Bilan

Mode in Switzerland

Grâce à ses écoles de design, la création suisse gagne petit à petit ses galons sur la scène internationale. Portraits de sept stylistes helvétiques qui ont du chic.

Longtemps la mode a été l'apanage de quelques grands centres urbains. Paris, Milan, New York dictaient ainsi chaque année les préceptes saisonniers de l'humanité bien fringuée. Et puis les choses changèrent. La faute à la globalisation, à l'hyperconnexion de notre société qui découvrit que la mode c'était aussi l'affaire de l'Asie, de l'Afrique, bref, que le monde entier pouvait penser les manières de se vêtir. La Suisse, où la marque Akris résume à elle toute seule la haute couture helvétique qui s'exporte, n'entretient pas la réputation d'être une immense nation de la mode. En quelques années, plusieurs labels et créateurs ont pourtant émergé. Ces nouveaux talents qui commencent à porter haut le savoir-faire helvétique en matière d'habit, on les doit aussi à deux écoles: la Haute Ecole d’art et de design de Genève (HEAD) et l'Institut mode-design de Bâle (IMD), qui forment ainsi cette nouvelle garde de fashion designers qui commencent à s'imposer. Ce qui ne doit pas les empêcher, ensuite, d'aller voir ailleurs. Sept exemples de cette mode in Switzerland.

Mal-aimée

(en photo ci-dessus)

Depuis leur rencontre à la HEAD de Genève, les Suisses Leonie Hostettler et Marius Borgeaud font tout ensemble. D'abord à Paris chez Nina Ricci où ils ont officié sous la direction d'Olivier Theyskens. Ensuite sous leur propre label, Mal-Aimée, qu'ils projettent depuis octobre 2010 sur les podiums. La marque de prêt-à-porter féminin favorise les matières et le style hypergraphique. Une nouvelle élégance, à la fois très parisienne et teintée d'avant-garde, qui lorgne aussi bien du côté de l’art déco que du cinéma de Wong Kar-wai. Marque prometteuse, Mal-Aimée peut compter sur quelques ambassadrices de choc: Kate Barry, fille de Jane Birkin, qui a tourné le clip de leur dernière collection, ou encore Lana del Rey et Lou Doillon, friends officielles du label. www.mal-aimee.com

Gueule d'Ange

Le nom de son label, Isabelle Melis l’a trouvé dans un article racontant la chute d'un maffieux. C'était il y a trente ans. L'ancienne diplômée de l'Ecole des arts et métiers de Neuchâtel lançait alors Gueule d'Ange à la face de la mode helvétique. Bientôt rejointe par son mari Gianni, la créatrice romande fait désormais référence dans toute la Suisse et jusqu'à Paris. Son credo? Un style raffiné qui revisite des coupes rétro et invente des silhouettes bien dans leur modernité. Surtout, Gueule d'Ange est une affaire de matières (broderies, dentelles découpées au laser) et d'imprimés. La «maison de couture» collabore ainsi régulièrement avec Liberty London et Jakob Schlaepfler, manufacture saint-galloise de tissus extrêmes, complètement haute couture. www.gueuledange.ch

Collection 66

Créée en 2000, voilà une griffe bien installée dans le paysage helvétique, mais aussi au Japon où l'archipel raffole de ses créations. Formée à Paris au métier du théâtre, Agnès Boudry, sa fondatrice de 39 ans, cultive un goût pour le vintage où les imprimés – sa marque de fabrique – dessinent à chaque saison un nouveau jardin extraordinaire à porter sur soi. Dans son atelier-boutique de Lausanne, la créatrice revisite, en dentelles et paillettes, soixante ans de l'histoire de la mode et remixe aussi bien les élégances des années 1940 que le pop flash des sixties. www.collection66.com

Aéthérée

Son logo? Un type avec une écharpe déployée dans le dos qui ressemble à des ailes. Un esprit aérien qui veut bien dire la philosophie de ce label créé par la Saint-Galloise Ly-Ling Vilaysane et chez qui la mode se porte comme dans un rêve. Des vêtements pleins de détails qui se transforment (sa chemise à capuche est convertible en robe bustier) et destinés aux femmes d'aujourd'hui, romantiques et hyperactives. Première récipiendaire du Prix Lily décerné par le magazine Edelweiss en 2010, médaille d'argent au salon Blickfang de 2011, Aéthérée conquiert gentiment les échelons de la mode. Formée à l'Ecole supérieure des arts et techniques de la mode de Paris (Esmod), Ly-Ling Vilaysane a déjà convaincu Paris, New York et Tokyo. Un talent à suivre en avion long-courrier. www.aetheree.com

