Bilan

Le grigri c’est chic

Ils ont des postes à responsabilités, s’habillent chic et cher. Ils portent des montres de luxe mais enroulent autour de leurs poignets des grigris talismans. Qui sont ces messieurs dont les avant-bras tanguent entre élégance et rébellion ?
Crédits: Dr

Ce n’est plus une tendance, c’est un fait d’armes. De plus en plus d’hommes associent à leur montre de luxe un ou des bracelets brésiliens très « retour de vacances », des cordelettes porte-bonheur ou bracelets tibétains, bref, des grigris à moins de dix francs. Vous ne croyez pas à ce crime de lèse-majesté horlogère ? Faites l’expérience. Entrez dans un café et observez les poignets des hommes. Ne vous focalisez pas sur la montre et son néo-acolyte, le bracelet, mais voyez l’ensemble.

Si les avant-bras sont tatoués, pas de doute, vous êtes dans un antre de hipsters. Un hipster, c’est quoi ? Un barbu avec un bonnet (et des bras tatoués). Dans ce cas-là, montre et bracelet, c’est la norme. Vous pourriez très bien aussi être dans un repaire de bobos, ancêtres des hipsters. Ce sont presque les mêmes, mais en plus vieux. Là aussi, rien de plus normal. Le bobo assume mal le luxe ou alors s’il est mélangé à des accessoires du peuple.

La nouveauté? Ce sont les CEO de grandes sociétés, les banquiers privés, les dirigeants, les avocats, bref, les hommes de pouvoir dont les codes vestimentaires sont ultramillimétrés. Une montre de luxe parachève souvent leur uniforme et leur stature. Pourquoi osent-ils aujourd’hui, en dehors des séjours à la mer, enfiler un quelconque brin de coton ou de soie ? Interrogés, ils expliquent en trois raisons cette excentricité en passe de se banaliser.

L’insoumission

Du temps du père, la montre signait un rang. Et on le sait bien, la génération suivante renie les préceptes de la précédente. Ne surtout pas faire comme papa. D’autant qu’aujourd’hui rappeurs, canailles des banlieues ou adolescents révoltés adulent luxe et montres aux volumes XL. Pour s’en distancier, le premier degré n’est plus.

L’attitude

Un grigri, c’est cool. Etre cool, c’est être à la mode. La mode, c’est de mélanger le cher et le pas cher. C’est ne surtout pas afficher de signes ostentatoires. Porter une montre hors de prix, oui, mais l’accompagner d’un grigri c’est en atténuer un peu la valeur. Assumer complètement sa situation bourgeoise est devenu un parti pris difficile aujourd’hui. Au moins papa osait, lui…

L’affection

Le plus souvent, c’est simplement parce que le chérubin le fabrique. Dans notre société où être un bon père (un bon mari, patron, employé, fils, etc.) importe autant que de réussir sa carrière professionnelle, entortiller un bijou talisman devient un témoignage affectif. 

Sarah Jollien-Fardel

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Unique
Ce que veulent les hommes

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."