Bilan

Le Salon de la haute horlogerie 2014, un bon cru

Le SIHH a fermé ses portes ce vendredi 24 janvier sur une fréquentation en hausse de 9% et des perspectives de vente plutôt rassurantes pour les exposants. Quelques belles innovations sont à retenir.
  • Audemars Piguet.

    Crédits: Keystone
  • IWC - Aquatimer

  • IWC

    Crédits: Keystone
  • A. Lange & Söhne - Richard Lange Perpetual Calendar Terraluna

  • Lange & Söhne

    Crédits: Keystone
  • Roger Dubuis Hommage

  • Roger Dubuis

    Crédits: Keystone
  • Vacheron Constantin - Métiers d'art Mécaniques Ajourées Calibre 4400

  • Baume & Mercier, Clifton Chronographe

  • Cartier - Rotonde Astrocalendar

  • Richard Mille - Capteur de G

  • Parmigiani - Tonda Metrographe

  • Montblanc

    Crédits: Keystone
  • Piaget Altiplano 900P

  • Panerai

    Crédits: Keystone

Les métiers d’art n’auront jamais autant été mis à l’honneur. Besoin de démontrer sa capacité à faire partie du sérail très fermé de la haute horlogerie, seule capable de soutenir l’artisanat d’art, ou envie de trouver un raffinement extrême après des années d’innovations mécaniques purement techniques, les marques Piaget, Jaeger-LeCoultre, Van Cleef & Arpels, Cartier et Vacheron Constantin ont rivalisé de techniques rares en art appliqué pour offrir des montres aux cadrans richement travaillé.

Marquèterie de fleur, émail grisaille ou grand feu, glyptique, cloisonné de pierre, bullino et même scrimshaw, travail de gravure à l’aiguille sur mammouth fossilisé, les techniques les plus ancestrales ont été remises au goût du jour pour cette édition 2014.

Et si la clientèle amatrice de cet exercice de style est à chercher du côté du Moyen-Orient ou de l’Asie, c’est bien le faire-savoir de cette maîtrise horlogère qui en est devenu l’enjeu. Car pour se positionner sur le marché très concurrentiel de la haute horlogerie, il vaut mieux aujourd’hui montrer l’étendue de son savoir ou de son histoire.

Cette année, chaque marque a cherché à définir clairement son positionnement, à consolider ses bases sans chercher à bousculer son public, à travailler son ADN et sa force de frappe sur les marchés émergents. Un style sobre, une taille de boîtier plus petite adaptée à tous et un prix relativement « accessible » ont naturellement découlé de cette idée. Et en matière de mécanique horlogère, de grands « crus » 2014 extra-plats, squelettes et quantièmes perpétuels ont émergé.

Pionnière de l'extra-plat

Dans l’art de la sobriété élégante, Van Cleef & Arpel a réinterprété sa très classique Pierre Arpels en y ajoutant une complication, Vacheron Constantin a repensé son tourbillon dans un mouvement entièrement squeletté et gravé main, Audemars Piguet a resserré sa gamme de modèles et retravaillé la Royal Oak Offshore, Lange & Söhne a innové en ajoutant à son quantième perpétuel un affichage orbital des phases de lune ainsi que la situation de la Lune par rapport à la Terre et au Soleil au dos de la montre.

Piaget, désireuse de s’inscrire définitivement aux yeux du grand public comme la pionnière de l’extra-plat, a marqué les esprits en révolutionnant l’idée de construction classique du mouvement. Sa montre Altiplano 900 P, heure et minute à remontage manuel devient la plus plate au monde avec une épaisseur de 3,65 mm grâce au fond du boîtier qui fusionne avec le mouvement.

Greubel Forsey révolutionne le quantième perpétuel en l’indiquant de manière linéaire et entièrement réglable par la couronne tout en y ajoutant, au dos, une indication de l’équation du temps qui permet de mieux comprendre les cycles elliptiques de la terre autour du soleil, avec ses équinoxes et solstices.

IWC immerge les amateurs de plongée sous-marine dans le monde Aquatimer, la thématique 2014 de la marque schaffhousoise. Et en hommage à la fondation Charles Darwin, décline ses modèles étanches jusqu’à des profondeurs pouvant atteindre 2000 mètres.  

Hommage aux fondamentaux

Cartier réinvente le mode d’indication de la date du jour et du mois du quantième perpétuel dans son nouveau modèle Rotonde de Cartier Astrocalendaire. Conçu de manière concentrique, le système d’indication disposé en étage juxtapose douze mois, sept jours et la date.

Parmigiani Fleurier réussit une belle prouesse en matière d’esthétique horlogère avec ses deux nouvelles lignes Tonda Métrographe pour homme et Métropolitaine pour femme : les codes emblématiques de la marque sont conservés tout en innovant dans la forme.

Montblanc complète sa gamme horlogère avec l’introduction de la ligne MeisterStück et son quantième perpétuel en acier très sobre et particulièrement abordable. Richard Mille et son modèle Sébastien Loeb réussit à améliorer son système de capteur de G en rendant sa lecture instantanée et à la demande, puis une remise à zéro du système par pression d’un poussoir sur la glace saphir.

Roger Dubuis rend hommage aux fondamentaux de la marque au travers de sa ligne Héritage. Plus sobre et classique, Ralph Lauren révolutionne sa gamme horlogère en rendant beaucoup plus accessible ses modèles, tout comme Baume & Mercier dans sa gamme Clifton, à l’exception de son modèle Clifton 1892 Flying Tourbillon.

Cristina d’Agostino

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."