Bilan

Nouvelle adresse de charme au cœur du Médoc

Inaugurée en été 2019, la Maison d’Estournel, demeure historique du fondateur de Cos d’Estournel, est un havre de paix au milieu des vignes de Saint-Estèphe.

La maison d’Estournel se veut un havre de paix pour les gourmands et amateurs de crus bordelais.

Crédits: Billy Bolton

Le Genevois d’adoption Michel Reybier, propriétaire, notamment, des hôtels La Réserve, à Genève et Zurich, et du château Cos d’Estournel, a inauguré l’an dernier la Maison d’Estournel, une demeure de campagne au cœur des vignobles bordelais. Rachetée en 2016 à Bernard Arnault (LVMH), la propriété est la résidence historique de Louis-Gaspard d’Estournel, fondateur de Cos d’Estournel au milieu du XIXe siècle. Située à quelques centaines de mètres du château et de la cave, la Maison d’Estournel, blottie au milieu des vignes dans un parc de 2 hectares abritant des arbres centenaires, dispose de quatorze chambres élégantes et chaleureuses décorées par le designer anglais Alex Michaelis. Au cœur du Sud-Ouest, la région fait partie du pays gascon, une terre de bons vivants, riche en produits d’excellence. Les gastronomes pourront ainsi déguster la cuisine du terroir du jeune chef Emilien Deschamps, dont la carte se compose de légumes et de fruits du potager, œufs du poulailler, traités au goût du jour comme dans une maison de famille. Mais également profiter de la tradition du foie gras, de la cueillette de cèpes et de truffes, ainsi que de fraises et asperges des sables. Pour les amateurs de crus, le sous-sol de la demeure recèle une superbe cave voutée tout en pierres, éclairée par la lumière du jour grâce à un soupirail. Idéale pour faire des dégustations. Avec cette acquisition, Michel Reybier réunit pour la première fois le domaine Cos d’Estournel et la demeure privée du marquis d’Estournel. Avec comme petite touche qui caractérise les villas et appartements du groupe Michel Reybier Private Home: le fait de se sentir chez soi en bénéficiant de services exclusifs dignes d’un palace. Tout un art de vivre à la française.

(Crédits: G Gardette)

Château Cos d’Estournel

Pour les passionnés de vins et d’architecture, une visite du château Cos d’Estournel est indispensable. Les lieux sont surmontés de trois toits en pagode et d’une immense porte spectaculaire datant du XVIIe siècle ramenée directement de Zanzibar. Alors que le jardin est, avec ses fontaines, une minireproduction du Taj Mahal, les boiseries de la cave proviennent directement d’un palais du Rajasthan. Une décoration signée Jacques Garcia, tandis que l’architecte Jean-Michel Wilmotte a réalisé le chai. Michel Reybier est ainsi resté fidèle aux inspirations indiennes de celui que l’on surnommait le Maharadjah de Saint-Estèphe. C’est en effet en Inde, où se trouvaient les colons britanniques, que le marquis d’Estournel a commercialisé son nectar au milieu du XIXe siècle, afin de contourner les négociants bordelais. Cependant, même si le Cos d’Estournel se classera second grand cru en 1855, son propriétaire finira ruiné et sans enfants. Cinq familles se succéderont alors au château, avant le rachat, en 2000, par la famille Reybier, dont le patriarche, passionné de vins, assure personnellement la direction.

La Chartreuse, résidence personnelle de Michel Reybier, peut être louée au prix de 20 000 euros par jour. (Crédits: Dr)

La chartreuse

C’est la résidence privée de Michel Reybier, qui s’y rend – en temps normal – deux fois par mois. Située en face du château Cos d’Estournel, la demeure de huit chambres, dont deux suites, peut toutefois être louée au prix de 20 000 euros par jour. Egalement décorés par Jacques Garcia, ces lieux de 1570 m2 possèdent une piscine intérieure et extérieure. Le séjour sur mesure inclut les repas accompagnés d’une dégustation de cos-d’estournel blanc et rouge. Une gouvernante dédiée exclusivement aux invités permet de rendre le séjour exclusif et inoubliable.

Consacré uniquement à l’élaboration du vin, le château Cos d’Estournel est surmonté de plusieurs pagodes et possède une porte du XVIIe siècle provenant directement de Zanzibar. (Crédits: Dr)

Activités

Afin d’agrémenter son séjour, de nombreuses activités sont proposées par le domaine d’Estournel. Outre la visite du château et de sa cave, les épicuriens pourront y déjeuner en dégustant les crus du domaine. Les plus sportifs, eux, pourront visiter les vignobles des alentours à vélo électrique. Quant aux plus audacieux, ils pourront vivre une expérience unique en déjeunant ou en dînant au sein d’un carrelet, une cabane de pêcheur d’à peine 8 m2, situé dans l’estuaire de la Gironde. Avec au menu huîtres et dégustation d’un cru blanc.

Le chef Emilien Deschamps cuisine les produits du terroir ainsi que les légumes et fruits du jardin potager de la Maison d’Estournel. (Crédits: G Gardette)

Michel Reybier Hospitality

L’homme d’affaires français domicilié à Bellevue (Genève) détient quatorze hôtels et villas de luxe en Suisse et en France. Parmi ceux-ci, La Réserve, à Genève, Zurich, Ramatuelle et Paris; le Crans Ambassador, à Crans-Montana; le Schweizerhof, le Monte Rosa et le Mont-Cervin, à Zermatt; le Victoria-Jungfrau, à Interlaken, et le Bellevue Palace, à Berne. Outre le château Cos d’Estournel, Michel Reybier est également propriétaire des champagnes Michel Reybier et de la maison Jeeper, du domaine impérial Tokaj Hétszölö, en Hongrie, et de la plateforme de vente de vins et spiritueux Arthur’s Cellar. La famille vient également d’acquérir le château La Mascaronne, situé dans le Var. Une propriété de 100 hectares, dont 60 de vignes en appellation côtes-de-provence certifiée en agriculture biologique depuis 2016.

Chantal De Senger
Chantal de Senger

JOURNALISTE

Lui écrire

Licenciée des Hautes Etudes Internationales de Genève (IHEID) en 2001, Chantal de Senger obtient par la suite un Master en médias et communication à l'Université de Genève. Après avoir hésité à travailler dans une organisation internationale, elle décide de débuter sa carrière au sein de la radio genevoise Radio Lac. Depuis 2010, Chantal est journaliste pour le magazine Bilan. Elle contribue aux grands dossiers de couverture, réalise avec passion des portraits d'entrepreneurs, met en avant les PME et les startups de la région romande. En grande amatrice de vin et de gastronomie, elle a lancé le supplément Au fil du goût, encarté deux fois par année dans le magazine Bilan. Chantal est depuis 2019 rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan et responsable du hors série national Luxe by Bilan et Luxe by Finanz und Wirtschaft.

Du même auteur:

Le road show de DSK passe par Genève
Genève accueille le premier salon suisse du champagne

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."