Bilan

Le design scandinave fait de la surenchère

Le marché du design historique gagne en maturité. Les acheteurs misent désormais sur la rareté et les noms moins connus, mais en payant parfois leurs trouvailles trop cher.
  • Chez Phillips, cet ensemble de dix chaises du Danois Hans J. Wegner s’est adjugé 336 595 dollars.

    Crédits: Dr
  • Suspension Poul Henningsen produite pour l’Université d’Aarhus en 1942 est partie à 238 795 dollars.

    Crédits: Dr
  • Fauteuil Flemming Lassen de 1936 en pelage de mouton adjugé 170 335 dollars .

    Crédits: Dr

Les enchères d’objets design avaient accusé un petit coup de mou suite à la crise économique de 2008. Six ans plus tard, elles semblent avoir repris du poil de la bête. La dernière vente de la maison Phillips le 24 septembre confirme que le marché du design historique se porte plutôt bien, malgré une proportion de lots invendus toujours assez importante.

Il est aussi devenu plus mature, les collectionneurs ne s’intéressant plus exclusivement aux grands noms qui trustèrent les ventes ces dernières années (Jean Prouvé, Charlotte Perriand ou encore Pierre Jeanneret-Le Corbusier). La preuve ? Parmi le nombre invraisemblable d’objets mis en vente et signé par les trois précédents, une bonne partie n’ont pas trouvé preneur ou alors ont été adjugés dans la fourchette de l’estimation. Il faut dire que les maisons de vente ne se sont pas privées d’inonder le marché de ce vintage très recherché qui l’est désormais beaucoup moins.

Les stars éclipsées, quels sont les designers qui profitent désormais de la lumière ? Des créateurs comme Albert Cheuret dont l’œuvre franchit très peu les portes des salles des ventes. Et surtout les objets dont le faible nombre d’exemplaires encore dans le circuit leur donnent une valeur de pièces quasi uniques. Collectionner, n’est-ce pas marquer sa différence à n’importe quel prix ?

Lors de la vente du 24 septembre, un petit bureau italien des années 1940, pourtant fabriqué par un designer anonyme, a fini sous le marteau à trois fois son estimation. Pourquoi? Parce qu’il est beau, original, rarissime et en parfait état de conservation. De la même manière, une applique murale à sept branches du français Serge Mouille – pas le moins célèbre des designers Français, mais ce modèle reste introuvable – a été adjugée 219 235 dollars, soit un prix pas loin de huit fois plus élevé que le même objet vendu en 2000 chez Sotheby’s.

Mais c’est en direction du Nord que les records sont les plus spectaculaires. Là encore ce sont les objets exceptionnels qui cassent la baraque. C’est ce fauteuil de 1936 en pelage de mouton de Flemming Lassen qui s’adjuge 170 335 dollars. C’est une suspension de Poul Henningsen produite pour l’Université d’Aarhus en 1942 qui part à 238 795 dollars. Une lampe pour un quart de million?

Ce n’est pas raisonnable, mais c’est possible. Dans le genre, il y a encore mieux. En 1952, le Danois Hans J. Wegner, icône du design scandinave, dessine une chaise. Le modèle JH 505 se distingue par son dossier recourbé qui lui donne un look d’animal à corne – d’où son surnom de Cow Horn Chair – et assure à son utilisateur un confort dorsal maximum. Editée aujourd’hui par PP Møbler, elle vaut 2000 francs. Mais chez Phillips, un ensemble de dix de ces chaises, certes d’époque, s’est adjugé 336 595 dollars, soit 33 656 dollars l’exemplaire.

Et là on se dit que l’acheteur y est allé peut-être un peu fort. Car 33 656 dollars c’est aussi le prix presque exact de huit de ces chaises – même état, même époque – vendues en 2006 par la maison américaine Wright20.| 

Emmanuel Grandjean

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Technosophie
4 créatrices qui habillent les garçons

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."