Bilan

Le Musée des beaux-arts vivra sa période « Bleu »

Avec le pôle muséal et son projet « Bleu », le canton de Vaud se dotera en 2016 d’un site culturel capable de repositionner son offre artistique sur la scène internationale. Un pari architectural audacieux qui manquait encore au dynamisme de l’arc lémanique et pour lequel Nestlé vient de confirmer son soutien financier.
  • Crédits: www.polemuseal.ch
  • Crédits: www.polemuseal.ch
  • Crédits: www.polemuseal.ch
  • Crédits: www.polemuseal.ch
  • Crédits: www.polemuseal.ch

«Devisé à près de 80 millions de francs, le pôle muséal vient d’obtenir un nouvel apport financier d’un million de francs de la part de Nestlé, qui sera affecté au Musée des beaux-arts, et la confirmation de la venue au complet de la collection René Burri. »

Cette information, révélée par le conseiller d’Etat Pascal Broulis, président du comité de pilotage de la plate-forme pôle muséal, vient à point nommé dans l’avancée du dossier au Parlement, qui doit encore adjuger d’ici à la fin de l’année les fonds publics nécessaires.

Rencontré dans ses bureaux du Département des finances vaudois, Pascal Broulis ne cache pas son contentement. A ce jour, la fondation a réuni 21 millions de francs de la part de soutiens privés. La Ville a participé à hauteur de 5 millions et le Grand Conseil avait déjà voté les

14 millions en juin 2010 pour le financement du projet d’étude. Très impliqué depuis le début du projet pôle muséal, il pèse l’importance des enjeux culturels et sociaux engagés. « C’est très stimulant ! Imaginez, ce sont tout de même 22 000 m2 qui vont être reconfigurés et redonnés à la population.

C’est rare. Alors, avec la conseillère d’Etat Anne-Catherine Lyon, nous y mettons de l’énergie, c’est vrai, car c’est un lieu de passation du savoir. Et ce passage de témoin de la connaissance est crucial. Savoir d’où l’on vient est capital.

La transmission intergénérationnelle de la culture est une mission fondatrice de la société. Mais la culture est aussi un rouage économique, car l’argent circule. Ces enjeux sont importants. »

2016 sera « Bleu » ou ne sera pas

Pascal Broulis vibre depuis les débuts pour ce projet qui a beaucoup divisé par le passé. Aujourd’hui déplacé des rives du lac vers le centre névralgique de la gare de Lausanne, le pôle muséal est enfin entré dans « un cercle vertueux » qui devrait voir sa première phase – la construction du bâtiment du Musée cantonal des beaux-arts – s’achever entre fin 2016 et début 2017.

Sa mise au concours a attiré 136 candidatures. Dix-huit bureaux d’architectes ont été retenus, dont des noms aussi prestigieux que Kengo Kuma, Souto Moura ou encore Bernard Tschumi. Mais c’est un bureau catalan réunissant Fabrizio Barozzi et Alberto Veiga qui a emporté la mise. Et à l’unanimité. Pascal Broulis : « Il était nécessaire avec le pôle muséal d’aller confronter les intelligences.

Le projet « Bleu » des jeunes architectes espagnols a choisi de conserver l’esprit du site mais pas les bâtiments, qui n’étaient pas adaptés, tout en réhabilitant la parcelle aujourd’hui en friche. Elle porte une mémoire forte de notre histoire industrielle. Cette possibilité, pourtant clairement énoncée dans le cahier des charges, n’a pas été explorée par les autres architectes.

Ils ne se sont pas hasardés à toucher à l’ancienne halle CFF, préférant la mettre sous cloche. Alors que le bâtiment du projet « Bleu » est ultrafonctionnel et présente les arts de manière adaptée au XXIe siècle. »

Une plate-forme muséale pensée pour le siècle à venir

Fondamentales dans la réflexion du musée de demain, les nouvelles technologies auront leur place au pôle muséal.

Un partenariat, signé avec l’EPFL il y a un peu moins d’un an, permettra de trouver les applications adaptées aux attentes des visiteurs. Car dans ses murs actuels du Palais de Rumine le Musée des beaux-arts est à l’étroit, incapable d’accueillir des expositions temporaires dignes d’un musée d’envergure.

Mais ce qui a également beaucoup compté dans le choix unanime du projet catalan sont ses espaces publics, générateurs d’une nouvelle dynamique urbaine. Ils seront placés au cœur du pôle muséal, qui réunira à terme trois institutions culturelles : le Musée cantonal des beaux-arts, le Musée de l’Elysée (Musée cantonal de la photographie) et le Mudac (Musée de design et d’arts appliqués contemporains).

Espaces de création, librairies, boutiques, restaurants, par exemple, verront le jour sous des arches limitrophes. Pour Pascal Broulis, « cet espace public fera le lien entre les trois musées, que l’on pourra traverser du nord au sud et d’est en ouest.

Cette restitution à la population d’un espace jusqu’alors fermé est très importante à nos yeux. » Sa façade, le long des rails, permettra une visibilité exceptionnelle du musée, puisque près de 40 millions de voyageurs y passeront chaque année.

Si l’aspect téméraire du projet a convaincu, quelques oppositions sont encore à lever. Pascal Broulis : « Nous sommes partis avec 18 oppositions. Aujourd’hui, il reste moins d’une main devant le tribunal administratif. Nous tablons sur sa levée pour fin 2013. »| 

Cristina d'Agostino

RÉDACTRICE EN CHEF ADJOINTE EN CHARGE DE BILAN LUXE

Lui écrire

Licenciée en Sciences politiques à l’Université de Lausanne puis spécialisée en marketing et économie à HEC Lausanne en 1992, Cristina d’Agostino débute sa carrière dans l’industrie du luxe, et occupe les fonctions de responsable marketing et communication pour diverses marques horlogères. En 2008, elle décide de changer radicalement d’orientation, et débute une carrière de journaliste. En freelance d’abord, elle collabore aux titres Bilan, Bilan Luxe, Encore, avant d’intégrer la rédaction de Bilan en 2012. Depuis 2012, elle occupe la fonction de rédactrice en chef adjointe et responsable des hors-série Bilan Luxe.

Du même auteur:

Ex-mannequin: un physique pour quel emploi?
Comment Matignon a créé six cliniques en quatre ans

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."