Bilan

Le gastrosexuel, un homme aux fourneaux

Ce néologisme, tout droit sorti des entrailles du marketing, catégorise les hommes qui séduisent grâce à leurs talents culinaires. Nouveau phénomène ou esbroufe de vendeurs de tendances ?

Le gastrosexuel serait un homme urbain de 25 à 44 ans, cultivé, qui aime voyager.

Crédits: Maurizio Quarello

Après le métrosexuel (un homme qui prête garde à son apparence), l’übersexuel (un mec, un vrai, mais pas macho), avant le spornsexuel (un homme qui ne craint pas de mettre en évidence son corps hypersexué), il y a le gastrosexuel. Ces mots fourre-tout, drôles à leur début en 1994, s’approchent plus du galimatias que du discours concis qui donnerait l’impression, à nous, simples quidams, d’être plus intelligents après avoir entendu une nouveauté lexicale.

L’origine de ce terme est apparue en 1998 (preuve que la mayo ne prend pas, le mot s’est peu popularisé) suite à l’étude d’une marque de produits culinaires indiens commandée à une agence de communication britannique. Le gastrosexuel serait un homme urbain de 25 à 44 ans, cultivé, qui aime voyager et a un travail !

Deux catégories se distinguent : les plus jeunes pour qui cuisiner est un atout supplémentaire dans le jeu de la séduction, les plus âgés, eux, ne se contentent pas de popoter mais investissent en matos pointu, électrogeek et si possible cher. Véritable manne pour les industriels ! 

Ces hommes, geeks de la cuisine

A Lausanne, Bulthaup a senti cet engouement. « C’est grâce aux émissions culinaires que nous avons remarqué ce nouvel attrait. La cuisine n’est plus qu’utilitaire mais un art de vivre », explique la responsable. Dans son exposition ont lieu régulièrement des cours de cuisine, menés par Jérôme Binder, diplômé de l’Ecole hôtelière lausannoise, reconverti en traiteur itinérant, fondateur de Parfum d’Epices.

Des cours basiques (où les femmes sont plus nombreuses que les hommes) ainsi que des rencontres de célibataires. Jérôme Bindel raconte les différences d’abord entre les hommes et les femmes : « La femme cherche des outils simples et pratiques. Les hommes, qui restent de grands enfants éternellement, fondent sur les gadgets électroniques. Une sonde pour viande wi-fi les attire alors que la femme préférera un thermomètre classique. » Il confirme les différences de mentalité entre les jeunes de 25-30 ans pour qui « cuisiner est naturellement une flèche de plus à leur arc de séducteurs et les plus âgés qui cuisinent par amour de la bonne chère ».

Et autour des fourneaux ? Gaétan, Yves et Emmanuel, trois interlocuteurs qui entrent pile-poil dans les cases formatées de ces néohommes, dégomment ce mot affreux. « C’est une maladie intestinale ou vénérienne? » demande Emmanuel. « Je préfère hédoniste », renchérit un autre. Oui, ils aiment la chair, la bonne, la fraîche. Oui, ils aiment les bons couteaux, si possible japonais (l’un a hâte de découvrir la prochaine ligne de couteaux Miyabi par Benoît Viollier). Oui, les robots ménagers peuvent les exciter.

Oui, les casseroles sont capitales (une batterie Mauviel, le rêve). Gaétan a, lui, investit dans une nouvelle cuisine pour sa passion. Mais leur plaisir est avant tout le partage. Cuisiner pour finir allongé, pas forcément pour ces quadras. Seul Yves, séducteur averti, avoue concocter différemment ses plats, « surtout au niveau des épices», pour une amoureuse ou une bande de copains.

Le groupe de presse allemand Gruner + Jahr a investi le territoire francophone le printemps dernier avec le magazine «Beef!» Pour les hommes qui ont du goût. Beauf, selon « Libération » ou « Les Inrocks », apprécié par Sébastien, un Genevois gastronome autodidacte patenté. « Les images sont superbes, les mises en scène humoristiques. Et c’est beau.»

Destiné originellement à allécher un public masculin, il plaît aussi aux femmes. Cuisiner, lécher, goûter, croquer, sucer, des verbes qui mélangent les plaisirs des sens des hédonistes. Parce que le nouveau genre c’est l’être humain. La parité autour des fourneaux, c’est maintenant.

Sarah Jollien-Fardel

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Unique
Ce que veulent les hommes

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."