Bilan

Noël autour du monde

Les traditions culinaires de Noël ne se limitent pas à un plateau d’huîtres, à une dinde rôtie accompagnée de sa purée de marron ni à du champagne. Tour d’horizon gourmand à travers le monde.

Avec la crise sanitaire ambiante, le millésime 2020 des fêtes de fin d’année promet de rester à tout jamais dans les mémoires. Contraints de limiter les voyages, évasion et rêveries s’imposent jusque dans les contrées lointaines à la découverte des merveilleuses coutumes de Noël. Sans parler de l’aspect commercial, cette édition des festivités sera davantage chargée en émotions. Partons dans le traîneau du Père Noël le temps d’un article… les rennes nous attendent, clamons notre plus beau « Feliz Navidad », chantons « Jingle Bells » à tue-tête et dégustons les vins chauds agrémentés de bâtons de cannelle et de rondelles d’orange. De l’arrière-pays provençal aux marchés suédois en passant par le up-town new-yorkais et la place Rouge de Moscou, voyage étincelant dans la magie de la fête la plus populaire de l’année.

13 desserts

13 desserts provençaux (Crédits: Dr)

C’est dans le sud de la France et ses coutumes provençales que commence ce voyage féerique. Dans l’arrière-pays ou en bord de mer, cette région à l’accent chantant si chère à Marcel Pagnol célèbre Noël avec autant d’émotion que de passion. Tout commence le 4 décembre par les grains de blé de la Sainte-Barbe mis à germer dans trois soucoupes recouvertes de coton humide; s’ensuit la réalisation de la crèche artisanale, son village provençal et ses santons en argile. Côté cuisine, le souper est servi le soir de Noël et généralement consommé avant de se rendre à la messe de minuit. D’une omelette à une soupe à l’ail en passant par une anchoïade ou de la morue, sept plats maigres sont confectionnés le lendemain en souvenir des sept douleurs de Marie. L’attraction pour les petits comme les grands demeurent les incontournables 13 desserts représentant la Cène avec Jésus et ses 12 apôtres. Les tables familiales retrouvent les délices simples composées de figues sèches, amandes, raisins, noix et dattes, de nougat (noir et blanc), de gâteaux moelleux à l’huile d’olive (appelés « Pompe de Noël »), de fruits confits, d’oreillettes et de fruits frais. Tout un programme sous le soleil.

Sainte-Lucie

Le Smör, ost och sill : beurre, fromage et harengs. (Crédits: Dr)

Quittons les rives de la Méditerranée direction le Grand-Nord et son panorama enneigé où bonnets, gants et écharpes sont de rigueur. Une effervescence enchanteresse règne autour des marchés de Noël de Stockholm, Malmö et Göteborg. La température descendant sous le seuil fatidique de zéro est un bon prétexte pour se réchauffer avec un (premier) verre de vin chaud (le glögg). La fête de Sainte-Lucie ou fête de la lumière a lieu le 13 décembre lors de célébrations et processions religieuses marquant ainsi le début de la saison de Noël. Les premiers buffets suédois (julbord) s’organisent. On y retrouve les traditionnels poissons fumés et marinés, le jambon de Noël, une salade de betterave et des boulettes de viande; mais c’est le S.O.S. ou Smör, ost och sill, dont les principaux ingrédients sont le beurre, le fromage et les harengs, qui est au cœur du dîner. Il ne manque plus qu’un verre d’aquavit!

Jacarandas

Le plat composé de dinde et de porc à Madagascar (Crédits: Dr)

Vol direct vers Madagascar pour entrevoir les traditions de Noël sous un climat estival en cette période de l’année. Les jacarandas, en pleine floraison bleue et mauve, remplacent les sapins de Noël, trop onéreux pour la population locale. Tradition malgache oblige, les habitants de l’île célèbrent les Fêtes en arborant des habits neufs préalablement confectionnés par un tailleur. Côté dîner, le repas du réveillon se fait dans une ambiance tamisée à la lueur de la bougie. Que ce soit la dinde farcie de porc, dont chaque morceau est spécifiquement réservé à un membre de la famille, ou le vary, plat de riz très relevé accompagné de poisson, le grand final sucré a lieu la plupart du temps autour d’un dessert à la vanille de Madagascar et de quelques fruits.

