il s’occupait exclusivement de l’exécutif dans le cas BB. Ici, tout est à faire. « Il s’agit de sculpter une pierre brute », image le responsable de la maison de production PadProd.

Trouver des musiciens, créer un univers, telle est la mission de l’équipe qui s’occupe du groupe. Patrick Delarive gère la stratégie globale (même si l’entrepreneur se vante de n’avoir de stratégie dans aucun de ses projets) tandis que deux personnes managent le groupe au quotidien. Jusqu’à la sortie de l’album prévue en septembre, plusieurs dizaines de milliers de francs auront été mis sur la table.

Grâce à cet investissement, Nassrine et Sohela ont pu quitter leur emploi pour se consacrer à 100% à la musique. L’enregistrement de l’album a eu lieu à Fribourg, au studio Relief, avec cinq musiciens qui participeront également à la tournée. Plus de deux mois de studio. « On a conscience que c’est un luxe dans la profession, admet le duo. Comme d’être entourées par les meilleurs dans tous les domaines. »

Elles se sont également envolées pour Londres. Au programme : shooting photo et séance avec une styliste habituée à peaufiner le look des plus grandes stars. « Sur certaines photos, je porte une robe qu’avait revêtue Kylie Minogue », s’enthousiasme Sohela.

Désormais, elles n’attendent qu’une chose, monter sur scène afin de partager leur musique avec le public. Un rêve qui se réalisera enfin le 5 juillet, à Montreux, sur la scène Music in the Park.

www.sheera-z.com 

Camille Gardel

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."