Bilan

Le royaume du cheval est au bord du Léman

Basée à Lausanne, la Fédération équestre internationale a évolué ces dernières années. présidée par un roturier, elle montre davantage d’indépendance.

Ingmar de Vos.
Pour la première fois, 
le président de la FEI n’est ni un noble, ni une tête couronnée, ni un militaire.

Crédits: Richad Juilliart

Face au Royal Savoy à Lausanne, un bâtiment moderne se distingue par une fresque chevaline apposée sur sa façade. C’est le siège de la fédération faîtière internationale pour les disciplines équestres de saut d’obstacles, de dressage, de concours complet, d’attelage, de reining (équitation genre western), d’endurance, de voltige et de dressage paralympique. Quelque 132 fédérations nationales y sont affiliées. 

Jusqu’en 2014, la fédération était présidée par une princesse des Mille et Une Nuits, la princesse Haya Al Hussein, fille du roi Hussein de Jordanie et demi-sœur du roi Abdallah de Jordanie. Elle est aussi l’épouse du cheikh de Dubaï, Mohammed al Maktoum, gouverneur de l’émirat et l’un des dix souverains les plus riches du monde, par ailleurs passionné de courses de chevaux. En 2012, il a remporté le championnat du monde d’endurance, une course de fond pratiquée en pleine nature, dans laquelle les cavaliers peuvent parcourir jusqu’à 160 km en une seule journée.  

Un grave conflit d’intérêts

En 2014, la princesse Haya n’a pas désiré renouveler un troisième mandat, et c’est son secrétaire général, le Belge Ingmar de Vos, qui lui a succédé, en l’emportant haut la main face au champion olympique français Pierre Durand et au Suisse Pierre Genecand. Le Belge a succédé ainsi à une impressionnante lignée d’altesses royales, du prince Bernhard des Pays-Bas (de 1954 à 1964), du prince Philip, duc d’Edimbourg (1964-1986) et de sa fille, la princesse Anne d’Angleterre (1986-1994), à l’Infante (d’Espagne) Dona Pilar de Borbòn (1994-2006). 

Le retrait de la princesse Haya en 2014 cachait un grave conflit d’intérêts en raison de la forte implication de son royal époux dans les courses d’endurance qui faisait souvent l’objet de graves critiques, plaçant la jeune présidente de la FEI dans une situation boiteuse. Son puissant mari avait d’autre part été éclaboussé par le contrôle positif d’une vingtaine de chevaux de son écurie de course Godolphin, au nord-ouest de Londres, propriétaire de plus de 700 chevaux. 

L’adversaire principal à l’actuel président belge de Vos, le Genevois Pierre Genecand, prônait un retour à un fonctionnement plus conforme à l’éthique. L’homme qui a tenu durant quatorze ans les brides du Concours hippique de Genève et élevé 250 chevaux de polo dans la pampa en Argentine voulait nettoyer les «écuries d’Augias». Il avait le soutien du président de la Fédération suisse des sports équestres, le Vaudois Charles Trolliet, qui avait recensé, entre janvier 2010 et décembre 2012, 41 chevaux contrôlés positifs lors de compétitions internationales, principalement dus aux anabolisants et aux anti-inflammatoires ou autres anesthésiants.

Quelque 40% des cas positifs en sport équestre proviennent de l’endurance, alors même que cette discipline ne représente qu’une minorité de compétitions hippiques. Par ailleurs, plus de 80% de ces cas positifs concernent des cavaliers issus du Moyen-Orient, ceux des Emirats arabes unis en tête: «Aujourd’hui, les craintes que nous avions en 2014 se sont quelque peu dissipées en ce qui touche l’indépendance et la volonté d’agir de la FEI, confie le vétérinaire vaudois. Il reste un certain nombre de problèmes à régler, non pas tant dans la réglementation elle-même que dans l’application de ces mêmes règlements, notamment dans certaines régions du monde et dans des domaines équestres où l’argent continue de jouer un grand rôle.»

Grivatolivier
Olivier Grivat

JOURNALISTE

Lui écrire

Olivier Grivat est journaliste indépendant après avoir été rédacteur en chef adjoint de 24 Heures et travaillé 30 ans chez Edipresse. Licencié en droit, il s’est spécialisé dans les reportages et les sujets économiques (transports, énergie, tourisme et hôtellerie). Il a écrit plusieurs ouvrages, notamment sur la jeunesse suisse du roi de Thaïlande et la marine suisse de haute mer.

Du même auteur:

Il transforme le vieux papier en «or gris»
«Formellement, Sepp Blatter n’a pas démissionné»

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."