Bilan

New York, la ruée vers l’Est

Les loyers prohibitifs de Chelsea, quartier des grandes galeries d’art, ont incité de nombreuses galeries et artistes à se déplacer vers l’Est de New York, du Lower East Side de Manhattan jusqu’à Brooklyn.
  • Œuvre tirée de « The Tapping Point », une série du peintre new-yorkais Jérôme Lagarrigue consacrée aux émeutes.

    Crédits: Dr
  • Exposition du peintre Christopher Dunlap à la galerie Sardine à New York.

    Crédits: Dr
  • Œuvre de l’artiste Anne Mourier qui crée à Invisible Dog, un centre d’art contemporain à Brooklyn.

    Crédits: Dr
  • Œuvre de Kyle Viu-Dunn, jeune peintre New-Yorkais.

     

    Crédits: Dr
  • Installation de Rafael Delacruz à The Middler, une galerie d’art ouverte dans un appartement du Queens

    Crédits: Dr
  • Le peintre Jérôme Lagarrigue dans son atelier de Brooklyn.

    Crédits: Jean-Cosme Delaloye

Pour pénétrer dans la scène artistique new-yorkaise, il faut constamment être à l’affût d’un indice révélant la présence d’une galerie derrière une porte dérobée. Il ne faut pas hésiter à s’aventurer dans les rues industrielles de Bushwick à l’est de Brooklyn ou dans les rues bondées du Lower East Side et de Chinatown, au sud-est de Manhattan.

A New York, l’art prospère toujours à Chelsea, quartier des grandes galeries comme la Pace, Gogosian ou encore Driscoll Babcock. Il bat toujours des records dans les ventes aux enchères organisées par Sotheby’s et Christie’s dans l’Upper East Side de Manhattan. Mais l’art se crée, se vit et s’expose différemment aujourd’hui dans une métropole en constante mutation et en proie à l’inflation. 

La nouvelle scène artistique new-yorkaise

La galerie Microscope symbolise la nouvelle scène artistique new-yorkaise. Les regards distraits n’apercevront certainement pas l’enseigne discrète à l’entrée de l’ancien dock pour camions dans une rue de Bushwick bordée par des hangars. Les non-initiés ne s’aventureront pas plus jusqu’à la porte grise au fond du dock. Ils ne sonneront pas à l’interphone et ne grimperont pas au deuxième étage, porte de gauche au fond du couloir.

Cette porte s’ouvrait en octobre sur l’univers merveilleux de Cate Giordano. La jeune artiste a recréé dans la galerie l’intérieur d’un dîner de Brooklyn tout en carton, en bois et en plâtre. Des personnages sculptés sont installés aux tables et aux comptoirs. De vieilles télévisions diffusent le court-métrage réalisé et joué par Cate Giordano. Elle Burchill et Andrea Monti, eux-mêmes des artistes issus du monde du film, ont créé Microscope Gallery pour « donner un espace » à des artistes comme Elle travaillant dans le monde des images animées. « Nous voulions montrer que ces gens créent tout un univers et non uniquement un film, résultat final de l’œuvre », explique Elle Burchill.

De nombreux peintres ont créé leur galerie à Brooklyn. A 10 minutes de Microscope, Lacey Fekishazy a ouvert en 2011 Sardine, une étroite galerie. « A l’époque, je cherchais un studio et j’ai découvert cet espace qui était parfait pour y organiser des expositions », explique Lacey Fekishazy. « Sardine est un petit poisson dans la mer de la scène artistique. » Kyle Vu-Dunn, jeune artiste originaire de Detroit qui a étudié à la Haute Ecole d’art et de design de Genève, y a récemment exposé ses œuvres en 3 dimensions. La journée, l’artiste travaille à la galerie Paula Cooper, à Chelsea. Le soir, il crée dans la cave de son appartement du Queens. « Quand vous êtes un jeune artiste, c’est dur de trouver des endroits pour exposer, car il y a beaucoup de compétition. »

Des appartements transformés en galerie

Dans une scène artistique new-yorkaise qui ne cesse de se déplacer à la recherche de quartiers aux loyers abordables, certains comme Anthony Atlas ont transformé leur appartement en galerie. The Middler, espace étonnant qui a ouvert en juin 2016 dans le Queens, permet aux amateurs d’art de découvrir des œuvres dans l’appartement de l’homme de 33 ans qui gère aussi le patrimoine d’un peintre.

