Bilan

Le feulement du jaguar

Certes, elle n’est pas écolo. Mais la Jaguar F-Pace SVR 2019 offre un pur plaisir à la conduite, en plus d’être une réussite esthétique.

  • Jaguar F-Pace SVR 2019

    Crédits: Dr
  • Crédits: Dr

Il y a des véhicules qui n’ont pas d’âme et qui servent uniquement à se déplacer du point A au point B. Il y a des voitures qui prétendument ne polluent pas parce qu’elles sont électriques – bon, elles polluent, mais elles donnent bonne conscience. Il y a des voitures de sport qu’on ne peut sortir que quand il fait beau. Et puis il y a la Jaguar F-Pace SVR.

Elle n’est pas une nouveauté en soi. Le F-Pace est à Jaguar ce que le Stelvio est chez Alfa, ce que le Trofeo est chez Maserati, ce que le Cayenne est chez Porsche: le véhicule qui doit relancer les ventes et faire 55% des revenus de la société. Oui, parce qu’il fut un temps, des gars achetaient des Land Rover Defender et partaient traverser l’Amazonie du nord au sud – ça s’appelait le Camel Trophy et ça avait pour but de faire vivre une aventure à des citadins et à faire croire que fumer, c’est trop cool. Avant, on vendait de vrais 4x4 pour les utiliser comme tels.

Aujourd’hui, l’effet marketing est passé par là. On a transformé le 4x4 en SUV et on l’a rendu indispensable pour aller faire les courses au supermarché et je ne parle même pas pour ce qui est de monter skier. Mais il y a des véhicules qui ne sont que du pur plaisir. Le F-Pace peut se faire haïr par tous les écologistes, cela m’est égal: je vous le dis tout net, j’ai adoré.

Avec un vrai moteur

Personnellement, j’étais déjà un fervent convaincu de la ligne du F-Pace, dès la sortie du premier modèle il y a deux ou trois ans – ils avaient engagé un cascadeur pour faire un looping avec la voiture, comme avec les «petites voitures Matchbox» de mon enfance. Il allie la ligne racée d’une voiture de sport avec le look d’un SUV, comme le produit d’une relation contre nature entre une F-Type et un Range Rover. Au moins ça reste dans la famille. Sauf qu’en ce temps-là, le F-Pace n’était équipé que de moteurs poussifs qui donnaient à peu près autant envie de l’essayer que d’écouter le discours d’un partisan du mouvement écolo Extinction Rebellion. Même le 3 litres diesel semblait un peu limité pour faire avancer le fauve, souvent à la limite de
la crise d’asthme.

Et puis un matin, un ingénieur de chez Jaguar s’est retrouvé avec le monstrueux moteur SVR de 5 litres et 575 chevaux. Pour ne pas gâcher, il lui vint à l’esprit de le glisser dans un F-Pace.

Le résultat se trouvait donc là. Devant moi. Encore une fois d’un bleu électrique qui ferait pleurer de désespoir une Mégane RS de la gendarmerie nationale française. Pour autant qu’elle soit capable de le rattraper, ce qui semble à peu près aussi probable que moi je puisse gagner Morat-Fribourg.

Familiale et démoniaque

Esthétiquement, le F-Pace est une réussite. Restait à voir ce que ça donnait avec un vrai moteur. La surprise est de taille. Jusqu’à maintenant, je n’avais jamais ressenti une puissance aussi massive dans un SUV – sauf peut-être dans le Cayenne Turbo. Là, l’impression que le moteur ne va jamais cesser d’accélérer est frappante. On sent que la cage thoracique de la bête a de la réserve et, en mode sport, elle est proche du qualificatif de démoniaque. Le seul point noir, c’est que rouler avec un véhicule pareil vous pousse forcément à déménager en Allemagne, histoire de ne pas mourir de frustration sur les autoroutes suisses.

Au-delà de la puissance folle d’un moteur survitaminé, la Jaguar offre un confort et un soin du détail qui représentent son positionnement: le luxe. Tout n’est que cuir et alcantara, l’isolation est parfaite, et c’est une vraie familiale en termes d’espace. Après quelques kilomètres, on a d’ailleurs rapidement tendance à oublier qu’on est dans un SUV… Enfin, jusqu’au prochain virage en épingle où l’on se rend compte rapidement que le poids de la machine va vous emmener là où vous ne voulez pas.

Au bilan final, le F-Pace nous donne la réponse que nous attendions: «Les moteurs moins puissants n’ont rien à faire là-dedans.»


Fiche technique

Puissance: 550 chevaux

Puissance fiscale: 47 CV

Poids à vide: 2070 kilos

Boîte: automatique 8 rapports

Vitesse max.: 283 km/h

0 à 100 km/h: 4,3 sec

Consommation mixte: 12 l

Moteur: 5,0 l V8

Thomas Veillet*

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."