Claudia Güdel

L'une des rares marques suisses à proposer du prêt-à-porter aussi bien féminin que masculin. A l'origine plutôt intéressée par les vêtements pour hommes, la Bâloise Claudia Güdel dessine alors des pièces amples, pratiques et réversibles, dont les coupes très architecturées, inspirées du streetwear et du monde du travail, imposent un look quasi minimaliste et très original. Le succès de ces premières collections auprès des femmes poussera la styliste de 40 ans à adapter ses salopettes «overall» et ses jaquettes noires à capuche – le best-seller de la Bâloise depuis neuf ans – au gabarit féminin. www.claudiagudel.ch

Emilie Meldem

Formée à l'Institut mode-design de Bâle, puis à l'Institut français de la mode à Paris, la styliste Emilie Meldem repartait du Festival international de mode et de photographie d’Hyères avec le Prix spécial du jury 2011. L'un des événements design les plus prestigieux au monde – il a entre autres révélé Viktor & Rolf et Gaspard Yurkievich – n'avait encore jamais accroché de Suisse à son tableau de chasse. Une consécration pour cette jeune Vaudoise de 29 ans qui affirme un style très particulier, emprunt de nature (visez sa robe «branchage») et d'ésotérisme, de vêtement multipoches et de coupe géométrique. Une manière drôle et décalée d'observer les habitus helveticus d'un œil malin et goguenard. www.emiliemeldem.com

Lela Scherrer

Lela Scherrer entretient la particularité de s'activer à la fois sur le terrain de la mode et sur celui du design d'objet. Bâloise de 40 ans, diplômée de la Hochschule für Gestaltung de Zurich et de la prestigieuse Saint Martin’s School de Londres, elle gère sa marque entre Bâle et Anvers (où elle collabore depuis 2002 avec Walter Van Beirendonck, le plus rebelle des fashion designers belges). Une double influence qui donne à ses collections une touche artistique assumée. Chez Lela Scherrer, le vêtement reste une expérience esthétique qui joue sur les matières brillantes (tissus argentés, paillettes) et les transparences, les coupes relâchées et la profusion des détails. La styliste qui cultive le décalage – elle considère ses créations comme des microarchitectures de bien-être qui accompagnent celle qui les porte toute la journée – confiait les images de sa dernière collection à l'artiste Zilla Leutenegger. Laquelle y tenait aussi le rôle du top-modèle. www.lelascherrer.com

Apprendre son style

Vous rêvez un jour de remplacer Raf Simons à la tête de Dior et d'avoir la créativité de Phoebe Philo chevillée au bout des doigts? Vous rêvez surtout de contribuer à faire de la Suisse un vrai pays de la mode. Avec suffisamment de persévérance et de motivation, vous pouvez suivre l'enseignement fashion design de deux hautes écoles helvétiques. En Suisse alémanique, c'est l'Institut mode-design de Bâle qui décerne un bachelor HES en fashion design avec un accent spécial sur l'élaboration de textile et d'imprimé. En Suisse romande, la Haute Ecole d’art et de design de Genève concentre une partie de ses efforts pédagogiques sur la mode. Et sur le rayonnement international des créations de ses étudiants. En 2012, elle est ainsi parvenue à hisser deux de ses diplômés (Maxime Rappaz et Jasmina Barshovi) dans le dernier carré des finalistes du 27e Festival international de mode et de photographie d’Hyères. Dès cet automne, la HEAD mettra à son programme le premier master en design mode et accessoires de Suisse, une formation destinée à celles et ceux qui veulent lancer leurs propres griffes ou visent le poste de directeur(trice) artistique d'une grande marque. www.head.hesge.ch - www.fhnw.ch/hgk/imd

Antoine Roduit

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Le plein d’applis
Must have

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."