Bilan

Mode Men

Luxe a choisi les quatres hommes les plus élégants de Suisse. Témoignage d'un carré d'as qui porte beau.

Comme chaque année, Luxe décerne ses bons points aux Suisses qui ont du style. Désormais magazine à diffusion nationale, il a donc étendu son terrain de chasse au pays tout entier. Une traque difficile où il a fallu choisir entre les hédonistes créatifs (designers, graphistes, galeristes, traiteurs de luxe) et les professionnels de la finance, les deux catégories où les hommes sont, par tradition, les mieux habillés, en évitant d’être ni trop classique, ni trop branché, ni trop strict, ni trop cool. On a finalement opté pour la première catégorie, pour changer. Il a surtout fallu convaincre de sortir de leur réserve ces Helvètes bien sapés. Car comme le grillon dans la fable de Florian, pour vivre heureuse, l’élégance vit chez nous cachée. Rétif au show off, tenant le bling-bling en horreur, le Suisse stylé évite de crier ses goûts vestimentaires sur tous les toits. Car l’élégance ce n’est pas seulement une affaire de mode. C’est surtout une histoire de savoir-vivre.

Genève Philippe Cramer, designer, 41 ans

La marque du costume qu’il a choisi pour la photo ? Aucune idée. Philippe Cramer, designer, anti fashion victim, n’aime que les basiques,  les habits unis, sans motifs et surtout sans gros logo apparent. Sa touche d’élégance, il l’a dédie aux accessoires «que je choisi de préférence décalés et rigolos. Une manière simple de s’offrir un supplément de fun sans se ruiner.» Comme cette paire de chaussure vernie rouge pétard. Un truc ultra voyant fabriqué par Schmoove «l’un des rares fabricants dont je me souvienne le nom. Elles me vont comme des pantoufles.»  Lui achète ses fringues en vacances ou en voyage d’affaire. « Mais jamais à Genève où l’habillement se synchronise avec  les banquiers et les avocats. Beaucoup trop classique pour moi qui cherche davantage de créativité. Si je fais attention à ce que je porte, c’est parce qu’être visuellement plaisant c’est important. Ceci dit, pour moi l’élégance reste surtout un état d’esprit. Un mélange de respect profond des traditions et d’irrévérence légère et sympathique.»

www.philippecramer.com

Lausanne Giorgio Pesce, graphiste, 45 ans

Pour Giorgio Pesce, un beau vêtement, c’est une pièce bien coupée. Un habit confortable et looké, pas forcément signé d’un designer italien. On dit ça parce que sur la photo, le graphiste lausannois pose en chemise à carreaux et chaussures Prada. «C’est un hasard. J’aime aussi beaucoup Jil Sanders et Maison Martin Margiela. Les marques ont les regarde forcément lorsqu’on choisit un truc. Mais autrement, franchement, je m’en fous un peu», admet le patron de l’Atelier Poisson qui profite d’exercer un métier qui n’a pas d’uniforme pour assumer sa touche d’originalité. « Mon style ? Je ne sais pas. J’ai entendu dandy. Disons que j’aime les couleurs, le mélange des textures, des motifs. Ceci dit, je ne suis pas un fashionista absolu. La mode m’intéresse mais pas au point d’en être totalement accro» continue le graphiste chez qui l’élégance c’est beaucoup plus qu’une histoire d’apparence. «C’est une affaire de raffinement, de manière de parler, de bouger et de se comporter selon la situation. Pour moi la façon de marcher dans la rue dénote le vrai style d’une personne. Et puis l’élégance, c’est aussi une forme d’humour et de détachement. Une capacité à ne pas se prendre au sérieux.»

www.atelierpoisson.ch

Zurich Mark Huggler traiteur de luxe, 46 ans

Son style vestimentaire colle pile avec le nom de sa boîte, Bespoken hospitality – l’hospitalité sur mesure – le service de traiteur de luxe dont Mark Huggler est le fondateur. Un mix entre gastronomie et esthétique où les meilleurs produits transforment un simple cocktail en un événement chicissime. « En accordant une grande importance à l’apparence extérieure, on respecte ce qu’il y a à l’intérieur », explique Mark pour qui la bonne bouche va forcément de paire avec la bonne fringue. Son style ? Un éventail assez large qui va de ce classique trois pièces brun à une mode discrètement sportive. « Je préfère clairement les tissus italiens et anglais pour les costumes sur-mesure mais j’aime mieux porter des matières plus high-tech pour mes tenues moins formelles. » Des habits achetés au Japon avec sa femme, la créatrice helvético-japonaise Kazu Huggler. Rayon chaussures, Mark avoue se fier à des marques plutôt traditionnelles -  J. M. Weston et Ludwig Reiter – dont il entretient avec  le plus grand soin les quelques modèles en sa possession.

www.markcompany.net ,  www.kazuhuggler.com

Zurich Mathias Rastorfer, galeriste, 50 ans

« Des nouveaux pantalons pour l’homme nouveau ! » Tiens, Mathias Rastorfer cite les Avant-gardes russes, le mouvement historique du début du XXe siècle chez qui l’art entretenait un lien étroit avec  les vêtements. Il faut dire que Mathias Rastorfer est à la fois directeur et co-propriétaire de la galerie d’art contemporain Gmurzynska à Zurich. Le marchand aime l’art, forcément. Et la mode aussi, mais sans ostentation. Le galeriste cultive en cela une élégance discrète qui peut évoluer en fonction de l’humeur du moment. Car même s’il n’a rien contre les marques  - « surtout celles qui se distinguent par leur qualité sans avoir besoin d’énormes logos» - il préfère n’en citer aucune. « Seuls les noms des artistes que je représente m’importe ». Pour le marchand, l’art et les vêtements sont à la fois une question d’esthétisme et de plaisir. « Car sans plaisir pas de bon art, pas de bonne mode et bas de bon repas. Les vêtements sont comme un CV que vous affichez partout. Ils permettent de jauger au premier coup d’œil celui qui les porte. De toute manière, il ne faut pas trop se prendre au sérieux. »

www.gmurzynska.com

Crédits photos: Cédric Widmer

Emmanuel Grandjean

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Technosophie
4 créatrices qui habillent les garçons

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."