« Quand mon ex-fiancée a quitté l’appartement, je me suis dit que j’allais utiliser l’espace pour faire une exposition éphémère, explique Anthony Atlas. Ça a tellement bien marché que l’expo a débouché sur la création de The Middler. » Sophy Naess, peintre qui enseigne à l’Université de Yale, y a récemment exposé et souligne son affection pour « les conversations que ces espaces confinés permettent d’avoir ». Début 2018, Anthony Atlas ouvrira une librairie éphémère à The Middler avec Benjamin Sommer-halder, fondateur de Nieves Books à Zurich.

« Il y a eu de gros changements sur la scène artistique new-yorkaise depuis dix ans, explique Andrew Russeth, responsable de la revue « ARTNews ». Il y a désormais quelque 130 galeries d’art dans le Lower East Side, quartier historiquement juif et hispanique. Avec l’arrivée des galeries, les loyers augmentent et des communautés sont déplacées. Cela crée des tensions. » C’est notamment le cas à Chinatown. James Cohan, célèbre galerie de Chelsea, y a ouvert un second espace qui a accueilli l’exposition d’Omer Fast en octobre. L’artiste berlinois a été accusé de racisme par une association de riverains pour avoir créé une installation qui reprend des stéréotypes associés à Chinatown, comme celui de la saleté du quartier populaire chinois.

L’attrait de quartiers populaires comme Chinatown et Lower East Side réside dans leur architecture très différente de celle de Chelsea. « A New York, beaucoup de monde s’est lassé du cliché de la galerie aux murs blancs, à la lumière fluorescente », poursuit Andrew Russeth. Anne Mourier, artiste d’origine française, revendique sa volonté d’exposer dans les nombreux endroits atypiques qu’offre New York.

Une soif de lieux plus humains

« New York est un monde où il y a beaucoup d’énergie et d’opportunités, mais c’est aussi un monde assez froid, explique-t-elle. Les gens ont une soif aujourd’hui de lieux plus humains. » Cette recherche d’endroits atypiques a permis l’émergence de lieux tels que The Chimney, ancienne cheminée industrielle reconvertie en galerie à Bushwick, ainsi que The Boiler, centre artistique ouvert dans la chaudière d’une usine désaffectée de Brooklyn. 

Anne Mourier possède son atelier à Invisible Dog, espace artistique créé par Lucien Zayan en 2009 dans un ancien atelier industriel à Brooklyn et qui accueille 27 artistes. « La grande majorité de nos expositions sont des installations, explique Lucien Zayan. Cela donne l’occasion à l’artiste de faire quelque chose qui dépasse son activité habituelle. Ici, on entre comme dans un centre d’art contemporain sans la pression d’acheter. »

Dans l’un des ateliers d’Invisible Dog, on retrouve Mac Premo. Ce réalisateur et artiste pluridisciplinaire âgé de 44 ans est représenté par la galerie Pavel Zoubok à Chelsea, mais il revendique sa liberté artistique : « J’ai eu beaucoup de succès dans la réalisation de publicités ces dernières années, ce qui m’a donné la liberté de créer. »

Jérôme Lagarrigue, peintre arrivé à New York en 1992, a installé son atelier dans un hangar donnant sur la statue de la Liberté à Red Hook. Cet ancien quartier portuaire de Brooklyn est devenu l’une des nouvelles destinations artistiques de New York depuis l’ouverture en 2010 de Pioneer Works, immense espace pluridisciplinaire. Jérôme Lagarrigue, peintre reconnu pour ses portraits en gros plan, s’accroche à Red Hook malgré un coût de la vie qui a poussé de nombreux artistes à quitter New York : « Je suis attaché à ma routine d’arriver dans ce lieu magique chaque matin et de repartir dans la ville une fois mon travail terminé », glisse-t-il. Jérôme Lagarrigue souligne « l’espoir » qui lie les artistes new-yorkais. « New York m’apporte peut-être moins qu’au début, conclut-il. Mais c’est très agréable de faire partie d’une communauté de gens qui traversent les mêmes choses que vous et qui essaient d’avancer. » 

Jean-Cosme Delaloye

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."