Rockefeller

L’arbre de Noël Rockefeller Center à New York (Crédits: Dr)

Le périple se poursuit en terres nord-américaines. Dans les vastes contrées de l’Oncle Sam, les traditions sont relativement récentes et les clichés de Noël maintes fois repris dans les comédies romantiques de fin d’année: les maisons illuminées dans les banlieues chics, les chaussettes suspendues au-dessus de la cheminée, le verre de lait de poule consommé au coin du feu, la confection d’une maison en pain d’épices et l’oncle éloigné venu pour l’occasion déguisé en Santa Claus, font partie des rituels traditionnels américains. A New York, un moment solennel au Rockefeller Center attire une foule nombreuse lorsque l’arbre de Noël géant s’illumine au-dessus de la patinoire. La dinde farcie demeure le plat festif par excellence accompagné de l’irremplaçable sauce aux canneberges et d’une purée de patate douce. Les tartes aux noix de pécan et à la citrouille viennent parachever cet opulent festin.

El Ponche

La traditionnelle et incontournable dinde (Crédits: Dr)

Au pays des sombreros, de la tequila et des mariachis (les amalgames s’arrêteront là), le Père Noël n’a pas sa place. C’est l’Enfant Jésus qui apporte lui-même les cadeaux aux enfants mexicains le 25 décembre au matin. Les festivités débutent le 16 décembre et durent neuf jours (las posadas) symbolisant les neuf mois de grossesse de la Vierge Marie. L’occasion de faire des visites et partager des repas entre amis et voisins. Cette période se termine par la destruction de la piñata suspendue au plafond par les adultes (ses 7 picots colorés représentant les 7 péchés capitaux) et battue jusqu’à la rompre par les enfants, faisant tomber les bonbons. Vient alors le temps de déguster le Pavo o Guajolote, une dinde version mexicaine, cuite de longues heures dans du vin blanc, escortée de pruneaux et farcie à la viande de porc haché. El Ponche est la boisson de Noël par excellence, au goût de fruits, de cannelle avec des touches de tamarin, de sucre de canne et de pruneaux. Servie chaude, son agréable odeur embaume les foyers.

Ded Moroz

Les ravioles sont des pierogi russes (Crédits: Dr)

De nombreux noctambules festoient à l’occasion du Nouvel-An russe, mais le Noël orthodoxe, attendu par plus de 100 millions de fidèles, ne passe pas non plus inaperçu. Longtemps interdite sous l’ère de l’URSS, cette fête est devenue, au fil du temps, de plus en plus populaire. Avant les réjouissances, un jour de jeûne est adopté en référence à l’étoile ayant guidé les Rois mages vers Bethléem. Dans la culture russe, le Père Noël se prénomme Ded Moroz, il est accompagné de sa fille Snegurochka et effectue sa tournée dans son traîneau ou sa troïka. Des galantines de pieds de bœuf à la tête de porc accompagnées de raifort, des crêpes et les célèbres pains briochés farcis appelés pirogui sont servis sur des tables somptueuses généralement recouvertes d’une nappe blanche et de foin (pour rappeler l’étable de l’Enfant Jésus).

Amoiel Edouard2
Edouard Amoiel

Chroniqueur culinaire

Lui écrire

Petit-fils de restaurateur, fils de marchand de vins, diplômé de l’Ecole Hôtelière de Lausanne, chroniqueur culinaire pour le journal Le Temps et pour mon site Amoiel.ch, épicurien, aussi gourmand que gourmet, hédoniste, poète… l’idée d’écrire sur la gastronomie m’est apparue comme une évidence.

Ma démarche est avant tout de mettre en valeur et de faire découvrir des chefs, des restaurateurs, des producteurs et des créateurs. qui se donnent corps et âme à leur métier.

Alors, rejoignez-moi dans cette aventure culinaire truffée de gourmandises, de surprises et de plaisirs.

Du même auteur:

Les réseaux sociaux boostent les restos
Guide toujours

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."