Bilan

Mer ou montagne ?

Micro-algues ou plantes alpines ? Deux nouvelles gammes de cosmétiques s’appuient sur la capacité de ces deux végétaux à s’adapter aux conditions extrêmes pour en extraire un puissant anti-âge.

D’un côté, une science qui s’appuie sur la reproduction de cellules souches végétales, de l’autre, l’aquaculture d’algues marines. Pour Alpéor, marque suisse produite à Nyon depuis 2001, le secret vient des plantes alpines et de leur actif révolutionnaire: le méristème végétal. C’est là que se loge la centrale reproductrice des cellules. Les plantes alpines étant amenées à résister efficacement contre la rudesse du climat, leurs cellules souches vont nourrir les nôtres. La marque La Prairie et sa collection « Biologie marine avancée » puise, elle, dans les extraits de petites algues brunes, rouges et vertes, capables de faire face aux variations de température, de salinité et au rayonnement UV extrême pour en faire un parfait anti-grise mine. Leur but ? Identique. Réduire les rides chez l’homme, offrir une protection antioxydante et augmenter la production de collagène.

Crédits photos: Dr

Cristina d’Agostino

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."