Bilan

Le meilleur des deux mondes

La Mercedes EQC 400 donne l’impression d’être dans une vraie sportive, alors qu’elle est 100% électrique. Mais elle manque encore d’autonomie.

Crédits: Dr

Je voudrais d’abord rappeler qu’entre rouler en voiture électrique et me faire tousser dessus dans un bus TPG en plein confinement, je crois que j’ai déjà choisi. Mais si l’on doit vraiment se sacrifier et rouler avec un véhicule qui fait le bruit d’un sèche-cheveux, je crois qu’il faudra que ce soit une Mercedes EQC. Pour le moment en tous les cas. Ce n’est pas tant que la nouvelle œuvre de chez Daimler soit révolutionnaire par rapport aux autres; elle n’a toujours pas assez d’autonomie à mon sens, même si un certain effort a été fourni. C’est toujours autant l’angoisse de partir rouler un peu «trop» loin de la maison. Vous frisez le malaise lorsque la voiture vous donne 50 km d’autonomie et qu’il faut encore allumer le GPS qui va inévitablement vous en prendre 40.

Des palettes au volant

Par contre, l’EQC donne ce sentiment de s’approcher gentiment du meilleur des deux mondes. Ces concepteurs ont même réussi à mettre des palettes au volant alors que c’est stupide: les véhicules électriques ne sont pas équipés de boîte de vitesses. Ces palettes sont là pour donner l’impression que vous avez une boîte séquentielle comme une vraie sportive, mais aussi pour gérer – et c’est là que c’est malin – la récupération d’énergie.

Parce que, quand on roule électrique, la première chose que l’on doit apprendre, c’est à gérer sa consommation. Finie l’époque de l’insouciance où l’on roulait au hasard des cols et des petites routes côtières, les cheveux au vent et la chemise hawaïenne ouverte sur la poitrine. Maintenant il faut o-p-t-i-m-a-l-i-s-e-r, il faut calculer et anticiper – nous sommes passés des cabriolets fun des années 60 pilotés par des stars hollywoodiennes à des SUV de luxe gérés par des comptables terrifiés d’être à court d’énergie. Mais revenons aux palettes: en «rétrogradant», vous activerez le frein moteur et permettrez à l’EQC de récupérer de l’énergie et donc de gagner quelques kilomètres à la fin du voyage. Et en utilisant la palette de droite, vous libérez le frein moteur et la voiture semble vouloir ne plus jamais ralentir par elle-même. Sauf si vous êtes en train de monter le col de la Furka.

En dehors des fonctionnalités liées au moteur électrique, il s’agit bien d’une Mercedes typée AMG et ce, jusqu’aux tapis de sol, sans oublier l’accélération. Parce que s’il y a une chose de bien dans les voitures électriques, c’est l’accélération. Malgré ses 2495 kg, la Mercedes sous Duracell atteint allégrement les 100 km à l’heure en 5 secondes.

L’EQC 400 étonne tout de même par sa puissance et sa dynamique. Pour avoir roulé dans des équivalences de la concurrence, je m’attendais à un comportement routier bien plus proche d’une camionnette de livraison que d’une sportive. Mais en fait, non. Le dernier bébé de la marque allemande est définitivement une bonne surprise et n’a pas grand-chose à envier à ses concurrentes équipées de moteur à essence. Si ce n’est le moteur à essence. Cependant, on ne peut pas sauver la planète, voter écologiste et rouler dans une C63 AMG de 510 chevaux qui rejette 210 g de CO2 au kilomètre.

Finalement, je me suis presque laissé convaincre. Mais pour que je renonce à un moteur à essence, il faudra encore que l’on puisse rouler plus de 350 km avec une charge et qu’il soit possible de recharger en moins d’une semaine. Pour le reste, c’est le meilleur des deux mondes.

* Bitume.ch


Fiche Technique

Mercedes EQC 400

Moteur: 100% électrique

Puissance: 408 chevaux

Puissance fiscale: 8 CV

Rendement énergétique: A

0 à 100 km/h: 5 secondes

Vitesse max.: 180 km/h

Poids: 2495 kg à vide

Autonomie: 380 km en théorie, mais dépendra de l’utilisation des options (essuie-glaces, sièges chauffants, radio, GPS, etc.) et du comportement routier.

Thomas Veillet*

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."