Bilan

Le cinq-étoiles alpin des Rothschild

La famille de banquiers a investi 100 millions d’euros dans sa station favorite de Megève. Ouvert huit mois par an, ce sera le premier palace de montagne de la chaîne Four Seasons.

Conçu par Ariane de Rothschild, l’ensemble abrite 41 chambres,14 suites et 3 restaurants à 1350 m d’altitude.

Crédits: Dr

Dans la famille Rothschild, il y a Nadine, baronne du Château de Prégny connue pour ses conseils de bonnes manières. Il y a son fils Benjamin et son épouse Ariane, née Langner au Salvador: la présidente du comité exécutif du Groupe Edmond de Rothschild est la seule femme à Genève à diriger une banque privée.

Lire aussi: Edmond de Rothschild (Suisse) s'empare d'un groupe immobilier britannique

Mère de quatre filles, elle est aussi la conceptrice du futur cinq-étoiles de Megève, le Four Seasons Hotel Megève, qui va ouvrir le 15 décembre pour la saison d’hiver 2017-2018: «Cet hôtel sera ce qui se fera de mieux en hôtellerie de prestige. L’occasion de fêter, dans trois ans, les 100 ans de présence de la famille Rothschild à Megève, avec l’ouverture en 1921 du Palace des Neiges par la grand-mère de mon mari, la baronne Noémie.» 

Quatre chalets au Mont-d'Arbois

Quatre grands chalets ont poussé à 1350m d’altitude, au Mont-d’Arbois. Les bâtiments tout neufs abritent 41 chambres et 14 suites, 3 restaurants, dont le plus fameux sera dirigé par Julien Gatillon, chef doublement étoilé au Michelin. On y trouvera aussi un service de safari à skis par hélicoptère et l’accès au Golf du Mont-d’Arbois, dont le parcours 18 trous a été dessiné par le triple champion de l’Open de Grande-Bretagne. «J’ai cru que je n’arriverais jamais au bout», soupire la baronne Ariane de Rothschild, très investie dans ce projet.

L’idée avait germé il y a huit ans, mais sa réalisation a nécessité trois ans de chantier et 100 millions d’euros d’investissement. La décoration, conçue par l’architecte d’intérieur Pierre-Yves Rochon, en collaboration avec la baronne, a voulu faire la part belle à l’art et l’artisanat d’art du monde entier. La plupart du mobilier et des pièces décoratives proviennent de sa collection personnelle ou ont été achetés auprès de fonds d’investissement et de fondations écoresponsables: «Tous les objets ont une origine précise ou une histoire», insiste la baronne en donnant en exemple des tissus venus de Bali ou des éléments de décoration issus de son pays d’origine, le Salvador.  

Lire aussi: Retour des investissements vers les palaces de montagne

Pour la chaîne canadienne Four Seasons (108 hôtels dans le monde), Megève est la troisième implantation en France après le George V parisien et le Grand-Hôtel du Cap-Ferrat. La chaîne canadienne connaît déjà la montagne, mais uniquement outre-Atlantique, dans les Rocheuses au Canada et aux Etats-Unis, dans le Colorado et le Wyoming: «L’hôtel du Mont-d’Arbois sera son premier fleuron alpin, commente le Montreusien Christian Clerc, président mondial des opérations hôtelières. Megève a à la fois une âme et un passé, une saison d’hiver et une saison d’été. Les Américains raffolent de ce style de destination. Four Seasons a toujours préféré le luxe au bling-bling.» 

Des synergies en personnel avec Genève

Pour Megève, cet investissement assez proche du mécénat vaut de l’or (blanc): «Comme la plupart des hôtels alpins, il ne sera ouvert que huit mois par an. Mais durant l’entre-saison, le personnel trouvera du travail dans nos établissements de la Côte d’Azur et de Genève, à l’Hôtel des Bergues», promet le patron suisse de la chaîne Four Seasons basée à Toronto, mais à 50% en mains du prince libano-saoudien Al Walid. Celui-ci détient aussi un tiers des hôtels Mövenpick et 6% du groupe français Accor, N°6 mondial présent dans près de 100 pays avec plus de 4000 établissements. 

A Megève, les tarifs du Four Seasons iront de 850€ la chambre en basse saison à 15'000 € la suite en haute saison, cette catégorie étant plus précisément destinée à la clientèle russe ou moyen-orientale.

Lire aussi: Des Chinois s’offrent les palaces suisses

Grivatolivier
Olivier Grivat

JOURNALISTE

Lui écrire

Olivier Grivat est journaliste indépendant après avoir été rédacteur en chef adjoint de 24 Heures et travaillé 30 ans chez Edipresse. Licencié en droit, il s’est spécialisé dans les reportages et les sujets économiques (transports, énergie, tourisme et hôtellerie). Il a écrit plusieurs ouvrages, notamment sur la jeunesse suisse du roi de Thaïlande et la marine suisse de haute mer.

Du même auteur:

Il transforme le vieux papier en «or gris»
«Formellement, Sepp Blatter n’a pas démissionné»

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."