Bilan

Le cri d’Oslo

La capitale norvégienne s’imaginait sabrant le champagne ce printemps avec l’inauguration du nouveau Musée Munch. Si tapis rouge et smokings restent au placard, on rêve cet été d’un city break dans cette pépite nichée au creux d’un fjord. Une visite à bicyclette, bien sûr!

(Crédits: Didrick Stenersen)

Exit les pittoresques maisons colorées. L’amerrissage d’un ovni lumineux en marbre de Carrare sur les eaux du fjord d’Oslo en 2008 a lancé la refonte urbaine de la péninsule Bjorvika. Den Norske Opera symbolise aujourd’hui l’architecture désormais vertigineuse de la capitale. Un an après son inauguration, le cabinet Snøhetta se voit adoubé du prix Mies van der Rohe. Certes, sa programmation musicale aussi riche qu’originale ne plaît pas forcément aux puristes. Qu’importe, on lézarde sur ses terrasses inclinées avec, pour voisin, le Barcode, un ensemble de 12 immeubles formant le ligne d’horizon de la ville.

(Crédits: Didrick Stenersen)

On zigzague entre passerelles et ponts pour rejoindre un quartier flambant neuf. A Aker Brygge, le Musée Astrup Fearnley abrite la collection d’art moderne d’une famille d’armateurs. Ce paquebot en bois aux voiles de verre est repensé par Renzo Piano, autre architecte en vogue.

Sur une colline, une autre oasis de verdure de 26 hectares surplombe le fjord d’Oslo corseté et piqué de petits lacs. Le parc Ekeberg accueille aussi son lot de sculptures: «Le couple» de Louise Bourgeois, «L’anatomie d’un ange» de Damien Hirst ou encore «Skyspace», installation lumineuse de James Turrell. On se promène jusqu’au duo Elmgreen & Dragset qui, avec «Dilemma», capturent l’hésitation d’un adolescent au corps gracile sur le bord d’un plongeoir.

(Crédits: Didrick Stenersen)

A la droite de l’Opéra d’Oslo, le nouveau Musée Munch, temple en verre gris façon prisme. Figure de proue de l’expressionnisme, le mélancolique Edvard Munch était aussi considéré comme un artiste dégénéré par les nazis qui le confinèrent chez lui lorsqu’ils envahirent la Norvège. On doit ce bâtiment à l’Espagnol Juan Herrero.

(Crédits: Susanne A. Finnes)

Pourquoi ne pas s’adonner au «Friluftsliv», littéralement «l’art de profiter de l’air frais»? A l’ouest de la «capitale verte de l’Europe en 2019», le parc Frogner abrite plus de 200 sculptures de l’artiste norvégien Gustav Vigeland. Après Munch, cette autre figure emblématique du pays a modelé son talent dans les ateliers de Rodin. Il taille le granit autant qu’il travaille le fer ou le bronze.

(Crédits: Susanne A. Finnes)

On longe la rivière Akerselva pour déboucher au cœur de Vulkan, un écoquartier alternatif créé dans une ancienne friche industrielle. Ici, une fonderie fait office de pause gourmande. Dans les halles modernes de Mathallen, on découvre d’un comptoir à l’autre des produits de la gastronomie scandinave dans une ambiance conviviale.

(Crédits: Roberto Meazza)

Le Scandic Grand Hotel Oslo accueille depuis son ouverture en 1874 des célébrités et chefs d’Etat du monde entier, sans oublier les lauréats du Prix Nobel de la paix. C’est là qu’on y clôt sa balade dans un sauna scandinave, évidemment.

Eileen Hofer
Eileen Hofer

JOURNALISTE ET CINÉASTE

Lui écrire

Née en 1976 à Zurich. Études en Lettres. 2003: Post-grade en histoire du cinéma. A travaillé comme attachée de presse pour deux festivals de film. Depuis 2005, elle travaille comme journaliste et cinéaste. Elle lance un blog éphémère eileenexpresso.com en juin 2015. L'occasion de croquer ses voyages, raconter ses rencontres.

Plus de sujets sur eileenexpresso.com

et

www.facebook.com/eileenexpresso

Du même auteur:

Chris Hemsworth un acteur sexy aux superpouvoirs
Les derniers boosters anti-âge

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."