Bilan

Les brèves de Bien-Vivre (10/02/2021)

Les brèves de Bien-Vivre (10/02/2021)

Wolf Project et ses masques de soin pour hommes lèvent un million

En à peine un an d’existence, la marque suisse a rencontré un succès grandissant.

C’est l’histoire un peu folle d’un entrepreneur vaudois qui s’est lancé en pleine période de pandémie dans la cosmétique pour hommes. Francesco Urso, ancien directeur chez P&G qui a travaillé plusieurs années en Russie et en Chine, a découvert le monde de la beauté en Asie. Rentré en Suisse en 2019, il investit 100 000 francs pour lancer Wolf Project, une marque de masques détox et hydratants pour hommes fabriqués en Corée du Sud, avec 95% d’ingrédients naturels. Début 2020, le magazine GQ New York classe les produits de la nouvelle marque parmi «les meilleurs à tester, donnant des résultats immédiats au niveau de la peau». Le site explose. Avec une petite équipe de trois personnes entre Genève et New York, l’aventure continue. C’est
au tour des pharmacies CVS aux Etats-Unis de passer commande pour 2000 de leurs enseignes.

Récemment, afin de développer la marque, Francesco Urso a réalisé une levée de fonds d’un million de francs auprès de business angels suisses romands. L’objectif: développer le marketing digital pour asseoir la marque et être vendu un jour dans le monde entier. L’idée est également d’élargir la gamme de produits. Des masques anti-âge pour le visage et anti-fatigue pour les yeux seront bientôt disponibles. «Le graal serait d’ouvrir un jour un spa pour hommes», commente le fondateur. En Suisse, Manor distribuera les produits Wolf Project dès le 1er mars. Chantal de Senger

www.wolfproject.co


L’experte en microfibres Babette Keller Liechti lance un masque chauffant

Innovation Avec la société KT Home qu’elle a fondée en 2018, Babette Keller Liechti a développé l’an dernier un masque en microfibres protecteur, réutilisable, antibactérien et confortable. En ce début d’année, l’entreprise biennoise lance son tout premier masque chauffant spécialement pensé pour les activités en plein air. Doté de la technologie Nano Sys, le masque convertit l’énergie lumineuse en chaleur et augmente ainsi la température du masque en créant naturellement un effet thermique de +3 à +5° en 15 minutes. Que l’on soit sur les pistes de ski ou en ville, l’objet ne risque pas de devenir humide ou de geler. Façonné en Suisse, le masque est adapté à tous les âges et morphologies. Ce dernier est vendu sur kt-boutique.com ou dans les Manor de Suisse. CS


Les offres de workation se développent

Télétravail Alors que le télétravail est obligatoire jusqu’à fin février, l’envie d’évasion revient. Certains ont choisi d’allier le travail et les vacances – work et vacation. Le concept de workation consiste en une sorte de coworking poussé encore plus loin. Plus que la bonne connexion internet et les espaces de travail, les personnes louent également des chambres. Out of Office ou encore Swiss Escape proposent par exemple ce type de service, mais il est aussi possible de travailler depuis un hôtel ou une chambre d’hôte. Cela permet à l’employé ou à l’indépendant de profiter d’un cadre différent tout en continuant à avancer ses projets. En Suisse, les adeptes du workation se dirigent plutôt vers les Alpes. RG


Mieux vivre son hypersensibilité grâce à la méditation

(Crédits: Dr)

Vie quotidienne Fabrice Midal a longtemps vécu dans une bataille insensée avec lui-même et le monde qui l’entoure. «J’ai passé mon enfance et mon adolescence à surréagir, explique l’auteur de Suis-je hypersensible?, un livre qui vient de paraître aux Editions Flammarion. Aux pulls en laine qui grattent, au bruit, à la foule, aux gestes de tendresse qui m’amenaient les larmes aux yeux. Objectivement, il ne s’agissait que de détails, mais rien n’était objectif dans ma vie. Je ne connaissais pas la tiédeur.»

Bousculé par trop d’émotions, trop de pensées, trop de sensations, Fabrice Midal est persuadé d’être socialement inadapté. Il trouve un remède à son mal le jour où un doctorant en neuro-sciences lui assure qu’il n’est pas misanthrope, mais simplement hypersensible. «Nous recevons de notre environnement des millions d’informations sensorielles, émotionnelles et cognitives. Chaque individu est cependant singulier et les filtres cérébraux n’ont pas la même puissance. Certains ressentent plus fort les odeurs, le chaud, le froid…» Fabrice Midal se lance alors dans une enquête pour mieux comprendre la cartographie de l’hypersensible. Il rencontre des scientifiques, des physiciens, des anthropologues, des psychologues, des philosophes et des historiens. La bonne nouvelle: cette faculté de ressentir intensément et de «capter» ce qui échappe aux autres est un cadeau, une force qu’il faut apprivoiser. AC

Pour parvenir à accepter sa singularité et vivre son hypersensibilité au quotidien, Fabrice Midal propose six exercices de méditation en direct du 2 au 13 février et en replay jusqu’au 4 avril. Tarif plein: 45 euros.
Infos: www.fabricemidal.com/meditation-actu/hypersensibilite

Bilan.ch

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."