Bilan

Les frissons d’une neige immaculée grâce à l’héliski

Se faire déposer en hélicoptère au sommet d’une montagne pour une descente à ski inoubliable? L’expérience n’est pas si onéreuse. Seule condition: être très bon skieur.
L’Alaska est l’une des destinations privilégiées pour des séjours d’héliski «clés en main». Crédits: Whit Richardson/getty images

La neige est abondante et les stations de ski affichent complet. Chausser les lattes vous démange! Seul inconvénient, vous n’êtes pas le seul à vous précipiter en montagne pour savourer les plaisirs de la glisse. La foule sur les pistes et l’attente aux remontées mécaniques sont souvent au rendez-vous alors que vous rêvez de ski hors-piste sur des pentes vierges et immaculées. Si vous êtes un bon skieur, vous pouvez vous offrir le grand frisson blanc loin de toute présence humaine, grâce à l’héliski. Cette variante du ski hors-piste délaisse télécabines et autres télésièges pour vous déposer en hélicoptère directement au sommet de montagnes non équipées de remontées et difficiles d’accès. Plus de 20 000 skieurs aguerris en profitent chaque année en Suisse.

En plus du plaisir d’être le premier à marquer la neige vierge dans le silence d’une nature pure et sauvage, le skieur bénéficie d’un superbe voyage en hélicoptère, survolant les sommets et laissant aux autres les pistes balisées. Par petits groupes guidés par un professionnel, les amateurs de sensations fortes s’élancent pour une longue descente sur un terrain de jeu des plus variés: larges champs de poudreuse, passages plus techniques en forêt, couloirs au dénivelé impressionnant, le tout avec des points de vue uniques sur les sommets environnants.

La sécurité avant tout!

Même bien organisé et bien encadré, l’héliski reste un sport extrême, qui nécessite un excellent niveau technique, une bonne condition physique et quelques précautions. Seuls les skieurs ou snowboarders maîtrisant toutes les conditions de neige trouveront un vrai plaisir dans cette activité. De plus, les courses comprennent toujours l’accompagnement par un guide professionnel connaissant parfaitement le terrain et au fait des risques d’avalanche et des conditions météo.

Contestée pour des raisons écologiques, la pratique de l’héliski est autorisée en Suisse, mais de façon restreinte. Néanmoins, il existe une vingtaine de zones d’atterrissage en montagne, principalement en Valais et dans l’Oberland bernois. A 4200 mètres d’altitude, l’une des plus hautes d’où vous pourrez vous élancer est au Mont-Rose. Pour une première expérience d’une journée, ces destinations indigènes vous combleront.

L’héliski est par contre totalement interdit en France, en Allemagne et au Liechtenstein. Les principales destinations que vous pourrez trouver en Europe sont les Pyrénées espagnoles, le Val d’Aoste, deux sites en Autriche et la Turquie. Des sociétés d’héliski françaises proches de la Suisse, de l’Italie ou de l’Espagne proposent toutefois des vols transfrontaliers à des tarifs avantageux.

Pour les vrais passionnés, des spots exceptionnels sur les plus beaux sommets du monde sont accessibles dans le cadre de séjours «clés en main». De nombreuses agences spécialisées proposent des destinations telles que l’Alaska, le Canada, la Nouvelle-Zélande, les Montagnes-Rocheuses aux Etats-Unis, l’Himalaya, la Russie, le Groenland ou encore les Andes… Mais il est conseillé de commencer par quelques journées d’initiation en Suisse avant de planifier un grand voyage entièrement consacré à l’héliski.

Combien ça coûte?

En Suisse, les tarifs sont abordables. Toutes les sociétés proposant de l’héliski pratiquent des tarifs à peu près similaires, à partir de 250 à 300 francs par personne (selon l’altitude à atteindre), comprenant le vol en hélicoptère et la descente avec un guide. Et plus vous serez nombreux, plus le vol sera avantageux! Par exemple, un vol à la Rosablanche depuis Arolla est facturé en tout 900 francs (que vous soyez seul ou jusqu’à quatre personnes), avec un prix dégressif dès cinq skieurs (tarif Air-Glaciers). Ce prix s’entend pour une seule descente pour le groupe, mais celle-là durera parfois plusieurs heures et, comparé avec le coût de certains abonnements de remontées mécaniques, c’est un bon rapport qualité-prix pour une expérience inoubliable.

En ce qui concerne les destinations plus lointaines, les tarifs s’envolent. Il faut compter entre 5000 et 10 000 francs par personne pour une semaine d’héliski hors d’Europe, voyage en avion non compris. Pour une expédition en Turquie avec la société Turkey Heliski, basée à Verbier, comptez 8500 francs par personne. Mais le jeu en vaut la chandelle, car on vous promet là 30 500 mètres de dénivellation, et 20 000 mètres de descente garantis sur la semaine. L’offre d’héliski partout dans le monde est immense, et de nombreuses sociétés en ont fait leur spécialité. Il vaut la peine de comparer attentivement les tarifs, qui peuvent varier du simple au double selon la destination, la saison et la taille de votre groupe. 

 

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."