Bilan

L’envie de partir au Monte-Carlo

L’envie de partir au Monte-Carlo

  • Crédits: Dr
  • Crédits: Dr

Quand on vous livre une voiture de presse, qu’on vous dit que c’est une série limitée et que le numéro de ladite série limitée est le 007 – vous savez déjà que l’essai sera beau, bon et grand.

On ne va pas se le cacher, psychologiquement les voitures coréennes ne sont pas celles qui font le plus rêver. Pourtant en montant dans le «Projet C» que Hyundai a développé pour sa i30, on a immédiatement le sentiment que quelque chose est en train de se passer.

Si l’on fait abstraction de l’extérieur de la voiture pendant quelques secondes et que l’on s’attache à l’intérieur, on voit clairement que les ingénieurs coréens se sont défoncés pour faire ce qui se rapproche le plus possible d’une œuvre d’art pour une voiture qui a l’air d’être prête pour aller participer aux rallyes du championnat WRC. Bon, j’exagère peut-être un tantinet, mais disons qu’elle n’a pas grand-chose à envier aux Golf GTI et autres Audi S3 – mis à part peut-être le fait qu’elle est moins chère.

Une débauche de carbone

La Hyundai i30 N, c’est une débauche de carbone. Un capot en carbone, des sièges en carbone et des inserts en carbone un peu partout – ce qui me fait penser soudainement que si ça se trouve, son bilan carbone doit être excellent, puisque, selon la vieille citation: «Souviens-toi que tu es carbone et que tu retourneras au carbone.» Bref. Vous l’aurez compris, la Hyundai est légère, puissante, joueuse et diablement fun. Et je ne dis pas «diablement» par hasard, cette voiture vient forcément de quelque part proche de l’enfer – tellement elle a tendance à pousser au péché. Son moteur de 2 litres et ses 275 chevaux, qui auraient tendance à faire déprimer un écologiste libéral, vous donneront assez rapidement envie de voir ce qu’elle peut faire. Et elle peut en faire des choses, mais je ne sais pas si vous oserez en parler en confession, tellement le prêtre pourrait mal le prendre et envisager l’excommunication.

On the road again

(Crédits: Dr)

Pour faire simple, cette voiture est faite pour partir rouler dans les cols alpins, si possible sur des trajets bien roulants et bien lisses, parce que dans le cas d’une route un peu bosselée, si vous roulez en mode «sport», je vous conseille de prendre un ou deux rendez-vous d’avance chez un ostéopathe. En ce qui me concerne, ayant roulé un peu sec sur une route de montagne avec un bitume que l’on qualifiera de «discutable», je suis encore à la recherche de mes vertèbres L1-L2 et L3, qui doivent se balader quelque part entre le siège passager et le siège arrière.

Soyons clairs; c’est une voiture de sport avec toutes les qualités et les défauts d’une voiture de sport. Du bruit rauque de l’échappement au confort limité du mode sport. Selon mes informations, il y aurait un mode «économique» sur la i30, mais à ce jour, je ne l’ai pas encore trouvé. Pour conclure, le «Projet C» de Hyundai est une réussite et les Allemands ont du souci à se faire si les Coréens décident de continuer la déclinaison de l’alphabet – je n’ose même pas imaginer ce que va donner le «Projet D».


Hyundai i30 N Project C – série limitée numéro 007

Puissance: 275 cv

Moteur: 2 litres, 16 soupapes, turbo

Vitesse max: 250 km/h

0 à 100 km/h: 6,1 sec

Consommation: 11l/100 km

Etiquette énergétique: E

Boîte manuelle et traction avant.

Thomas Veillet*

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."