Bilan

Le tournoi de polo de Gstaad, le rendez-vous chic de la fin d’été

L’homme d’affaires et passionné de sports équestres Pierre Genecand a repris l’organisation de l’évènement en 2006. La Hublot Polo Gold Cup n’a cessé depuis de gagner en importance.
  • Hublot Polo Gold Cup de Gstaad 2012
  • Hublot Polo Gold Cup de Gstaad 2012
  • Hublot Polo Gold Cup de Gstaad 2012
  • Hublot Polo Gold Cup de Gstaad 2012
  • Hublot Polo Gold Cup de Gstaad 2012
  • Hublot Polo Gold Cup de Gstaad 2012
  • Pierre Genecand et Jean-Claude Biver.

C’est un peu la pampa, mais la pampa bernoise. Pierre Genecand arpente le terrain longeant l’aérodrome où va se dérouler quatre jours durant la Hublot Polo Gold Cup de Gstaad, du 15 au 18 août. « Nous sommes désormais la seconde manifestation de ce type après Saint-Moritz », se félicite le Genevois qui a repris l’organisation de la manifestation sportive en 2006.

Après 18 ans de bons et loyaux services à la tête du concours hippique de Genève, le passionné de chevaux s’est vu sollicité par Brigitte Scherz de la famille propriétaire du Gstaad Palace pour reprendre le flambeau. Depuis, l’événement a décollé. Le budget a été multiplié par cinq et atteint désormais le million de francs. Un véritable exploit, car si le polo nécessite de gros moyens pour jouer, bien peu de tournois d’envergure se créent en Europe.

La raison: le côté élitiste de ce type de discipline ne parvient pas en général à attirer trop les sponsors. Sauf à Gstaad, grâce à l’énergie et aux connections de Pierre Genecand. L’avant dernier weekend d’août, la Hublot Polo Gold Cup se voyait soutenue par bien sûr la marque de montres, mais aussi la banque Baring Sturdza et le constructeur automobile McLaren, entre autres.

500 VIP

Pierre Genecand, 63 ans, s’est retiré des affaires en 2006 après avoir vendu sa société, le courtier en assurances Gesrep, au géant néerlandais Aon. Fortune faite, l’homme d’affaires a décidé de partager sa vie entre la Suisse, l’Uruguay où il réside et possède 800 vaches, ainsi que l’Argentine. Un choix dicté par sa passion des chevaux : « Je monte quatre fois par jours ». A Gstaad, le tournoi – de bon niveau car il est de catégorie 6 sur le circuit - comporte quatre équipes, tous des pros, avec notamment des Argentins féroces.

L’évènement est forcément mondain car ainsi vont le polo et Gstaad. Chaque année, bon nombre de membres de la liste des 300 plus riches de Bilan se côtoient d’ailleurs dans les Alpes bernoises à cette occasion : Bernie Ecclestone, Jean-Claude Biver, Cédric Schweri, Daniel Aegerter, les Engelhorn, Ricardo Tattoni, entre autres. Certains d’ailleurs se posent avec leur avion sur l’aérodrome de Gstaad et se retrouvent sur le terrain de polo dès la descente de l’appareil. « Une situation unique, souligne Pierre Genecand, qui nous permet d’attirer des personnalités à l’agenda très chargé et qui peuvent décider de faire un saut à Gstaad au dernier moment. »

La soirée de Gala du samedi soir attire environ 500 VIP. Mais le Polo peut aussi être (un peu) populaire avec son côté «rugby à cheval». Le tournoi de Gstaad attire chaque année 6000 visiteurs venus aussi pour assister à la parade des participants le samedi sur la Promenade.

Fait nouveau, c’est la couverture forte des médias, notamment internationaux. Quatre journalistes en 2006, plus d’une centaine en 2013 avec notamment le Financial Times, Vanity Fair ou encore des chaînes de TV comme la ZDF.  

 

Stéphane Benoit-Godet

<p>Rédacteur en chef du Temps, (ex-rédacteur en chef de Bilan)</p>

Lui écrire

Depuis le 1er janvier 2015, Stéphane Benoit-Godet dirige la rédaction du quotidien Le Temps. Il était le rédacteur en chef de Bilan de 2006 à 2015. Auparavant, il a travaillé pour les quotidiens La Tribune de Genève et Le Temps 1998-2003), journal dont il a dirigé la rubrique économique (fin 2000 à mi-2003). Juriste de formation, Stéphane a fait ses études en France à l'Université d'Aix-Marseille III. 

 

 

Du même auteur:

«Les concentrations dans la presse ne font que débuter»
Comment la Silicon Valley écrit un nouveau chapitre de l’histoire: les cleantechs

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."