Bilan

Mieux manger pour mieux vieillir…

A 65 ans, vous êtes statistiquement vieux. Vous avez encore beaucoup d’années à vivre et en bonne santé, à condition d’adopter un mode de vie équilibré. Que mettre dans son assiette?
  • L’alimentation a une influence sur les maladies de la vieillesse: hypertension, diabète, obésité, maladies cardiovasculaires…

    Crédits: Shutterstock
  • Dr Laurence Genton Graf: «La masse grasse augmente progressivement avec l’âge.»

    Crédits: Dr

C’est une histoire à double sens: l’alimentation conditionne la santé et l’âge conditionne l’alimentation. A 20, 40, ou 65 ans, les besoins alimentaires du corps ne sont pas les mêmes. «Avec l’âge, le métabolisme change, confirme Laurence Genton Graf, médecin adjoint agrégée à l’unité de nutrition des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). En vieillissant, on a tendance à perdre de la masse musculaire, laquelle détermine le métabolisme, c’est-à-dire les besoins en calories.» 

Or, la plupart des personnes continuent à manger autant à 60 qu’à 30 ans et prennent du poids avec les années. «Sur plus de 5000 personnes habitant la région genevoise, il a été démontré que la masse grasse augmente progressivement avec l’âge chez les hommes, et particulièrement entre 45 et 65 ans chez les femmes, alors que la masse maigre (les muscles) diminue», explique encore Laurence Genton Graf. Le surpoids s’installe doucement, la sédentarité aussi, faisant le lit des futures pathologies de l’âge. C’est ce que les spécialistes appellent le «vieillissement secondaire», celui que l’on fabrique soi-même à travers son mode de vie, son alimentation et son niveau d’activité physique. Il peut être ralenti ou accéléré suivant son hygiène de vie. 

Ici aussi, l’histoire se joue à deux niveaux: «Manger sainement n’est pas suffisant si on ne fait pas d’activité physique. L’un ne va pas sans l’autre, insiste le Dr Genton Graf. Des études ont prouvé que lorsque l’on mange même sainement, mais que l’on ne bouge pas, on fabrique de la masse grasse.»  

Attention aux calories vides

Le surpoids et l’obésité, qualifiés d’épidémie du siècle, cachent un autre phénomène alimentaire dont on parle peu et qui est pourtant répandu: la dénutrition. «30% de la population admise aux urgences, tous âges confondus, est en état de dénutrition. Cet état, caractérisé par une perte de poids et de masse musculaire, est plus développé chez les personnes âgées. Il peut être lié à des besoins nutritionnels en calories et protéines insuffisamment couverts», explique encore le Dr Genton Graf. La surprise, c’est qu’on peut être à la fois en surpoids et dénutri. Trop de calories «vides», trop de gras et pas assez d’activité physique qui permettent le bon fonctionnement du métabolisme. 

Or donc, comment mieux manger quand on vieillit? «Il n’y a pas de régime particulier pour telle ou telle pathologie liée à l’âge, annonce Laurence Genton Graf. Une fois qu’on a compris qu’il faut manger de tout, de façon modérée et équilibrée, et qu’il faut bouger suffisamment, on a compris l’essentiel pour bien vieillir. Le plus important, c’est d’avoir la force de sortir de «la phase de contemplation», cette phase où les patients comprennent le problème mais ne renoncent pas pour autant à leurs habitudes alimentaires ou sédentaires. Comme dans n’importe quelle prise en charge, il faut que le patient s’implique. La réussite de la lutte contre les maladies de la vieillesse liées, entre autres, à l’alimentation (hypertension, diabète, obésité, maladies cardiovasculaires…) nécessite la collaboration du patient.
Si le patient n’est pas motivé pour changer, on ne pourra pas y faire grand-chose.»  

Nivez C Photoa
Catherine Nivez

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste en France depuis 1990, d’abord comme reporter et journaliste dans le secteur de la musique, puis dans les nouvelles technologies, internet et l’entrepreneuriat. Après 20 ans en France, j’ai migré en Suisse et à Genève ou je vis et travaille désormais sur ma nouvelle passion: l’alimentation et la santé.

J’ai fait l’essentiel de mon parcours dans l’audiovisuel français (France Inter, France Info, Europe1, ou encore Canal+). Désormais journaliste freelance en Suisse, j’ai signé une série d’articles pour le quotidien suisse-romand Le Temps et travaille désormais pour BILAN où je tiens la rubrique mensuelle « Santé & Nutrition ».

Vous pouvez aussi me retrouver sur mes blogs : www.suisse-entrepreneurs.com, galerie de portraits des entrepreneurs que je côtoie en Suisse, et sur LE BONJUS mon nouveau blog consacré aux jus et à l’alimentation.

Du même auteur:

Philip Queffelec, l’avion dans le sang
Xavier Casile, le pubard de la Suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."